AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Once Again ✘ Kamui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Ven 22 Aoû - 16:51


"T’as toujours eu peur du noir, je parie que tu as toujours ta veilleuse..." "C’est pas une veilleuse, c’est une lampe fluorescente Batman, c’est vintage. SKINS
Waiting For You


Donner un sens à ma vie, ça aurait été comme jouer la 5e symphonie de Beethoven avec les ongles sur un tableau. Et puis tu t'es pointé... JEUX D'ENFANTS.


Il était temps putain...

Qu'elle avait lâchée tout en se relevant de son lit d'hôpital. Aujourd'hui, c'était enfin le jour. Le jour de pouvoir sortir de cet enfer. Plusieurs semaines déjà qu'elle était là, cloîtré dans sa chambre, à se reposer, à se tordre les pouces. Elle avait eu des visites, certes, mais être shooté à la morphine ne l'avait pas vraiment aidé pour dialoguer avec les gens. Les côtes cassées ne s'était pas vraiment ressoudés, mais la douleur n'était plus vraiment présente, enfin... Les médecins lui avaient donc donner l'autorisation de sortir, mais elle avait du promettre de ne pas en faire trop. Setsuna s'habilla tranquillement, il ne lui restait désormais plus qu'un bandage à la cuisse et un pansement à l'arcade... Elle était clairement dans un meilleur état qu'à son arrivée. Enfin elle allait pouvoir sortir et reprendre un rythme normal... L'idée pourtant de retomber sur ce mutant qui l'avait mise dans cet état une fois dehors la fit frissonné pendant quelques secondes... Elle repensait à cette fille avec elle, peut-être morte comme un chien dans une ruelle... Dire que Setsuna avait fini au milieu des poubelles. Ce n'était pas une fin qu'elle avait pu espérer, elle avait joué les gros bras et elle avait perdu. Un coup au moral ? Un peu, mais étant éméchée, elle partait déjà avec un gros handicape... Non, clairement, Setsuna avait su dès le départ qu'elle n'aurait sans doute aucune chance... Suicidaire ? Non. Elle aimait sa vie à présent, enfin, aimer était peut-être un grand mot, elle appréciait déjà un peu plus ce qui l'entourait... Beaucoup de facteurs étaient sans aucun doute à prendre en compte. Ne pas penser, surtout pas à ça, ou elle pleurerait sans savoir pourquoi.

Combien de fois avait elle fondue en larme dans cet hôpital ? Setsuna n'avait pas pu les compter, trop nombreuses. Ne pas vouloir envie de mourir, avoir peur, ne plus pouvoir voir certaines personnes. Oui, elle avait été stupide de s'être jeté dans la gueule du loup, mais passer son chemin et ne pas aider son prochain n'était pas envisageable pour elle. Setsuna à toujours espérer que quelqu'un lui tende la main, dans sa jeunesse, encore maintenant... Elle avait trouvé, enfin, c'est ce qu'elle pensait. Les affaires sont mises dans son sac, elle se regarde une dernière fois dans le miroir, quelle mine déconfite... Elle n'était vraiment pas belle à voir. Un haussement d'épaule, elle attrape son sac à bandoulière avant de regarder une dernière fois sa chambre d'hôpital et de lui tourner le dos. Enfin, elle sortait enfin. Dans les couloirs, elle dit au revoir au médecin qui s'est occupé d'elle. Le jeune femme remercie aussi les infirmières qui ont supporté ses caprices et ses phases de douleur interminable. Elle avait du leur en faire bavé, mais tant-pis, c'était leur métiers. Plus tôt, Setsuna avait appelé un taxi, il était déjà là, devant l'hôpital. Rentré chez elle... Putain, elle n'attendait que ça... Pitié faite que Mei n'est pas fait cramer l'appartement.

Elle cherche ses clés, pendant longtemps, tout au fond de son sac... Putain, les sacs de filles sont vraiment en bordel, pour la première fois Setsuna s'en rendait compte. La jeune femme peste, jure entre ses dents. Elle entend le bruit que font ses clés, mais impossible de les attraper. Ne pas s'énerver, rester zen. Ah, sa main frôle quelque chose, c'est bon, choppé. La porte s'ouvre, cette odeur si familière, ce salon en bordel... Pas de doute, c'était bien son appartement... Mei n'était pas là, dommage, elle aurait aimé voir sa coloc' à son retour, mais en soit ce n'était peut-être pas plus mal. Posant ses affaires dans l'entrée, Setsuna s'approcha du canapé et se laissa tombé dedans après avoir enlevé sa veste et son pantalon. Rien de mieux qu'être en pyjama en rentrant chez soit. La jeune femme attrapa son téléphone et tapota sur ce dernier, envoyant un sms à « l'ami d'enfance ». Un message simple et efficace. « Je veux te voir, ramène toi. » Non, elle ne lui donnait pas d'ordre, il était libre de faire ce qu'il voulait et ça, elle l'avait très bien compris... Mais étrangement, elle ne se sentait pas à l'aise, pas tranquille d'être seule dans sa baraque. Non, Setsuna n'a peur de rien ni de personne, normalement... Mais après un tel incident, impossible de vraiment rester zen, impossible de rester de marbre... L'inquiétude était toujours là... Et serait toujours là...

La demoiselle se dirigea alors vers la salle de bain, avec nonchalance, regardant partout, chaques pièces. Les inspectant au peigne fin... A croire qu'elle pensait qu'il y avait quelqu'un... Ok, elle n'était carrément pas tranquille. L'eau du bain coule, encore et encore, cela lui calmerait sans aucun doute les nerfs, la détendrait peut-être un peu. Sestuna enleva son bandage et le peu de vêtements qui lui restaient sur le dos avant de se glisser dans sa baignoire et dans cette eau chaude qui la fit frissonné à peine entré. Se détendre, ne plus réfléchir, ne plus penser... Putain, elle y arrive pas... Faites qu'il se ramène...


Codage by pandora. Image de base Tumblr/Modif' Leyna.
Correction en cours

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.


