AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 1-3-4 nishinippori, arakawa + Ryu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 35
CITATION : “Pour le petit garçon, je n'ai pas fait exprès.”
MESSAGES : 15
CRÉDIT : kr0npr1nz
DATE D'INSCRIPTION : 14/12/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 18 Déc - 14:17


I WILL NOT EVER/ TAKE THIS FOR GRANTED
Devant le distributeur automatique qui fait face à l’immeuble, je prends un café chaud. Je n’ai pas eu le temps d’en faire et je suis déjà en retard. Le supermarché fait des soldes sur l’ensemble du magasin et je sais par expérience qu’il suffit d’arriver une demi-heure trop tard pour qu’il ne reste plus rien. Comme dans le frigo. Et si déjeuner au travail me permet d’avoir l’estomac rempli, celui de Papa n’a pas cette chance. Voilà pourquoi je suis déjà dehors, si tôt, sur une de mes rares journées de repos. Je ne suis pas à l’aise à l’idée de laisser le service se débrouiller sans moi, je m’imagine toujours qu’un de mes collègues fera une bourde, oubliera une donnée, ce qui aura des conséquences désastreuses dont j’hériterai la responsabilité, évidemment.

Le type déboule depuis le bout de la rue et percute mon coude, me faisant perdre l’équilibre et lâcher la canette brûlante sur le sol. Il semble ne même pas m’avoir vue et continue de courir comme un dératé. Ce n’est pas bon signe. C’est encore moins bon signe lorsque le type, presque un point noir dans l’horizon, perce un trou dans l’air et disparaît dans la faille qu’il vient de créer. Temporelle ou géographique, je n’ai pas le temps de me poser des questions sur sa mutation, c’est le signal qui me dit de dégager. Un mutant qui court, c’est preuve d'une menace potentielle pour tous les autres.

Parfois, j’oublie que je vis dans la peau d’une proie et que la chasse est infinie.

Une ombre noire, un long manteau. Une deuxième forme humaine. Leurs armes. Je leur tourne le dos, me dirige vers l’immeuble sans trop me presser – ne pas leur mettre la puce à l’oreille. J’entre dans l’appartement familial. “Papa. Traqueurs.” Je vois Papa se diriger vers le canapé du salon et s’affaler dessus. Il appuie sur un bouton de la télécommande et la télévision s’allume. Il sait ce qu’il doit faire. Ignorer jusqu’à mon existence. Je me rue jusqu’à ma chambre. Je n’entasse rien de personnel. Jamais. Je ramasse un sac à dos où je cache mes affaires et mes papiers d’identité et le jette sur une épaule. Bien, ça, c’est fait.

La seule trace qui prouve que j’ai vécu ici, c’est une unique photo sur la paroi du réfrigérateur. Une photo de famille, qui date d’avant l’explosion. Rien de mutant ici. Rien de différent. Juste des morts et des disparus, des fantômes du passé et Papa, seul à vivre son deuil. Je monte les escaliers jusqu’à l’étage où vit madame Kizu. Je dois me cacher chez elle, on en avait convenu. J’entends les Traqueurs dans l’immeuble d’à-côté. Il y a tellement plus de mutants que ce qu’on imagine. Mais nous sommes toujours la minorité, cette minorité ; celle qu’on montre du doigt.

“Madame Kizu”, je chuchote contre la porte fermée. “Madame Kizu, c’est moi.” Pas de réponse. Je n’ai pas prévu ça. Je n’ai pas prévu ça, putain. Je regarde l’étage supérieur. Ils connaissent mon adresse, ils connaissent l’adresse de Papa. Je n’ai pas le choix.

“Monsieur Kawakashi ? Je peux entrer une minute ?”
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 21
CITATION : « Le jour de sa mort est un jour qui mérite d'être vécu. »
MESSAGES : 21
JUKEBOX : https://www.youtube.com/watch?v=2X_2IdybTV0
FEAT : Roronoa Zoro feat One Piece.
CRÉDIT : Kaii (moi-même donc.)
DATE D'INSCRIPTION : 05/12/2014
LOCALISATION : Sur une tombe.

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mar 23 Déc - 17:19





Jeune mutante & Tueur à gage.

