AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ba Dum Tss dans taggle. vs Dris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 0
CITATION : I am being perfectly fucking civil. - Ronan Lynch
MESSAGES : 67
JUKEBOX : Vitalic - La Mort Sur Le Dancefloor
FEAT : Shawn by Ctk Cave.
DATE D'INSCRIPTION : 08/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/1400  (40/1400)
PV:
10/10  (10/10)
avatar

Lun 21 Juil - 11:16



Ba Dum Tss dans taggle.

L'endroit est animé, principalement rempli de touristes, de pauvres gens qui se contentent de baver devant les vitrines et des quelques fortunes encore présentes à Tokyo. Et puis il y a Agora. Agora et ses mains couturées de cicatrices, son crâne rasé sur les côtés et ses lunettes de soleil. On pourrait croire qu'il erre ici avec des intentions fallacieuses, juste pour foutre le bordel et repartir, mais non. Eh, tout le monde peut faire des emplettes. Le mutant termine de boire sa canette de Cola puis la jette -direct dans la poubelle, easy- avant d'entrer dans l'une de ces fameuses boutiques de luxe. Il veut une nouvelle paire de lunette et il veut les meilleures.

Le problème, quand on a une tête comme celle d'Agora c'est 1) qu'on ne passe pas inaperçu, 2) qu'on fait souvent peur aux gens. Alors qu'il est doux comme un agneau le gars, non mais franchement. Du coup, lorsque le jeune homme pose un pied dans la boutique, le radar des agents de sécurité le repère direct. Et le voilà suivit par quatre paires d'yeux dans tout le magasin. Pour un peu, ça lui donnerait envie de tous les emplâtrer dans les murs. Mais pour ça, faudrait qu'il remarque leur manège or ce n'est pas le cas. Non, non, Agora là, il est au royaume des verres teintés, plus rien ne l'intéressera tant qu'il n'aura pas la paire qu'il est venu chercher. Il déambule entre les étalages, en essaie quelques unes mais il n'est pas satisfait du résultat. Finalement, il s'approche d'une vendeuse qui, si elle semble nerveuse au début, se calme rapidement en constatant que ce supposé voyou est d'une politesse charmante et vraiment intéressé par l'achat d'une paire de lunette. Voire deux. Agora aime les lunettes, l'avait-on déjà précisé ?

Ce n'est qu'une heure plus tard qu'il en ressort. Au bout d'un quart d'heure, les vigiles ce sont lassés. Au bout de vingt minutes, la vendeuse rigolait à ses blagues. Au bout de quarante minutes, Agora a volé six paires de lunette parmi les plus chères. Au bout de cinquante-cinq minutes, Agora est tombé amoureux d'une nuance de verre bleu-noir. Au bout d'une heure, il a acheté sa paire et a même droit au numéro de la vendeuse en prime. Maintenant, il a plus qu'à revendre les paires volées et l'affaire est pliée.

Sauf qu'on vous l'a déjà dit, Agora a une tête 1) qui ne passe pas inaperçu, 2) qui fait souvent peur aux gens. Si jusqu'à présent, c'est le deuxième cas qui prônait, maintenant, c'est le premier. Agora s'est sûrement battu avec la moitié de Tokyo, il est normal que certains l'aient encore mauvaise. C'est juste après s'être acheté quelques takoyakis fumants qu'Agora remarque qu'on le suit. Trois types hauts comme des armoires qui encadrent un homme d'une trentaine d'années dont l'aura suinte "YAKUZA". Agora mange son achat tranquille pépère puis il prend brusquement la tangente vers une ruelle d'arrière boutique moins fréquentée.

La suite, vous la connaissez.

Agora se prend des coups et les rend, tord des doigts, mord de la chair, arrache même une oreille. Dans l'ensemble, il se défend bien, pouvoir aidant, même s'il sait qu'un check up à l'hosto sera nécessaire. Il sent peut-être pas la douleur, mais la force de ces enfoirés est conséquente, faut qu'il fasse gaffe. Mais plus tard. D'abord, il fixe du regard le patron des gorilles qui se tient un peu en retrait. Lui, il allait le laisser pour mort dans une poubelle. Il court, va pour tacler le gars. Sauf qu'un ahuri ouvre une porte pile à ce moment là. WOW PUTAIN. Agora parvient à recalculer sa trajectoire pour pas se manger le battant en métal qui doit faire très bobo à la tête quand on rentre dedans. Par contre, l'ahuri en question, il se le mange de plein fouet, les envoyant voler en une chorégraphie très étrange de bras et jambes qui s'agitent dans tous les sens pour venir s'écraser aux pieds du mafieux. Ahem. Question classe et menaçant, on a fait mieux.