Dernière édition par Setsuna Y. Ishikawa le Mer 3 Sep - 1:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
POINTS : 37
CITATION : Quand tu grandis, tes priorités aussi.
MESSAGES : 689
JUKEBOX : Get out alive - Three Days Grace
FEAT : NT.
CRÉDIT : Une fille qui me déteste.
DATE D'INSCRIPTION : 13/09/2013

FICHE PERSO
XP:
88/180  (88/180)
PV:
21/21  (21/21)
avatar


Dim 24 Aoû - 8:52


FEAT. Ishikawa Setsuna
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

Je veux te voir, ramène toi. »
OÙ CA ?
Recevoir cet sms alors qu'il est en train d'aider à déballer les livraisons au repère, mais ouais okay. D'accord très bien, sauf que pour les indications ; il peut carrément se les foutre profond en fait. Ah bah oui, c'est de Setsuna. Étrangement, l'étonnement de son visage est ... Vite parti, en fait. Quand ça vient d'elle, plus rien ne l'étonne - sauf si un jour il apprend qu'elle retouche à la drogue, là, sérieusement, ça va chier, mais comme jamais. Mais là n'est pas la question. La question est  ; Où diable doit-il se ramener ?
Fait chier.

Alors, suivant la logique où elle est sortit de l'hôpital aujourd'hui - s'il s'en souvient bien - la miss doit être actuellement en train de se diriger chez elle. Donc aller chez elle ? C'est une grosse possibilité. Ah tiens, il s'étonne lui-même en train de réfléchir comme ça. Pourquoi est-ce qu'elle a besoin de lui, juste après être rentrée de l'hosto ?
...

La première chose qui lui vient en tête est tout ; sauf catholique. Erf, espèce de sale obsédé, tu vas pas penser à ça avec une amie en pleine convalescence, sale animal en rut va. Même si entre temps, il a rencontré une autre fille, passer à l'acte avec Setsuna est complètement différent. D'ailleurs, s'il devait faire un rapport là-dessus, les choses seraient claires : Setsuna active, Kimiko passive.
Ah ah, quel enfoiré.

C'est donc dans le seul et unique but de montrer qu'il ne pense pas qu'à ça, qu'il va se ramener avec une surprise. Mais quoi ? La question ne se pose pas, quand on connait un minimum cette fouteuse de merde ambulante - parce que oui, pour se jeter dans un combat perdu d'avance ... Mais il n'est pas suffisamment assez méchant pour lui faire la remarque - quoique. Allons, il va être évité d'être un salaud ...
Juste un temps.

Après le service terminé, après s'être rendu au magasin de JV et après avoir fait le chemin jusqu'à chez elle, le voilà enfin devant l'appartement ; fermé. Elle doit être en train de dormir, alors pour cette fois-ci, on va entrer comme un voleur. Crochetant la serrure sans aucune difficulté et le voilà à l'intérieur avec un paquet assez massif sous la main. Non vraiment, c'est un chouette type. Ou pas.
« ... Hé mais ... » En effet, laisser Mei seule dans cet appart est signe d'apocalypse, en fait. « Setsuna, c'est quoi ce bordel ?! »
Ah merde.
Bon, tant pis si elle est en train de dormir, au moins elle sait qu'il est bel et bien arrivé. Mais sincèrement, si on lui avait dit que ses yeux allaient contempler un tel merdier ... Il ne serait pas venu. C'est cruel, c'est méchant à dire, mais bon dieu qu'il ne serait pas venu si c'est pour voir ça quoi.
« Bon bah, on va s'rendre utile hein. » Le paquet est posé, son manteau et ses chaussures sont enlevés, il va pouvoir commencer. « Tant pis pour les culottes de Mei, ceci dit. »
Ah oui, depuis qu'il est tout petit, le désordre n'a jamais eu sa place dans sa chambre - JAMAIS. Et ce n'est pas aujourd'hui qu'il va commencer à vivre dans un environnement dégueulasse. Alors oui, il commence à ranger, il trouve des choses et d'autres - on ne fera pas de commentaires - et ... Putain, il est en train de faire le ménage chez une fille.
Où va le monde, sérieux.

Mutant & Proud

_______

One day I'll stop everything, but not today.

Spoiler:
 


Dernière édition par Kamui Hasegawa le Mer 3 Sep - 7:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Dim 24 Aoû - 20:37


"T’as toujours eu peur du noir, je parie que tu as toujours ta veilleuse..." "C’est pas une veilleuse, c’est une lampe fluorescente Batman, c’est vintage. SKINS
Can't Say Anything


Donner un sens à ma vie, ça aurait été comme jouer la 5e symphonie de Beethoven avec les ongles sur un tableau. Et puis tu t'es pointé... JEUX D'ENFANTS.


L'attente est insoutenable, une telle pression, elle succombe. Toutes ses pensées se bouscule, elle ne sait plus vraiment où elle se trouve, la panique la guette. Inspire, expire, tout va bien Setsuna, tu es chez toi et il n'y à personne dans cette baraque à part toi. C'est ce qu'elle tente de se répéter encore et encore, mais le problème était bien là, il n'y avait personne. Elle ne voulait pas rester seule, pas ici, pas maintenant, pas dans son état. Elle l'avait cherché, c'est vrai, c'est elle qui s'était jeté dans la gueule du loup, c'est elle qui avait foncé tête baissé et qui n'avait pas réfléchit... Cette fille avec elle, s'en était elle sortit ? Et si oui, pourquoi ne pas avoir appelé les secours ? Et si ce salopard l'avait achevé ailleurs ? Le mal de tête arrive alors qu'elle resserre l'étreinte sur ses jambes. Ne pas se prendre la tête, ne pas penser à de telles choses. Setsuna était en vie, c'était le principal non ? Son corps tremble, l'eau est carrément trop froide, pourquoi ? Le robinet d'eau chaude est carrément ouvert à fond pourtant... ? La peur. Elle n'arrive plus à contrôler ce putain de sentiment de peur. Faire quelque chose, n'importe quoi. Un bruit, la jeune femme se redresse, tente de se lever avant de glisser et de se casser la figure. Elle vient de carrément geler l'eau ? Sérieusement, il fallait qu'elle se calme. Une porte qui claque, une voix qui s'élève.

Setsuna c'est quoi ce bordel ?!

Kamui... ? Il était venu ? Soupir de soulagement alors qu'elle tente d'attraper une serviette suspendu pas loin, la pression retombe tout comme son corps qu'elle n'arrive soudainement plus à porter. Recroquevillé dans un coin de la salle de bain, la serviette sur la tronche afin de se sécher, elle ne dit rien. Setsuna se contente de sourire et tenter de se calmer. Elle n'est plus seule, cet appartement est maintenant occupé par une autre présence que la sienne, une présence réconfortante. Se relever, ne pas paniquer, la jeune femme se sèche plutôt rapidement, faisant attention à sa blessure à la cuisse et l'enveloppant de nouveau dans un bandage propre. Elle attrape un boxer et un débardeur avant de sortir, la serviette sur sa chevelure trempé. Sortir de la salle de bain, ne pas y retourner, l'ambiance y était glaciale. La jeune femme arrive dans le salon et... Kamui, en train de ranger ? Non pas que le voir ranger la surprenne, il n'était pas du genre bordélique, en tout cas pas dans ses souvenirs, mais le voir ranger le bordel de Mei l'amusait un peu. Un fin sourire vient se loger sur ses lèvres alors qu'elle ramasse ses affaires.

