AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ok, devinette. Qui est tellement imbibée que quand t'allume une allumette la fille prend feu direct ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 5
CITATION : On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus - Napoléon Bonaparte
MESSAGES : 2
JUKEBOX : La soupe aux choux
FEAT : OC
CRÉDIT : Gloire à Christophos
DATE D'INSCRIPTION : 02/01/2015
LOCALISATION : Fusionnée avec le sofa
avatar

Ven 2 Jan - 23:12


Δ nom : Satomi
Δ prénom: Ryuko
Δ âge : 18 ans
Δ nationalité : Japonaise
Δ né(e) le : 1 Janvier 1997
Δ orientation sexuelle : Hétérosexuelle
Δ race : Humaine
Δ situation financière : Classe moyenne
Δ occupation : Sans emploi fixe
Δ ancienneté : Deux ans
Δ ancienne occupation : Ancienne prisonnière

POPULARITE EN VILLE
★★★★★★★★★★
DANS L'ORGANISATION
★★★★★★★★★★
HAINE ENVERS LES MUTANTS
★★★★★★★★★★
PORT D'ARME
★★★★★★★★★★
CAPACITES EN ATTAQUE
★★★★★★★★★★
CAPACITES EN DEFENSE
★★★★★★★★★★
CAPACITES EN SOIN
★★★★★★★★★★
Δ grade : Soldat
Δ artefact : Ryuko possède pour artefact des gants semblant munis de poings américains. En réalité, tout deux possèdent trois lames rétractables que l'on peut "dégainer" presque instantanément. Si cette arme n'est pas des plus impressionnante, l'effet de surprise s'avère particulièrement efficace. Maniées avec vivacité et précision les assauts de ces lames ne sont pas à sous-estimer et qui sait;Peut-être le métal est-il imbibé de poison? Mutant, prenez garde à vous...  




He salut toi ! Je veux dire enchantée ! C'est drôle, tu me rappelle quelqu'un de bien que j'ai déjà croisé. Une sacrée histoire si tu savais... Je crois que je lui devait même quelques billets ma... Hein de quoi, c'est toi? Comment ça je te reconnais pas ?! Tu m'as bien replacée on dirait, un peu paumée insouciante chiante impatiente. Faut dire que je devais avoir bu, allez complexe pas p'tit gars. Je suis sûre la prochaine fois je me rappellerai de toi.