« T'ain mais c'est pas possible d'avoir un timing aussi POURRAVE. » Il gueule le dernier mot, sa frustration trouvant une échappatoire comme elle le peut. Le trentenaire bouge, Agora le voit du coin de l'oeil. Paré à prendre la fuite, sûrement. Sauf que non. Le mutant étire vivement le bras, appuyant sa main dans la face de l'ahuri pour avoir un appui, et attrape la cheville du fuyard. Et il tire. Fort. De manière à ce que l'autre s'éclate la tête au sol et s'assomme. Pfiouh.

Agora s'assied au sol. Ses jambes sont encore en train de jouer à faire un noeud humain avec celles de Sir-J'ai-le-timing-le-plus-pourri-de-la-planète mais il s'en cogne, il est essoufflé, pas le temps de démêler le noeud. « Ahh, non mais sérieusement gars, comment c'est possible d'être autant au mauvais endroit au mauvais moment ? T'es malchanceux de nature ou bien ? J'connais un type qu'est poissard de chez poissard ceci dit, mais lui c'est un autre cas, c'est dans ses gènes, littéralement. Lui ça m'aurait pas étonné que ça lui arri... Oh. Oh ? Oooooh. » Ça, c'est Agora qui met un et un en relation. « Noooon, Dris ? HAHAHA! » Et là, c'est Agora qui se marre comme une baleine parce que franchement, c'est drôle. Ce qui l'est un peu moins, ce sont les agents de sécurités et les sbires de monsieur le mafieux qui se dirigent vers eux à travers la foule.


Bidouillage par Agora



_______
Sales tronches de rechange:
 


Dernière édition par Agora le Mar 26 Aoû - 0:58, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 93
MESSAGES : 1725
FEAT : yogi.
DATE D'INSCRIPTION : 09/07/2013
LOCALISATION : je pensais oklm voulait dire " ok le monde " #oklmonde

FICHE PERSO
XP:
32/174  (32/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Ven 25 Juil - 15:46

pas de chance


La nuit est enfin tombée, cette nuit est si utile. C'est moins clair, c'est aussi là que se montrent le plus souvent les trafiquants en tout genre. Alors j'avais rendez-vous avec un homme non loin dans un coin rues de Ginza pour acheter une arme personnelle - bien que j'en avais déjà un autre chez moi - En même temps, ça serait très bête pour un bras-droit qui ne se masque pas de n'avoir aucune arme, n'est-ce pas ? L'affaire s'est terminée en une minute seulement : suffisait de donner l'argent et il me passait le pistolet d'un calibre assez intéressant. Mais rassurez vous, aussi étrange que cela puisse paraître - ou pas - je ne l'utilise que dans les cas extrêmes. Avant d'aller au repère pour voir si tout se passait bien - y jeter un coup d'oeil de temps en temps et discuter avec quelques membres pour voir s'il y a des informations sur telle ou telle mission ne fait pas de mal - je m'arrête devant un distributeur de boisson : je choisis tout simplement un coca cola. Mais j'me connais. Je ne m'arrête pas là. Je vais voir de différentes boutiques pour jeter un oeil, je passais très rarement par ce quartier. Les prix étaient assez élevés, même pour certaines choses qui sont à mes yeux ridicules. Franchement, une ceinture de merde qui vaut autant de yen ? Qui achèterait ça ?