Ce n'est pas à toi de ranger ce bordel, met toi à l'aise, je vais le faire.

Elle attrape les fringues sales qui traîne par-ci et par-là, putain, la machine à lavé n'est pourtant pas loin en plus... Bon, Setsuna ne pouvait pas trop parler, sa chambre était aussi bordélique que ne pouvait l'être son cerveau, elle ne pouvait donc pas se plaindre du bordel de Mei, quoi que le salon n'avait jamais été dans un tel état. Pas qu'il était sale, mais... Ouais, plein de truc traînait partout. L'hôpital lui manquait un peu pour le coup, ou pas en fait. Elle balance certains fringue dans la machine et le reste dans la panière à linge avant de lancer la première machine. Le seul truc positif ? Il semblerait que la coloc' est mit en route le lave vaisselle, plutôt cool. La jeune femme attrape un verre, ouvre le frigo et se serre un soda avant de se tourner vers Kamui.

Tu veux boire quelque chose tant que j'y suis ?

Elle ne savait pas très bien comment agir, c'était assez étrange comme sentiment. Elle stressait ? Pourquoi ? Setsuna n'en savait absolument rien, la pression de tout à l'heure était pourtant retombé, mais quelque chose l'inquiétait maintenant. Elle devait se faire des idées, il fallait qu'elle arrête d'être parano, une putain d'angoissé de la vie. La jeune femme s'attrape une cigarette avant de se hisser sur le bar.

Merci d'être venu Kamui..

Toujours la même chose, elle passait d'un extrême à l'autre. Un coup ça va, un coup ça va pas... Même si depuis le début, depuis son retour, ça n'allait pas forcément des masses. Pourtant, elle ne voulait pas lui prendre la tête, pas encore une fois. Il fallait que ça change, qu'elle arrête d'être faible. Si seulement elle pouvait.

Comment tu vas... ?

Ouais, ce serait bien de lui demander, après tout, il avait peut-être autre chose à faire que de venir la voir. Elle avait été égoïste, d'exiger qu'il vienne la voir sans lui demander son avis.. Mais pour une fois, elle avait bien droit de penser un peu à elle, pas vrai. ?


Codage by pandora. Image de base Tumblr/Modif' Leyna.
Correction faites demain, je meurs pour l'instant.



POUR QUELLE ESPECE DE CLOCHARDE BORDELIQUE VOUS ME FAITES PASSER LA VOUS ma vengeance sera terrible beware

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
POINTS : 37
CITATION : Quand tu grandis, tes priorités aussi.
MESSAGES : 689
JUKEBOX : Get out alive - Three Days Grace
FEAT : NT.
CRÉDIT : Une fille qui me déteste.
DATE D'INSCRIPTION : 13/09/2013

FICHE PERSO
XP:
88/180  (88/180)
PV:
21/21  (21/21)
avatar


Ven 29 Aoû - 7:53


FEAT. Ishikawa Setsuna
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

« Ce n'est pas à toi de ranger ce bordel, met toi à l'aise, je vais le faire. »
Elle boîte comme une chienne qui vient de se faire percuter par un bus et elle dit ça ? Eh bah, soit elle veut pas paraître faible - fort possible - soit elle est polie - moins possible. Si elle voulait vraiment qu'il ne fasse pas le ménage, alors elle aurait rangé ça avant de partir prendre un bain - parce que oui les cheveux mouillés et l'odeur qu'elle dégage, elle ne revient pas de dehors, c'est clair. Mais dans tous les cas, elle est en convalescence, donc c'est totalement naturel si ...
Il l'ignore.

La voilà en train de faire l'hôte parfaite. On dirait qu'elle a honte de quelque chose, elle est trop méticuleuse, trop attentionnée. Comme si qu'elle voulait cacher quelque chose. Est-ce qu'elle se sent mal d'être faible ? Parce que oui, là maintenant, elle est faible. À ses yeux, elle est faible. Elle devrait s'allonger et ne plus bouger au lieu de vouloir jouer à la brave vaillante des temps modernes.
« Tu veux boire quelque chose tant que j'y suis ? » Erf. « Merci d'être venu Kamui.. »
... Combien de fois doit-il répéter pour que ça rentre dans le crâne « ne pas me remercier » ? C'est une phrase qui lui donne  envie de devenir monstrueusement dégueulasse afin que la personne oublie clairement le fait qu'il l'a aidé. Les remerciements, c'est clairement pas pour lui. Tellement l'habitude de s'en prendre plein la gueule, aussi.
« Comment tu vas... ? » Oh my god « J'me sens comme un gars qui se retient de se jeter sur toi, pourquoi ? »
Ah, rien de tel qu'un peu de délicatesse pour rendre l'atmosphère moins pesante. Ce n'est pas sur lui que ça va marcher et c'est encore moins lui qui se sentira gêner de quoique ce soit. Le seul truc qui l'emmerde ; c'est qu'elle agisse comme ça.

Comme une foutue vierge effarouchée qui hésite à passer à la casserole ce soir, attitude légèrement agaçante et ô combien pas du tout excitante et ça, malgré la tenue. Non mais t'es sérieuse ? Meuf, devant toi se trouve le gars qui a profité de toi auparavant - je passe les détails -, alors pourquoi diable t'es comme ça ? Stop.
« Maintenant, t'arrête de faire ta coincée... » Le voilà déjà proche pour mieux attraper le bord du boxer avec ses doigts et la traîner hors de la cuisine. « Et va déballer ce que j'ai ramené pendant que j'vais faire à manger. »
Parce que oui, monsieur a bel et bien l'intention de cuisiner un truc. Elle sort de l'hôpital, le repas là-bas ne doit pas être extra, alors autant lui faire encore plus apprécier le fait d'être de nouveau dehors. D'ailleurs, c'était son intention depuis le début ; vu les courses qu'il a ramené, il fallait s'en douter.

Oui, monsieur prend ses aises et se permet même de s'accaparer une pièce de l'appartement sans attendre l'autorisation de cette idiote qui semble avoir un balais dans le fion. Cependant, il ne veut pas que connasse-badass soit de retour - pitié quoi, ça risque d'être blasant - alors autant mettre les choses aux claires.
« La cuisine m'appartient, toi tu restes dans le salon, » Sa veste fut enlevée depuis longtemps et le voilà déjà en train d'enfiler un tablier ... Rose ? Jesus Christ. « à installer la console sur ta télé. »
Il s'arrête, marque un stop, murmure un merde, puis un tant pis. Tant pis pour la surprise. Il est déjà en train de sortir les ingrédients du sac, de toute façon.
Hors de mon territoire, femme.