Le soleil pointait le bout de son nez aux travers des rideaux du vert qui grognait férocement. Le corps las de la veille, se levait finalement pour fermer correctement le volet et se recoucher sur le matelas encore chaud. Du sang se faisait voir sur les draps, qu’il soulevait rapidement pour se fourrer à l’intérieur à nouveau. Les traqueurs. La veille, une affaire était arrivée sur le tapis, une affaire comme il en voyait souvent. Un simple contrat de mort sur une personne lambda, rien d’anormal pour le tueur à gage qui commençait à avoir l’habitude de se genre de mission plus que « normale », seulement, il n’avait pas prévu que cet homme soit un mutant avec un pouvoir dérangeant. La lute avait été difficile pour les deux et Ryu s’en sortait avec une blessure plutôt imposante partant des cotes jusqu‘au ventre, avant que des traqueurs n‘entrent aussi en jeu, rendant le tout infernal. Cela avait été la guerre pendant un bon moment avant qu’il ne trouve le moyen de s’enfuir grâce à son don, une blessure bien visible et douloureuse en prime, mais pas une blessure qui pourrait l’envoyer à l’hosto selon lui. Il pourrait très bien s’en occuper seul, ce qu’il avait fait plus ou moins bien. Une paire de ciseaux, du fil, une aiguille, de l’alcool et le tour était joué. En rentrant, il avait passé une bonne vingtaine de minute à s’occuper de cela, tâchant plusieurs serviettes et ses draps en allant se coucher, mais il était vivant, c’était déjà l’essentiel selon lui. Voilà pourquoi nous le retrouvions à moitié mort-vivant ce matin-là, dormant plus que d’ordinaire. En réalité, il ne comptait pas se lever du tout en ce jour, prenant une journée de repos bien méritée, mais tout le monde ne semblait pas de cet avis.

Son sommeil semblait être à moitié, il ne dormait pas réellement, mais semblait pourtant bien le faire, seulement, en entendant une voix à sa porte, il ouvrait un œil, se demandant ce qu’il se passait. Grognant un peu sans bouger, il espérait que cette personne parte sans demander plus, mais cela ne semblait pas être le cas, il se levait donc à nouveau, las. Se grattant un peu le ventre, torse nu, il allait à la porte et ouvrait finalement pour tomber sur une tête qu’il connaissait vaguement, Masako Kurogane, du moins, c‘est le souvenir qu‘il avait d‘elle. Arquant un sourcil, il prenait la parole.

« C’est pour quoi, Kurogane ? »

Avant même qu’elle ne puisse prendre la parole, il tendait l’oreille pour entendre des voix et une discussion. Discussion qui le laissait penser que les traqueurs étaient à nouveau dans le coin. Il détestait ces mecs qui se prenaient pour des Dieux. Grognant un peu à nouveau, il se poussait pour laisser entrer la jeune fille, reconnaissant bien la mutante fuyant le danger qu’elle était et fermait la porte derrière elle avant de soupirer un peu. Son regard se posait sur elle quelques secondes.

« Assied-toi où tu veux. Tu veux boire quelque chose ? »

En temps normal, peut-être qu’il l’aurait foutu à la porte ou bien qu’il l’aurait ignorée pour la laisser loin de lui, mais il ne pouvait pas abandonner cette gamine qui fuyait le danger de mort des traqueurs. Lui aussi devait y faire face et savait parfaitement à quel point ils pouvaient être tenaces et sans pitiés avec eux, les mutants.
Se rendant dans la cuisine, il prenait un café avant de s’accouder au plan de travail, regardant la jeune fille encore une fois. Il se demandait si elle allait rester longtemps dans son appartement ou non. Après tout, elle n’était pas franchement en sécurité ici non plus. Avec son métier, personne n’était en sécurité tant qu’ils étaient avec lui et c’est pour cela qu’il éloignait toujours tout le monde.

« Tu peux faire comme chez toi, mais dis-moi, tu vas rester longtemps ? »

Sa voix était neutre, mais quelque part, on pouvait sentir une certaine chaleur de sa part. Il semblait froid et distant, mais ne l’était pas du tout. En réalité, Ryu était plus comme une grosse peluche qu’autre chose.