Finalement j'en ressors aussi vite que j'y suis entré pour prendre la ruelle qui me dirige le plus rapidement au repère. Seulement voilà, pas de chance, et ça m'connait, je ne sais absolument PAS DU TOUT CE QU'IL S'EST PASSE mais je viens de me prendre la porte violemment. Je sens tout mon visage supporter cette douleur atroce qui est en train de me cramer. Je gueule. J'ai l'impression d'avoir le nez péter, j'espère VRAIMENT QUE CE N'EST QU'UNE IMPRESSION. Ce que je sais c'est que je saigne. Putain sérieusement je suis complètement secoué je crois que je ne sortirai plus jamais les soirs. Je me frotte les yeux et essaie de comprendre ce qu'il se passe quand je vois juste plusieurs hommes non loin de moi qui ont une allure de... Yakuza ? hahahaha JE NE VEUX RIEN A VOIR AVEC EUX je ne suis qu'un petit homme qui passait par là et. Oh non les gars sérieusement. A peine j'essayais de me relever que je sens une main sur ma gueule - décidément c'est vraiment mon soir - puis à nouveau, j'retombe au sol mais par le dos.

Une larme coule de mon oeil gauche, je souffre en silence. Je. je. mon dos. Mon. précieux dos. Je. t'aimais. Je me sens comme un vieux de 75 ans, si vous voulez savoir mon état actuel. J'essaie de reprendre mes esprits car je ne comprends toujours rien, bien que je savais qu'il y avait du combat ici. Pourquoi on me mêle à ça pourquoi je sers de de je ne sais pas quoi mais de quelque chose LAISSEZ MOI TRANQUILLE BON SANG. Je soupire et remets mes cheveux en place. Puis me redresse légèrement, assis, tandis que l'homme me fait comprendre à quel point j'étais malchanceux. Hahaha SANS BLAGUE, je lève les yeux vers lui lorsqu'il. AGORA ??! Je suppose que le type qu'a la malchance dans ses gènes, c'est moi. Dommage j'aurai voulu rencontrer quelqu'un qui a un sale karma collé au cul. Je me frotte l'arrière du crâne.

- Laisse moi deux secondes, juste deux secondes de ma vie pour pouvoir souffler. J'inspire et expire, avant de lui donner un petit coup son épaule droite. Je n'étais pas spécialement énervé, enfin un peu. Mais ça ne m'étonne même plus de le voir s'attirer les problèmes. Imbécile, toujours à te battre à ce que je vois. Tu sais que tu vas te mettre tout Tokyo à dos à force ? Puis... regarde, tu m'as détruit le DOS et je pisse le sang du NEZ. J'ai troooop mal. Raaaah non t'as raison c'est juste la malchance dans mes veines.

Je pose mes deux mains sur mon visage et soupire une énième fois. J'ai envie de dire, j'ai l'habitude. Ces derniers temps ça s'est plutôt calmé, mais tout revient assez rapidement. Si seulement je pouvais trouver un moyen de me débarrasser de ce pouvoir. Vivre avec est un enfer. Je me relève, me dégage de ses jambes (wtf comment on s'est retrouvé comme ça) et essaie de détendre mon dos. Je tourne la tête quand je vois plusieurs hommes se dirigés vers nous. Euh. Euh ??? EUHHH ? Est-ce que c'est censé nous alerter de quelque chose ou. NON NON ILS VONT FAIRE LES COURSES. Bon sang c'est pas encore fini ? J'espère que ce sont de pseudos mafieux sinon ADIEU MA VIE. Bon aller des petits cons et des gros chauve j'connais. J'attrape la main de mon ami afin de le forcer à se relever.

- Franchement Agora, pourquoi es-tu toujours obligé de chercher plus gros que toi, hein ? Comment on va se sortir de là maintenant ? REGARDE COMBIEN ILS SONT JE TE LAISSE COMPTER.

Panique panique A DEUX ON NE LES BATTRA JAMAIS : j'ai déjà mal pour encore me blesser puis les combats sont bientôt j'ai envie de me préserver, merde quoi. Oh, j'ai mon arme mais... Je ne vais quand même pas les buter ? Je ne suis pas un tueur. Quoique... eux doivent l'être mais BORDEL JE NE SUIS PAS DANS CETTE HISTOIRE LAISSEZ MOI TRANQUILLE POURQUOI JE DOIS M'ATTIRER LES ENNUIS SANS LE VOULOIR AAAH. Je crois que tenter d'avoir une discussion ne servira à rien n'est-ce pas, hahaha... mh. merde merde flwklfgçyo

- J'ai une arme sur moi mais je ne pense pas que l'utiliser soit une bonne idée... Faudrait. Faudrait. FUIR ?? Viens, on entre par là où je suis sorti et on joue à cache cache dans le magasin c'est parti.