Mutant & Proud

_______

One day I'll stop everything, but not today.

Spoiler:
 


Dernière édition par Kamui Hasegawa le Mer 3 Sep - 7:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Mar 2 Sep - 22:47


"T’as toujours eu peur du noir, je parie que tu as toujours ta veilleuse..." "C’est pas une veilleuse, c’est une lampe fluorescente Batman, c’est vintage. SKINS
Her True Self


Donner un sens à ma vie, ça aurait été comme jouer la 5e symphonie de Beethoven avec les ongles sur un tableau. Et puis tu t'es pointé... JEUX D'ENFANTS.


J'me sens comme un gars qui se retient de se jeter sur toi, pourquoi ?

Elle avait dû se retenir pour ne pas répondre du tac-au-tac « Et pourquoi tu te retiens ? » mais étrangement, la jeune femme préféra jouer la carte de l'abstention, autant ne rien dire. Elle n'aurait pas pu prédire la réaction de Kamui et elle ne voulait pas le mettre en pétard alors qu'il venait à peine d'arriver ; quoi qu'elle le voyait mal rejeter ses avances ; narcissique de merde. Setsuna se contenta donc de sourire, un sourire en coin alors qu'elle s'apprêtait à boire une énième gorgée de sa boisson. Il était venu et c'est tout ce qui comptait, elle ne gâcherait donc pas l'ambiance, elle ne voulait pas qu'il se barre, elle ne voulait pas rester toute seule, hors de question. Voilà qu'elle se gratte la tête, puis l'épaule avant de se rendre compte, qu'effectivement, elle n'était pas très habillée. Peut-être était-ce pour ça qu'il lui avait balancé cette phrase. Un soupir alors qu'elle hausse les épaules à cette pensée, la balayant rapidement alors que la voix de Kamui brisa de nouveau le silence un peu pesant qui venait de s'installer.

Maintenant, t'arrête de faire ta coincée... Comment ça coincée ? Elle était juste gênée d'être aussi faible devant lui, c'est fou ce qu'il ne pouvait rien comprendre parfois. Il s'est rapproché, trop vite, beaucoup trop vite et le voilà en train de tirer sur son boxer afin de la faire déguerpir de la cuisine. Et en plus elle manqua de se casser la gueule, Kamui et la délicatesse... Et va déballer ce que j'ai ramené pendant que j'vais faire à manger.

Mais qu'est-ce qu'il cherchait à faire ? Pourquoi prendre soin d'elle à se point ? Bien sûr, Setsuna n'allait pas s'en plaindre, mais elle s'était attendu à tout sauf à ça. Elle s'attendait à se faire engueuler parce qu'elle n'avait pas réfléchi et qu'elle avait foncé tête baissée, mais non. Il se contente d'être comme d'habitude, un peu froid, un peu distant, mais quand même là pour prendre soin d'elle. Setsuna n'y comprend rien, elle se contenta de pincer les lèvres tout en regardant le mur devant elle. Trop nonchalant, trop direct, elle y était habituée, mais pour l'heure actuelle, il fallait dire que c'était assez dur à encaisser ; encore trop faible, trop chamboulé pour faire la forte. Si elle avait pu pleurer, elle aurait fait ; c'est fou ce qu'elle avait honte de sa conduite, de son manque de discernement et surtout, de sa putain de connerie. Un soupir alors qu'elle se redresse, clope au bec, avant de s'approcher avec nonchalance de ce que Kamui avait ramené ; mais un courant d'air la fit frissonné, elle attrapa la veste de Kamui qui était la plus proche afin de l'enfiler et de poser sa cigarette dans un cendrier qui se trouvait sur la table basse. Elle réalisa alors quelque chose, Kamui, en train de faire la cuisine ? Cela devait bien être la première fois qu'elle le voyait cuisiner, ou peut-être pas, en tout cas si cela était arrivé par le passé, elle ne s'en rappelait pas. Dans ses pensées vient se glisser l'image du tablier rose de Mei, un rire étouffé alors qu'elle imagina le jeune homme dans cette tenue, ne pas s'esclaffer, surtout pas.

La cuisine m'appartient, toi tu restes dans le salon... Découverte du tablier bonjour. Elle ricane en se cachant le visage avec ses cheveux. à installer la console sur ta télé.

Hein ? Qu'est-ce qu'il venait de dire ? Il avait ramené une console ? Sérieusement ? Les yeux grands ouverts, la jeune femme plaça un doigt sous son menton, réfléchissant... Cela faisait combien de temps qu'elle n'avait pas joué aux jeux vidéos ? Depuis combien de temps n'avait elle pas touché une manette ? Setsuna ne s'en rappelait pas, rien ne lui vient en mémoire. Elle s'assoit par terre, devant l'énorme paquet, déballant tout ça avant de s'installer devant la télé... Branchement, putain que c'était chiant. Elle se frappe la tête, une fois, puis deux tout en essayant de foutre les fils au bon endroit, ce qui n'était pas évident. C'était vraiment une tanche, ça devait faire des années qu'elle n'avait pas fait ça, un vrai casse-tête. Elle peste, s'énerve un peu, puis lâche en se penchant vers l'arrière de la télé.

Putain de... C'est vraiment pas pratique ton truc Kamui. Tu savais que les branchements allaient me faire chier, pas vrai ?

Il lui aura fallu une quinzaine de minutes avant de trouver l'astuce et la voilà qui saute sur place, toute contente d'elle, avant de grincer des dents de douleur, elle n'était pas totalement guérie et elle faisait déjà la folle, preuve qu'elle ne réfléchissait vraiment pas cette idiote. Elle allume la télé, se laissant tomber sur le canapé, zappant sur quelques chaînes, passant devant les infos sur lesquelles elle s'arrêta brièvement avant de chercher le canal HDMI pour accéder à la console. C'est chiant, Setsuna ne trouve pas et ça l'énerve, elle et la technologie, c'est fou ce que ça peut l'énerver. Elle jure entre ses dents, s'attrape une nouvelle cigarette tout en essayant de trouver se fichu canal. Elle se gratte la tête et s'approche une nouvelle fois de la télé, un bouton pour y accéder directement peut-être. Setsuna essaye, ne trouve pas, puis tente alors les boutons de la télécommande. Elle ne touchait jamais à cette télé, ou très rarement... MIRACLE ! En appuyant au hasard, elle a trouvé. Elle voulue une nouvelle fois s'égosiller, mais elle se contenta de serrer les poings en signe de victoire, ne pas trop en faire, les côtes n'étaient pas totalement ressoudées. Setsuna se laisse tomber sur le canapé une nouvelle fois, s'étirant tel un chat avant d'écraser son mégot dans le cendrier.