Ok ! j'dois bien t'avouer la vérité j'me rappelle jamais avoir été bourrée. Normal faut dire j'suis tombée dans la marmite quand j'étais bébé. Quoi ? T'énerve pas ! Oui jusque-là, j'ai simulé mais tu sais : c'était toujours moins fatiguant de m'éclater contre le parquet que de réparer les pots cassés.
Ah pardon c'est vrai quand j'commence je me contrôle plus. Je passe rapidement de timide à pathétique mais tu sais même moi j'ai une éthique!  On s'arrangera la prochaine fois K... Kyosuke?  Bref en attendant tu pourrais m'avancer un peu de monnaie?
---
Tsh parfois je comprends pas j'ai beaux y mettre toute ma bonne foi après trois petits mensonges c'est toujours trois p'tits tour et puis s'en va...Faut dire que la vie est plus facile ainsi pas d'attache pour celui qui traque et qui meurtri. Mentir...Pour moi c'est aussi naturel que quand je respire. Ça doit être pour ça qu'en société j'arrive si bien à me tenir ! Une vrai demoiselle jusqu'à la robe rose pastel. Tu me crois pas?
Bon c'est vrai là, j'ai pas dû te donner une image très positive de moi...Je peux pas me racheter ça me ruinerais ah ... désolée des fois même mon humour me donne  envie de pleurer. Bon alors exceptionnellement bas les masques mutant ! Tu veux la vérité? La vérité c'est que je crève de ma sensibilité,  j'ai beau vouloir l'ignorer elle reste comme une dague plantée profondément ancrée dans mon cœur de traqueur tarée. Ma conscience me demande comment j'ai réussi brillamment à tout foiré. Je sais même plus quand je m'amuse ou quand je suis triste, quand je déconne ou quand je dramatise.
J'étouffe tout les sentiments place au désir après tout je suis une coque vide.  Les sept péché capitaux  réunis devant chez toi...Oui, c'est sûr y'a de quoi devenir livide, l'ambiance devient un tantinet morbide.
Ah oui pourquoi ça tombe sur toi mutant qui à fraîchement rejoint les rangs?  Parce que j'ai la flemme de m'en prendre à plus fort que moi et que quand ça dégénère je suis plus là, j'assume que j'assume pas.
Ohla chut mon garçon je te vois venir avec tes supplications. D'abord tu vas me demander comment ou pourquoi une belle fille avec un visage poupin et aussi angélique que moi débarque tard la nuit sans sonner prête la bouche en coeur à t'éliminer. C'est vrai, tu mériterais de savoir mais là le prend pas mal, j'ai vraiment la flemme alors je vais me contenter de te faire quitter la scène.  
C'était dans le script de toute façon c'est la loi de l'évolution tu trouve ça injuste et radical pas vrai? Alors contente toi de ça :
Je suis en concurrence avec personne je boxe juste avec les mots, avec la technique d'un Junkee. Je papillonne, et danse autour de mes adversaires, parfois, je fais la morte, comme si j'étais endormie, ça cartonne.
Je suis comme un géant qui sommeille, et quand je me réveille je surgis de nulle part et mord ma proie. J'enfonce mes crocs et lui injecte tout mon venin, je lâche un bruit de serpent avant le coup de grâce et je lui fais bien comprendre que je pouvais pas la blairer. Enfin je la tabasse avec mes lames en argent massif jusqu'à ne plus l'entendre respirer.Je me suis toujours dis que si je devais tuer quelqu'un, je devais le faire de face. Lui dire pourquoi je fais ça, en le fixant du regard, et enfin je m'en débarrasse.
Et finalement la pénombre surgit des brûlantes profondeurs de l'enfer, aspire ce résidu sans âme qui gît.
Tu l'as sans doute compris, c'est bien de toi qu'il s'agit.
C'est la loi du plus fort sois tu agis ou meurs ici le gagnant récupère tout, moi je suis du genre insatiable. Maintenant ferme les yeux, dors il est l'heure pour toi de tout oublier. Mon but c'est  vivre pour m'amuser et rien que pour ça je suis prête à te tuer. Rien de personnel hein.
Console-toi en te disant que c'est pour mon bien. T'inquiète ton sacrifice veut dire beaucoup : pour moi il ne sera pas vain.

Have a sweet dream darling.
Δ taille : 1m69
Δ poids: 58
Δ corpulence : élancée
Δ cheveux : Noir
Δ peau : Blanche
Δ yeux : Bleus
Δ style : Selon son envie.
Δ particularité(s) : Magnifaïk ma chérie


Dis...cette question t'as déjà effleurée l'esprit ? Quelle différence entre ceux qui bossent à l'abattoir et les tueurs en série?



       
15h05
La porte s'ouvrit dans un grand fracas quand une femme déchaînée fit son apparition
« Ryuko Satomi ! Il faut qu'on parle !! »
Et voilà c'est reparti. Ne daignant pas même baisser le son du téléviseur la jeune fille gardait les yeux fixés sur l'écran tandis que la silhouette bruyante vint se poster droit devant éteignant au passage l'appareil.
« J'aurais dû fermer cette foutue porte... »
« En tant que tutrice légale j'ai le double des clefs je te rappelle. »
« Ah c'est vrai, celle que je t'ai filée le mois dernier... Quelle hangar ouvre-t-elle déjà ? »
Posant pour la première fois un regard railleur sur les traits décomposés par la haine du ravissant visage de sa mère, elle se leva finalement du canapé pressentant déjà ce qui allait suivre.
« Sais tu quelle heure il est ?! Plus de quinze heures et encore entrain de traîner devant tes dessins animés en pyjama ! Je me demande si t'étais pas mieux du temps où t'étais incarcérée, moi je... »
Un autre individu entra timidement en frappant à la porte déjà grande ouverte et la jeune fille sauta dans les bras de l'homme qui semblait troublé par l'animosité qui régnait dans la pièce .
«  Ca fait longtemps papa, mais tu sais t'aurais pas dû la ramener avec toi. »
Se doutant bien qu'il n'avait pas eu le choix, devant le visage tourmenté de son père elle soupira, elle préférait écarter le sujet et se rasseyait sur le sofa alors que sa mère fouillait dans les tiroirs avant d'en tirer une belle liasse de billets un air victorieux irradiant tout son visage. Puis comme prise d'un élan d'orgueil la femme ajouta d'une voix dure
« Je te prends ça, tu me le dois bien... »
« Et...Au revoir ma chérie je t'aime. »
Fit mine de compléter Ryuko alors qu'elle entendit des pas furieux sortir et la porte claquer avec une violence inouïe. Enfin, d'autre pas plus lents et la voix masculine salua avant de la laisser à son tour.
S'emparant de la télécommande la jeune fille voulu remettre son émission mais c'est devant le générique qu'elle tomba dans un sommeil profond.
                                                             