Et c'est sans ne rien lui demander que je l'entraîne avec moi à l'intérieur. Je suis pratiquement certain qu'il serait prêt à foncer sur eux tête baissé MAIS C'EST HORS DE QUESTION. Je ne suis pas un suicidaire contrairement à lui et je tiens à ma dentition parfaite en mode colgate. Je prends deux pantalon, le lui jette sur la figure et fonce dans la cabine d'essayage pour faire style. Ecoutez, c'est ridicule MAIS C'EST LE SEUL MOYEN BORDEL.

- NE FAIS PAS DE BRUIT JE NE SAIS PAS S'ILS NOUS ONT VU ENTRER. dis-je en hurlant. KLDJLFH c'est la panique d'accord. Ah, quand même. Tu m'attires vraiment dans tes problèmes je te hais tu m'entends.


_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 0
CITATION : I am being perfectly fucking civil. - Ronan Lynch
MESSAGES : 67
JUKEBOX : Vitalic - La Mort Sur Le Dancefloor
FEAT : Shawn by Ctk Cave.
DATE D'INSCRIPTION : 08/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/1400  (40/1400)
PV:
10/10  (10/10)
avatar

Mar 26 Aoû - 0:58



Ba Dum Tss dans taggle.

C'est pas qu'il est insensible à la détresse de Dris mais il est juste incapable d'arrêter de rire. Les plaintes de Sir La Malchance ne font qu'aggraver les choses et un bref coup d'oeil à sa gueule pissant le sang et larmoyante le renvoie se tordre en deux. Putain, il va finir par s'étouffer tellement il rit, le con. C'est pas sa faute aussi. Les gens qui ont mal, ça l'a toujours fait marrer. Il riait tellement qu'il a même pas remarqué qu'il s'était remis debout avec l'aide de Cooper. C'dingue comme le sol parait loin d'un coup.

La beuglante de l'Eldorado parvient finalement à passer outre son hilarité. Compter ? Comment ça compter ? Mais qu'est-ce qu'il bave cet abru- Oooh. Compter ça. Agora jette un simple coup d'oeil et, assurément, le compte y est. Il prend le temps de s'épousseter tandis que l'autre gesticule, checkant rapidement ses muscles et ses os, vérifiant que tout semble fonctionner comme il faut. Rien de cassé, apparemment. Une légère gêne pour respirer par contre, faudra qu'il aille se faire checker les côtes aux urgences. Rah, fais chier. « Hey, Dris, tu connais le numéro de l'hosto le plus proche, à tout hasard ? Nan parce qu'une fois que j'en aurai fini avec eux, ils vont devoir faire des heures sup', vaudrait peut-être mieux prévenir, c'est plus poli. » Dirs ne l'écoute pas, bien trop occupé à paniquer, mais lui même ne s'écoute pas trop non plus. Non, lui, c'qui l'occupe, c'est de s'imaginer dans quel ordre il va prendre les gorilles qui leur foncent dessus parce qu'effectivement, il a dans l'idée de foncer dans le tas. Mais attention, foncer dans le tas de manière réfléchie, oh, faut pas l'prendre pour un demeuré. Un par un c'est funky mais ça risque d'être long et épuisant. Peut-être que s'il arrive à faire dégringoler cet étalage il en foutra deux ou trois hors circuit, vu le poids du truc. Un coup de pied bien placé dans la bouteille en verre qui traîne juste là, là, et il en assomme un quatrième. Ça en fait presque la moitié au tapis en environ... Aller, deux secondes et demi. Après, il peut aussi en prendre un pour taper sur l'autre ? Ou encore balancer un-

Balancer un rien du tout, apparemment.

Concentré comme il l'était, Agora n'avait pas entendu Dris babiller sur cette histoire de fuite et de cache cache. Sinon vous pouvez être sûr qu'il serait reparti dans un fou rire qui lui aurait probablement été fatal parce que faut pas se mentir, c'est difficile de défendre sa peau quand on se marre comme un phoque.