Quel genre de jeux as-tu ramener... ? Telle était la question. Elle se leva en vitesse afin de chercher et... Survival Horror, des jeux flippants, même pas un jeu de combat dans le lot ? Ah si. Tu veux me faire flipper pour que je me colle à toi ? Fallait le dire tout de suite !

Qu'elle lâche avec un petit sourire. Une véritable idiote. Ne pas l'énerver, surtout pas. Elle ne voulait pas plomber l'ambiance. Il la connaissait, il devait d'ailleurs être l'une des seules personnes à la connaître à ce point. Alors autant ne pas continuer à jouer à celle qu'elle n'était pas. Être franche, parler comme bon lui semble, ne pas mâcher ses mots, de toute façon, il devait savoir quand elle mentait ou non, alors autant enlever ce masque qu'elle portait en permanence. C'est la décision qu'elle avait prise après leur périple à Enoshima, autant s'y tenir. Setsuna attrapa son verre, bue quelques gorgées avant de s'allonger sur le canapé de tout son long.

Je suis contente que tu sois venue, à dire vrai, je ne me sentais pas sereine en étant seule à la maison..

Putain, Setsuna qui joue la carte de la franchise, sortez les violons, applaudissez, mais faites quelque chose. A croire que cet événement avait quand même eu du bon ? Non, faut pas rêver, se faire latter la gueule n'a pas "du bon" non. Quoi que c'était peut-être le cas pour elle, allez savoir.


Codage by pandora. Image de base Tumblr/Modif' Leyna.

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
POINTS : 37
CITATION : Quand tu grandis, tes priorités aussi.
MESSAGES : 689
JUKEBOX : Get out alive - Three Days Grace
FEAT : NT.
CRÉDIT : Une fille qui me déteste.
DATE D'INSCRIPTION : 13/09/2013

FICHE PERSO
XP:
88/180  (88/180)
PV:
21/21  (21/21)
avatar


Jeu 4 Sep - 21:51


FEAT. Ishikawa Setsuna
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

« Putain de... C'est vraiment pas pratique ton truc Kamui. » Et elle râle en plus. « Tu savais que les branchements allaient me faire chier, pas vrai ? »
Hm non, il savait pas que tu étais devenue faiblarde à ce point. D'un côté, ça l'aide à se focaliser sur autre chose, à ne plus trembler comme une pauvre petite chose fragile qui ressent la peur de se faire dévorer à chaque secondes. Parce que oui, ma chère Setsuna, la peur est un sentiment qui se détecte facilement - surtout lorsqu'on est un animal. D'ailleurs, c'est pour ça que les chiens aboient ; attiser la peur chez l'homme pour le faire reculer de son territoire. Mais n'ait crainte, petite chose ...
Il ne te fera rien.
« Quel genre de jeux as-tu ramener... ? » Non, pas les derniers sortis, faut pas rêver. « Tu veux me faire flipper pour que je me colle à toi ? Fallait le dire tout de suite ! »
... Quelle idée.
C'est juste que resident evil ( 5 et 6 ) se joue à deux grâce au mode coopération. Les jeux de combats, ça va un temps, à force, on veut faire autre chose avec sa/son partenaire. Mais après, si elle veut avoir peur, il peut toujours prendre silent hill ... Ou tiens, outlast. Ah non, pas besoin, il l'a déjà acheté. Voilà, pour ce soir - s'il reste ce soir, d'ailleurs - ça sera spécial outlast. Là, elle va s'accrocher à lui, tellement que sa peau risque de prendre cher.
Il en frissonne d'avance.

Arf.
Encore un peu et c'est son doigt qui serait parti avec la viande. Allez, évitons d'imaginer trop de choses à la fois et se concentrer sur ce qu'il fait. D'abord les carrés de viandes, puis faire bouillir de l'eau, couper les pâtes, rafraîchir les légumes ... Putain, si sa mère était là ... Ça serait déjà prêt. Bordel, cuisiner pour Setsuna n'était pas une bonne idée, comme si qu'il avait besoin de se rappeler à quel point il adorait regarder sa mère préparer la bouffe quand il était gosse. Et elle est où à présent ? NON. Ne pas y penser, ne pas y penser.
Le couteau, attention.
« Je suis contente que tu sois venue, à dire vrai, je ne me sentais pas sereine en étant seule à la maison.. » Elle est trop mignonne. « T'as peur de te faire agresser chez toi ? »
Ouh putain l'enfoiré.
Elle sort de l'hospice, elle a manqué de crever et il ne trouve rien de mieux à dire que ça ? Il était pas inquiet ? Il s'en faisait pas pour elle ? Se faire tabasser presque à mort par un étranger, c'est un tantinet TRAUMATISANT. Oui bon, monsieur a l'habitude de ne rien laisser transparaître, ça sert à rien. Ça dépendait d'elle, après tout.
Pas de lui.

Allez, trouver quelque chose de rassurant à dire. Un truc qui lui montre qu'elle n'a pas à s'en faire. Ou alors à se focaliser sur ce qu'il se passe maintenant.
« Mais je suis là. Donc on peut ... Jouer ensemble, manger ensemble, regarder la télé ensemble ... » Encore un petit carré. Tiens ça lui rappelle quand ils étaient petits. « Coucher ensemble toute la journée, même dans la chambre de ta pote. »
Ah non, pas ça. La dernière option n'était même pas envisageable, à l'époque ... Mais puisqu'on se concentre sur maintenant, alors oui, autant continuer sur cette voie. De rendre l'atmosphère agréable, quoique un peu tendu pour obtenir ce qu'il veut. Sauf si mademoiselle a toujours du mal, puisqu'elle est en convalescence.
On verra bien.
« Alors continue de te focaliser sur ma personne, j'adore ça. »
Ah sale narcissique.
Mutant & Proud

_______

One day I'll stop everything, but not today.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Jeu 4 Sep - 23:14


"T’as toujours eu peur du noir, je parie que tu as toujours ta veilleuse..." "C’est pas une veilleuse, c’est une lampe fluorescente Batman, c’est vintage. SKINS
I'll do that then.


Donner un sens à ma vie, ça aurait été comme jouer la 5e symphonie de Beethoven avec les ongles sur un tableau. Et puis tu t'es pointé... JEUX D'ENFANTS.