© Nye-Hael sur Epicode

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 35
CITATION : “Pour le petit garçon, je n'ai pas fait exprès.”
MESSAGES : 15
CRÉDIT : kr0npr1nz
DATE D'INSCRIPTION : 14/12/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 25 Déc - 14:13

USE THAT HEAD AND STOP TO THINK A LITTLE
Il ouvre l’oeil vitreux, torse nu. Il est encore tôt, je dois le réveiller. Je ne sais pas comment il peut avoir l’air aussi serein à cet instant. Peut-être parce qu’il est aussi effrayant – si ce n’est plus – qu’un Traqueur. Je sautille sur place, passant d’un pied à l’autre. J’entends les Traqueurs, j’entends le son de leurs voix. Avec un grognement, Kawakashi daigne me laisser entrer, enfin. J’ai la gorge nouée alors qu’il m’incite à m’asseoir et me propose quelque chose à boire. Comme si j’étais coincé dans l’eau d’un lac gelé, incapable de briser la glace. Pas encore tout à fait morte, mais convaincue de vivre mes dernières heures.

Debout devant la porte d’entrée refermée, je regarde Kawakashi se servir du café. Je fixe ses doigts serrés autour de la tasse, ses coudes posés sur le plan de travail. Je retrouve mon calme, je sens les battements de mon cœur s’apaiser. J’ai toujours cette montée d’adrénaline que je n’arrive pas à canaliser lorsque je me sens en danger. Cette poussée qui me fait trembler, qui me fait oublier de me concentrer. J’aurais pu fracasser la porte de Kawakashi ; j’aurais pu la faire s’écrouler, oui.

Je me dirige lentement vers lui, une main posée sur le mur pour me guider. Je prends place sur une des chaises qui encadrent la petite table de sa cuisine. “J’aimerais bien un café, aussi.” Je joins mes mains et coince mes doigts sous mes cuisses.

Je ne sais pas combien de temps je vais devoir rester là. Ce n’est pas inhérent à ma volonté : je n’ai pas le choix. Si je prends le risque de rester chez moi, je prends le risque qu’un Traqueur déboule, fasse de moi peu importe ce qu’il compte faire et, pire, s’en prenne à Papa. On raconte des histoires atroces sur les Traqueurs, à Lux. On refuse d’en parler vraiment, comme si le dire rendrait la chose plus réelle, mais certains manquent clairement de subtilité et je devine les horreurs commises. Je fais tout pour rester discrète, mais je reste un nom quelque part sur leur liste.

“Je vais rester le moins longtemps possible, il faut juste”, je m’arrête, “il faut juste attendre qu’ils soient plus loin.”

Seulement, j’ai beau vouloir faire l’autruche, enfoncer ma tête au fond d’un trou sans lumière, je ne peux ignorer une possibilité : et si Kawakashi était un mutant, lui aussi ? Je ne le connais pas très bien. J’ai connu sa femme, je m’entendais même bien avec elle. Elle a disparu en même temps que l’explosion. Un peu avant Maman. Depuis, l’aura de danger autour de Kawakashi a déferlé et dans l’immeuble, on a pris l’habitude de l’éviter, lui et ses magouilles.

S’il est aussi désinvolte, c’est que la présence de Traqueurs ne l’inquiète pas. Si la présence de Traqueurs ne l’inquiète pas, c’est qu’il n’a pas de raison d’en avoir peur. Seulement, je ne connais pas la raison, et ce que je pourrais avancer ne seraient que des hypothèses incertaines. Je ne sais pas quoi faire. “C’est le recensement”, je dis, brisant le silence. “Ils ont l’adresse de Papa. Je devais me cacher chez Kizu mais elle n’est pas là, évidemment, je soupire. “Ils ont beau dire ce qu’ils veulent, le Gouvernement ne nous aime pas.” Nous ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 21
CITATION : « Le jour de sa mort est un jour qui mérite d'être vécu. »
MESSAGES : 21
JUKEBOX : https://www.youtube.com/watch?v=2X_2IdybTV0
FEAT : Roronoa Zoro feat One Piece.
CRÉDIT : Kaii (moi-même donc.)
DATE D'INSCRIPTION : 05/12/2014
LOCALISATION : Sur une tombe.

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Dim 4 Jan - 23:30





Jeune mutante & Tueur à gage.