Un coup il est dehors à attendre impatiemment que les armoires à glaces débarquent, le coup d'après, il manque se casser la gueule parce que Dris le tire à sa suite sans crier gare. « Eh ? Mais... EH ! NON MAIS DRIS, OH ! La fête c'est dans la rue que ça se passe crétin ! On va tout lou-» Et bim. Le jeune homme est coupé net dans son élan par un futal qui lui atterrit sur la face. Côté crédibilité, on a déjà fait mieux. Il s'en dépêtre plus ou moins facilement et c'est un Agora frustré, échevelé et passablement stupéfait qui en sort, observant Dris beugler dans tous les sens et tourner en rond dans sa cabine d'essayage. Non mais franchement, faudrait le filmer h24 ce type.

Agora sent poindre une énième envie de rire mais il décide que faire mumuse, s'est terminé. S'approchant de Dris, il pose fermement ses mains sur ses épaules et le secoue un poil, histoire qu'il se calme. « Woh woh woh, mon vieux faut que t'apprennes à invoquer le zen en toi parce que là c'est plus tenable, t'es insortable. Bon, qu'est-ce que tu m'chantais à propos d'une arme tout à l'heure... » Sans une once de gêne, le mutant s'accole à l'Eldorado, le palpant à peu partout jusqu'à sentir la forme familière d'un flingue. Bingo. Il le récupère d'un mouvement souple trahissant ses habitudes de vol à l'étalage et observe la bête, sifflant avec admiration. « Eh beh mon salaud, tu te fais pas trop chier toi. T'inquiète mon grand, personne te lattera le derche à part moi. » Comme le sale gosse d'adulte qu'il est, Agora se fend d'un rictus narquois vers Dris avant de sortir de la cabine. Les gorilles ont franchis la porte et se dispersent dans le magasin. Ils sont onze. Un jeu d'enfant. Inspirant un grand coup, le mutant se met à gueuler. « CECI EST UNE ATTAQUE TERRORISTE, VEUILLEZ VOUS BOUGER LE CUL ET EVACUER CE PUTAIN DE MAGASIN AVANT QU'ON VOUS TROUE LA CERVELLE. » Pour faire bonne mesure, il tire en l'air. A l'aveugle, pourrait on croire, mais non les enfants, regardez bien. Chaque balle se fracasse dans l'un des spots éclairants la pièce. Trois au plafond. Deux dans la foule. Une au plafond. Trois dans la foule. Et chaque balle fait mouche, faisant éclater des ampoules et se logeant dans des épaules, des bras, des dos ou des jambes de gorilles. Le tout ne dure qu'une poignée de seconde avant qu'Agora n'achève le spectacle en tirant dans le compteur principal. Black out complet. La magie des trajectoires parfaites.

Dans la pénombres, avec pour seule source de lumière les éclairages des sorties de secours, Agora jette un coup d'oeil à la cohue. Ça devrait ralentir les six gorilles encore en lice pendant quelques temps. Il se tourne vers Dris, tire la gueule en le voyant toujours en train de pisser le sang. Du coup, il lui colle le premier vêtement qui lui tombe sous la main dans la figure -à savoir une chaussette- avant de lui tendre le pistolet. « Pas mal du tout comme jouet. Bon, sinon, t'es toujours opé pour cette partie de cache-cache ou tu préfères qu'on profite du bordel pour se faire la malle par les espaces réservés au personnel dont la porte se trouve JUSTE A CÔTE de cette putain de cabine ? » Il lui colle une tape sur la tête, exaspéré. « Y'a vraiment que toi pour courir te changer dans une cabine d'essayage alors que ton ticket de sortie se trouve à même pas vingt centimètres. » Un cri rageur se fait entendre dans leur dos parmi les gémissements des blessés, suivit d'un fracas métallique. Apparemment, les gorilles ont perdu patience et ont commencé à tout simplement défoncer le moindre meuble ou présentoir en travers de leur route. Quel manque de fair play, franchement. Surveillant leur progression, Agora pousse Dris devant lui, lui faisant passer la porte en veillant à se qu'elle ne fasse pas trop de bruit, s'exprimant lui même à voix basse. « Avec un peu de chance, ils penseront qu'on a fuit avec la masse. Au pire des cas, ils savent qu'on est armés et qu'on sait viser. » Il referme doucement la porte derrière eux et un grand sourire s'étale sur ses lèvres alors qu'il se tourne vers Cooper. « Aller, tire pas la tronche. Ça pourrait être pire, nan ? »


Bidouillage par Agora



_______
Sales tronches de rechange:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Ba Dum Tss dans taggle. vs Dris

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-