 T'as peur de te faire agresser chez toi ?


Se posait il, vraiment, la question ? N'était-ce pas évident ? Oui, Setsuna était parano, totalement flippé que quelqu'un débarque chez elle et la fracasse. Parce que par le passé, c'était déjà arrivé, c'était bien le beau-père qui s'acharnait sur elle et cela sans aucune raison. Normal de flippé. N'était-ce pas humain ? Mais Setsuna n'est plus vraiment humaine et ça, elle a tendance à l'oublier. Elle est mutante, elle devrait s'endurcir, parce que ce monde serait toujours dur avec elle, rien que pour ça ; parce qu'aujourd'hui, elle était différente. La jeune femme se contenta de soupirer, enlaçant ses jambes sans rien dire, elle ne voulait pas répondre à cette question si évidente. Elle ne voulait pas paraître encore plus faible, mais c'est fou ce qu'elle n'arrivait pas à faire autrement. Se sentir si misérable, dieu qu'elle est vraiment pitoyable aujourd'hui, détestable pour être aussi naze... Sa main vient se loger naturellement dans sa tignasse, afin de se la masser histoire de se détendre un peu, mais cela n'eut pas l'effet escompté, elle était encore plus agacée, alors elle l'ébouriffe afin d'effacer toutes pensées négatives. Elle n'était pas inutile, ni même totalement abattue, elle était loin d'être faible, autant se ressaisir maintenant, sinon elle n'y arriverait probablement jamais. Ses ongles s'enfoncent naturellement dans la peau de ses jambes, un instinct, cette envie de paraître forte, de l'être vraiment. Oublier cet incident, oublier la peur, oublier la douleur. Plus difficile à dire qu'à faire, mais Setsuna se devait d'essayer, elle était à Eldorado, elle en verrait encore des trucs de ce genre, elle subirait encore, autant s'endurcir tout de suite.

Elle penche un peu la tête sur le côté, histoire de voir Kamui faire la cuisine, de scruter ses gestes, le voir s'y prendre la fascinait. Lui, il était fort, lui il ne semblait avoir peur de rien et cela n'avait sans doute rien à voir avec le fait qu'il était un homme. Lui aussi avait du subir, il devait avoir vécu des choses horribles... Mais ça, Setsuna, tu n'en sais rien et ça t'intrigue et ça t'agace aussi. Pourtant ; elle ne lui posera jamais de questions, parce qu'elle ne saurait pas comment il le prendrait, ni même comment elle réagirait si ce qu'il lui racontait était trop dur à entendre ; ouais, y'a pas à dire, elle ne sait vraiment pas y faire avec les relations humaines. Lui, il se soucis d'elle ; mais en fait elle autant ? Setsuna se le demande, ne pas poser de question, était-ce normal ? Profond soupir alors qu'elle resserre un peu plus l'étreinte sur ses jambes, la tête posée sur un de ses genoux. Brisé ce silence, dire quelque chose ; mais ne pas amorcer un sujet sensible, ne pas lui poser de question, pas maintenant, pas aujourd'hui ; plus tard. La douce odeur parvient à ses narines, mais Setsuna ne fait pas de commentaire, elle reste silencieuse, continue de le regarder. Personne n'avait cuisiné pour elle depuis bien longtemps, elle-même ne cuisinait pas tant que ça, elle n'était pas vraiment douée dans ce domaine ; et pas que dans ce domaine d'ailleurs. La voilà qui se gratte le front, attrape son verre afin de le terminer et d'écraser le mégot de sa cigarette dans le cendrier ; mais voilà que Kamui brise le silence une nouvelle fois.

Mais je suis là. Donc on peut ... Jouer ensemble, manger ensemble, regarder la télé ensemble ... Ouais, beau programme, elle ne dirait pas non, elle ne voulait pas qu'il parte de toute façon. Coucher ensemble toute la journée, même dans la chambre de ta pote.

Elle ouvre les yeux en grands avant d'étouffer un rire. Elle était détendue, calme, beaucoup plus qu'auparavant et ça, ce n'était pas bien difficile. Sa main vient caresser son visage, enlevant une mèche de ses cheveux qui la gênaient avant de se lever et de se diriger vers la cuisine, malgré son interdiction. Sans un bruit, elle s'accoude au plan de travail, continuant de le regarder, alors qu'il enchaîna.

Alors continue de te focaliser sur ma personne, j'adore ça. 

Ok, elle allait faire cela alors. De toute façon, cela avait toujours été le cas, depuis des années, depuis l'enfance, ce gars l'éblouissait, toujours là pour la sortir du pétrin, toujours là pour lui redonner le sourire ; mais voilà, il avait disparu pendant un long moment et Setsuna ne pouvait le nier, il lui avait manqué. Kamui était sans doute la seule personne à qui elle pouvait faire aveuglément confiance par le passé, elle s'abreuvait de ses paroles, croyait tout... Aujourd'hui, était-ce vraiment différent ? Ne retombait elle pas dans le même piège ? Était-ce vraiment un piège d'ailleurs ? Elle y pense, mais même les pensées négatives n'arrivent pas à lui effacer le sourire radieux qui venait de naître sur ses lèvres. Elle continue de le regarder, avec insistance, elle ne détache pas son regard, impossible, elle n'en a pas envie. Après tout, elle avait bien faillit crever dans cette ruelle et alors elle n'aurait pas vécu un moment pareil ; dieu, que c'est vraiment con de penser comme ça.

Elle soupir lentement, s'approchant nonchalamment, tant-pis pour l'interdiction, Setsuna n'aime pas les règles de toute façon et ça, il devait le savoir. Sans crier garde, elle pose sa tête sur son dos et l'enlace. Elle à envie de rire, elle ne sait pas pourquoi, elle ne se retient pas, elle rit, pourtant il n'avait rien dit de drôle en soit... Ou peut-être que si ? Elle resserre l'étreinte, elle n'est pas si forte que ça, pourtant elle ne veut rien laisser paraître, vraiment pas, elle tremble un peu, elle le sait, mais rien n'y fait, elle espère vraiment que Kamui n'y verra que du feu, qu'il pensera que ce sont les tremblements que provoque son rire. Setsuna a envie de pleurer, mais rien ne sort, c'est étrange, avant elle était une véritable fontaine ; et non pas une femme fontaine, bande de pervers. Son rire se calme, mais elle ne lâche pas Kamui, pas envie, sa chaleur la calmait, c'était agréable. Desserrant un peu son étreinte, la jeune femme lâcha alors en réajustant ses cheveux une nouvelle fois.