Serein, la respiration calme et posée, ses yeux fixaient encore cette jeune fille qui se trouvait à présent dans son antre, là où peu de personne venaient. D'une part parce que le tueur à gage ne souhaitait pas voir trop de monde chez lui et d'autre part parce que ce n'était jamais recommandé de rester près de son aura et du danger qu'il représentait, même si lui était un plus gros danger pour ses contrats que l'inverse finalement. C'était donc assez exceptionnel que quelqu'un se trouve en sa compagnie dans son appartement, mais les circonstances étaient très clairement peu ordinaire, bien qu'il ne connaissait pas encore les détails de l'histoire. Le recensement lui semblait clair comme le jour, mais la présence de Kurogane devant sa porte semblait l'être clairement moins. Il lui fallait un moment avant de comprendre, mais avant cela, la jeune fille s'asseyait sur une chaise, joignant ses mains après avoir demandée un café. Le vert s'exécutait à sa demande, remplissant une tasse, posant la sienne de ce fait avant de faire glisser doucement la dite tasse fraîchement remplie sur la table pour son « invitée ».

Les Traqueurs et leur liste. Ryu avait attendu ce moment à nouveau, celui du recensement. La chance était souvent de son côté, la peur ne se lisant nullement sur le visage de cet homme. Pourquoi aurait-il peur de ces gens-là tout en sachant ce qu'il était capable de faire pour gagner sa vie ? Bien qu'il ne soit pas un monstre en puissance, un psychopathe, ne prenant pas spécialement plaisir à tuer des gens pour des contrats, il serait capable de tuer ces Traqueurs si besoin. Autrement dit, peut-être que Kurogane était finalement en sécurité avec lui, une idée qui traversait rapidement son esprit en la voyant avant de disparaître aussi vite qu'elle était apparue. Non, elle n'était pas en sécurité près de lui. C'est aussi pour cela qu'il demandait combien de temps elle comptait rester, mais évidemment, elle ne pouvait prévoir et cela l'ennuyait légèrement sans qu'il ne le montre pour autant.

« C'est compréhensible en effet ! » Disait-il sans plus de réaction que cela. « Attendons qu'ils soient plus loin. »

Il ne fallait pas être devin pour voir que les gens craignaient le vert. Surtout dans cet immeuble où les gens prenaient l'habitude de le craindre et l'éviter à tout prix. Seuls quelques personnes qui le connaissait bien dans le temps, parlaient encore avec lui. La famille de cette jeune fille ne faisait clairement pas partit de ces gens-là, mais cela ne lui était pas si extraordinaire et il préférait dans un sens. Personne. Personne n'étaient dans ses pattes, personne ne pouvaient compromettre ses missions ainsi et son travail, c'était pour le mieux et ceux, pour tout le monde.

Sa réflexion faisait son bout de chemin comme à son habitude avant que la jeune fille n'ouvre à nouveau la bouche, faisant entendre sa voix qui interpellait le Kawakashi. L'histoire qu'elle racontait en cet instant donnait finalement une réponse quant à savoir pourquoi elle était chez lui et non pas chez quelqu'un de plus « fréquentable » selon tout le monde dans l'immeuble. Arquant un sourcil, il buvait entièrement son café. La tournure de sa dernière phrase le laissait perplexe, mais il ne cachait pas être un mutant quand les gens le lui demandait, il pourrait très bien les tuer si danger il y avait ensuite. Pourquoi avoir peur ?

« Effectivement, ils ne nous aiment pas, mais ce n'est pas une grande nouvelle, n'est-ce pas ? » Il se tournait pour poser sa tasse dans l'évier avant de reprendre. « Personne ne nous aiment si ce n'est nous-même, ne l'oublie jamais si tu veux vivre longtemps ! »

Son regard se portait finalement sur sa porte d'entrée, rapidement, comme alerté. Sans bouger pour autant, les bruits de pas semblaient nettement se rapprocher de chez lui, le faisant soupirer doucement. Se redressant lentement, s'étirant un peu par la même occasion, il remarquait finalement ne pas encore avoir mis de t-shirt sur ce torse nu. Il partait donc sans rien dire dans sa chambre, prenant le premier qui venait à lui, l'enfilant avant de réapparaître dans la pièce, s'appuyant contre l'embrasure d'une porte, les bras croisés. Il brisait rapidement le silence à nouveau.

« S'ils viennent jusqu'ici, que compte-tu faire au juste ? »


© Nye-Hael sur Epicode
[/quote]

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

1-3-4 nishinippori, arakawa + Ryu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: TOKYO :: Autres lieux :: Résidences-