Je vais faire ça alors, je vais continuer de te regarder, je ne m'en lasse pas de toute façon.

Puis elle monte s'assoit après un petit saut sur l'autre plan de travail, à côté de levier, dont il ne se servait pas, autant ne pas s'asseoir dans ce qu'il était en train de préparer, se serait un vrai gâchis, elle voulait bien savoir quel goût pouvait avoir sa cuisine. Elle continue de le regarder, un peu, la tête se balançant de droite à gauche telle une gamine. En agissant ainsi, Setsuna se rappelait l'enfant qu'elle était, elle devait être vraiment casse-couille. D'ailleurs, ne l'avait elle jamais gavé à le suivre partout ? Elle ne lui avait jamais posé la question. Il fallait qu'elle arrête avec les questions d'ailleurs, elle en posait trop, beaucoup trop.

En tout cas je suis d'accord avec ton programme, TOUT est parfait.

Elle insista bien sûr le « tout », parce que oui, tout ce qu'il avait cité lui plaisait. Setsuna ne le laisserait pas partir, elle n'en avait aucunement envie. Descendant du plan de travail, la jeune femme attrapa une bouteille d'eau dans le frigo, en bue quelques gorgées avant de la ranger et de s'approcher une nouvelle fois de Kamui, l'attrapant par le col de son tee-shirt et de lui voler un baiser, autant prendre ses aises vu que lui ne se gênait jamais. Elle se décolla lentement et lui lâcha en le regardant dans les yeux.

De toute façon, tu ne pars pas d'ici ce soir, j'ai pas envie d'avoir peur.

Trop franche, beaucoup trop franche... M'enfin, on va pas lui en vouloir de l'être pour une fois.

Codage by pandora. Image de base Tumblr/Modif' Leyna.

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
POINTS : 37
CITATION : Quand tu grandis, tes priorités aussi.
MESSAGES : 689
JUKEBOX : Get out alive - Three Days Grace
FEAT : NT.
CRÉDIT : Une fille qui me déteste.
DATE D'INSCRIPTION : 13/09/2013

FICHE PERSO
XP:
88/180  (88/180)
PV:
21/21  (21/21)
avatar


Ven 5 Sep - 9:14


FEAT. Ishikawa Setsuna
Codage fait par ©PAINDORE sur APPLE SPRING

« Je vais faire ça alors, je vais continuer de te regarder, je ne m'en lasse pas de toute façon. »
Il le sait.
C'est sans prétention, ni même aucune vantardise qu'il se permet de penser très fort à ce détail ; elle l'a toujours regardé. Il ne pouvait pas le nier. Même quand il a tenté de la pousser vers d'autres mecs, à l'époque, elle refusait catégoriquement parce que ... Elle n'arrêtait pas de le regarder. Même lorsqu'il a tenté de la manipuler, de l'utiliser pour oublier ses problèmes de famille ; elle n'arrêtait pas de le regarder. Alors oui, il sait que le regard de Setsuna est figé sur lui.
Et c'est un sacré fardeau.

Il aimerait dire qu'il assure, qu'il gère tout, mais ça serait mentir. Avoir comme devoir ne pas décevoir la personne qui vous fixe comme ça, c'est quelque chose de pénible. Mais en échange, il a une domination complète sur sa personne et ça, le mâle dominant ne peut pas dire non.
Vraiment pas.
« En tout cas je suis d'accord avec ton programme, TOUT est parfait. »
Le contraire aurait été ... Choquant.
Il a proposé exactement tout ce qu'elle aimait faire. Jouer, manger et coucher. Ils peuvent dormir, aussi, mais c'est moins amusant, hein ? D'un côté, il espère que ça l'aide à non seulement ne plus penser à son agression, mais aussi à d'autres choses plutôt désagréable lorsqu'on est seul. Comme le fait d'avoir été nulle, qu'on s'est trop surestimé ... C'est là, tout le problème de Setsuna : elle se surestime face au danger. Elle se dit qu'elle va y arriver, en niant délibérément le fait que, jamais, elle n'a réussi à faire quelque chose toute seule.
Ce n'est pas une honte.

Elle fait simplement partie de ces gens qui ont besoin de quelqu'un pour les motiver. C'est toujours mieux qu'un pauvre con solitaire qui arrive à tout faire sans l'aide de personne - du moins, qui arrive à faire ce qu'il souhaite, sans l'aide de personne. C'est plus blessant, plus frustrant pour son entourage ... Au moins, avec Setsuna, personne n'a l'impression de servir à rien.
« De toute façon, tu ne pars pas d'ici ce soir, j'ai pas envie d'avoir peur. » Ah, cent pour cent franche, apparemment. « Allez, viens par-là. »
Son baiser est comme une invitation pour lui. Dans le fond, il l'espérait - un peu quand même - qu'elle soit d'accord pour tout faire en sa présence. Alors il l'attrape par la taille, la glisse devant lui et surtout devant le comptoir. Prendre sa main pour y faufiler le couteau et guider l'autre pour l'aider à découper la viande en tranche. Quant à lui ? Il est juste derrière elle, bien collé à son dos, sa tête sur son épaule ...
Bref.
« Faut bien que tu participes, non ? » Sale petit vicelard, va. « Allez, fait attention à ton doigt. Comme ça. »
Une tranche fine, une autre moins fine, une autre fine, une autre moins fine ... Tout en se laissant progressivement aller, embrasser son cou après avoir dégagé ses cheveux. Mordiller sa peau, le lobe de son oreille ... En clair, montrer explicitement à quel point il aime faire ce qu'il veut avec elle.
Le bassin colle bien, d'ailleurs.
« T'es sûre que ça ira pour toi ? »
Après tout, elle vient juste de sortir de l'hôpital ... On ne sait jamais.
Mutant & Proud

_______

One day I'll stop everything, but not today.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Mar 9 Sep - 0:16


"T’as toujours eu peur du noir, je parie que tu as toujours ta veilleuse..." "C’est pas une veilleuse, c’est une lampe fluorescente Batman, c’est vintage. SKINS
Don't worry be happy.


Donner un sens à ma vie, ça aurait été comme jouer la 5e symphonie de Beethoven avec les ongles sur un tableau. Et puis tu t'es pointé... JEUX D'ENFANTS.


 Allez, viens par-là.


Il était comme ça Kamui, il ne disait rien. Elle avait beau être franche, il avait beau le remarqué, il se contentait d'être égal à lui-même ; une énigme. Setsuna ne le comprendrait sans doute jamais, peut-être n'était elle pas destiné à y arriver ; ce qui l'agaçait un peu, voir beaucoup ; se voilant pourtant la face, éjectant cette pensée d'un revers de main. Ne pas penser à ce genre de choses, surtout pas maintenant, surtout pas avec lui. Il la tire vers lui, la plantant devant le plan de travail, fourrant un couteau de cuisine entre ses doigts alors qu'il se collait à elle, l'autre main posée sur le morceau de viande, Kamui la guide... Elle se demande vraiment où elle a atterrit. Setsuna en train de faire la cuisine ? Pas que c'était inédit, mais le fait que ce soit Kamui qui la dirige l'étonnait vraiment. Concentration extrême, elle fait bien attention à ne pas faire n'importe quoi, à ne pas se blesser, hors de question de foiré. Son dos est collé au torse du jeune homme, qui lui, se servait de l'épaule de Setsuna comme repose tête. Un fin sourir se pose sur ses lèvres alors qu'elle continue de découper sous sa directive, une vraie gamine ; pourquoi sourire pour un truc pareil ? Pourquoi se sentir contente à ce point ?

Faut bien que tu participes, pas vrai ? Pourquoi pas en effet. Aller, fait attention à ton doigt. Comme ça.

Elle suit ses mouvements, n'en perd pas une miette, se laisse diriger, regardant bien histoire de ne pas faire n'importe quoi. En soit, cela la surprenait vraiment, cette situation était bien étrange ; m'enfin, si elle repensait à leur voyage, cela était tout à fait banal à côté... Ne pas avoir la tête ailleurs, faire attention à ce qu'elle fait. Une tranche, puis une autre, elle y va doucement, minutieuse. Ses yeux sont rivés sur ce qu'elle fait, Setsuna est complètement absorbée par ce qu'elle était en train de faire, pourtant, un frisson lui parcourra la nuque au moment ou Kamui lui releva les cheveux, les faisant glisser de l'autre côté, elle trembla légèrement et faillit lâché le couteau alors que les lèvres du jeune homme se posèrent sur son cou. La chair de poule, encore une fois, se contact électrisant, presque foudroyant qu'elle avait déjà expérimenté, mais qui la surprenait toujours... Qui l'enivrait malgré tout. Il mordille sa peau et elle se mord la lèvre, tentant de rester pourtant concentré sur ce qu'elle faisait, en tout cas, elle essayait. Il lui mord le lobe de l'oreille et la, elle lâche le couteau, les mains tremblants beaucoup trop, il jouait, il lui montrait bien qu'il arrivait à lui faire perdre la tête... Son dos reste collé à son torse, alors qu'elle essaye de faire disparaître ce rouge de ses joues, les deux mains viennent se placer devant son nez et sa bouche, avaler sa salive, ne pas perdre les pédales.

T'es sûr que ça ira pour toi ?

Les yeux grands ouverts, elle se retourne, plantant ses iris dans les siens. Stupeur. C'est sans doute ce qu'il pouvait lire dans son regard et ce n'était rien de le dire ; Setsuna était vraiment surprise. Pourquoi lui posait il une question pareille ? Est-ce qu'il s'en faisait pour elle ? Et pourquoi serait elle étonnée si c'était le cas ? Elle est présente physiquement, mais ses pensées lui font réaliser des choses qui n'ont pas lieu d'être, encore une fois, son esprit vagabonde, lui envoyant des questions que son cerveau refusait de réceptionné. Ne pas réfléchir, ne pas penser, mais lui répondre pour ne pas l'inquiéter, pour ne pas gâcher ce moment. Le rouge est toujours présent sur ses joues, elle le sait.

Et pourquoi ça n'irait pas ? Je rêve ou tu t'en fais pour moi ?

Sombre idiote. Elle n'aurait jamais dû dire ça et pas avec ce regard. Un regard bien trop franc, un regard bien trop droit, un regard qui ne lui ressemble pas. Ses bras passent une nouvelle fois autour des épaules de Kamui, ses mains se glissant dans ses cheveux, les caressants doucement, entremêlant ses doigts avec quelques mèches avant de se dresser un peu sur la pointe des pieds afin d'être à sa hauteur, enfin, à peu de choses prêts. Ses lèvres viennent effleurés les siennes, ses yeux se ferment légèrement, puis complètement avant de l'embrasser délicatement. Un baiser tendre qui se transforme, elle se rapproche un peu plus, toujours plus, ne voulant pas s'éloigner de lui, pas maintenant, pas tout de suite. Ses mains glissent sur son visage, le gardant collé alors que sa langue vient chercher la sienne. Plus aucune hésitation, totalement sûr d'elle. Ne pas rompre ce contact si plaisant, si réconfortant. Ses ongles glissent une nouvelle fois, s'accrochant à la nuque de Kamui, le griffant légèrement ; reprendre son souffle, elle recule. La tête baissée, les yeux s'embrument ; non, ne pas craquer maintenant. Ne pas penser à ce putain de fait, que si elle avait crevée dans cette ruelle, jamais plus elle n'aurait pu connaître pareille sensation. Avaler sa salive, encore une fois et s'approcher encore, le prendre dans ses bras, mordre légèrement sa nuque avant d'y poser sa tête.

Tout ira bien pour moi. Maintenant, tout ira bien..

Elle l'espérait, elle ne désirait que ça ; que tout aille bien. Setsuna savait que tant qu'elle pouvait compter sur le soutien de Kamui, elle irait bien. Elle pourra dire ce qu'elle veut, son amitié comptait plus que n'importe quoi d'autre. Ne pas le perdre, jamais. Ce n'était pas le moment de pleurer, elle n'en ressentait pas le besoin, mais elle ne put faire autrement, laisser cette larme qui était venue quémander à ses yeux embrumés de la laisser sortir. Elle pose ses lèvres sur la nuque de Kamui, essuyant à ce passage la larme qui s'y était déposée, attrapant une nouvelle fois son visage de ses doigts.

J'ai pas envie d'arrêter pour le moment... C'est mal ?

Non, Setsuna ne voulait pas s'arrêter, ce genre de contact la rassurait, ce genre de contact la réconfortait. Cette barrière de glace qu'elle avait prit tant d'années à dresser avait été détruite pendant ce putain de voyage avec lui, à cause de lui, elle était carrément devenue dépendante de ce genre de contact... Il n'allait pas s'en sortir comme ça ; il fallait qu'il comprenne ce qu'il avait fait.

Codage by pandora. Image de base Tumblr/Modif' Leyna.

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Once Again ✘ Kamui

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kamui Shiro
» Kagura Kamui [Terminé]
» L'enquête touche au but [Kagura Kamui]
» [Tartaros] Kamui Yatô
» Combat de Paolo de Selena contre Cassios

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-