01H47
Quand elle se retourna dans l’obscurité une lueur apparu devant ses prunelles ensommeillées. Une impression de déjà vu. Mais qu'est-ce que c'était ? L'instant d'après le décors avait changé.
Un carrelage fissuré, deux sièges occupés un homme et une femme qui discutaient.
La fillette de douze ans contempla la scène curieuse de voir un homme inconnu accompagner sa mère dans la pièce familiale . D'ailleurs où était son père ? Surement encore entrain de bosser il n'était que vingt-deux heures après tout... Camouflée derrière le plan de travail elle regretta d'être descendue en cachette se chercher dans la cuisine des friandises pour la nuit.
Tirée de ses réflexion par quelque chose de soudain et terrifiant, la petite aperçu dans la réflexion de la fenêtre en face d'elle une énorme boule de feu... Provenant de la main de l'inconnu. Un monstre ! Il y avait un démon dans sa cuisine !
                                                                 
- - - - -
Un cri strident retentit dans la petite pièce de nature si conviviale d'habitude. Sa mère se mit à  la secouer avec violence tandis que Ryuko contemplait le corps de l'homme pris de spasme dont le sang coulait déjà abondemment sur le carrelage.
« Qu'as-tu fait Ryuko ?! Seigneur mais qu'as-tu fais ?! »
La gamine contempla le monstre puis sa mère la voix tremblante avant de lâcher le couteau, le tintement métallique fu étouffé par la flaque de sang.
«Mais maman... Je t'ai sauvée ! Le m... Le monstre allait te brûler et te dévorer toute crue ! »
« Tu n'es qu'une ignorante, une peste , une imbécile...Il ne faisait que me montrer... »
La femme abattue tomba sur le sol pleurant ce qui s'avérait autrefois être son amant.
Être un mutant.
                                                                 
2H04
Les pleurs avaient cessés, pourtant le vacarme retentissait sans discontinuer.
Le cœur battant Ryuko entendit la sirène qui annonçait le couvre feu puis quelques minutes plus tard elle avait rejoint la cellule qu'on lui avait attribuée dans cette prison pour mineurs dans laquelles on l'avait envoyée. Un frisson la parcouru. Depuis combien de temps elle était enfermée dans ce trou ? Vingt et un mois, vingt-deux mois, qui dit mieux peut-être vingt-trois ? Les dix-huit prochaines années seraient une grosse catastrophe. La jeune fille se laissa glisser contre la paroi froide en repensant au procès. Dire que la plainte venait de sa propre génitrice. Comment pouvait-elle lui infliger ça ? Elle avait voulu la protéger et tiens prends toi ça ! Une erreur de jeunesse, une erreur de jugement. Sous le feu de l'action qui sait de quoi est capable un enfant ? Et maintenant voilà que cette sale garce à su préserver son mariage malgré un amant mutant. Ryuko ferma les yeux continuant de pester intérieurement un bon moment avant qu'un garde vienne la trouver.
                                                                   
- - - - -
Assise dans la salle des visites elle faisait face à un homme d'une trentaine d'années, des lunettes noires, des cheveux bruns gominés il était la chose la plus propre qu'elle n'est vue depuis un bon moment. On lui adressa alors un sourire brillant, un sourire rassurant. Ce genre d'expression qu'on te sers avant de se servir de toi, enfin ça elle ne le comprendrait qu'après. Comme rarement Ryuko s'assit dans le silence presque intimidée. L'homme sortit alors d'une mallette en cuir un document avant de le tendre vers elle avec une confiance écrasante.
« Vous êtes Ryuko Satomi ? »
Sentant qu'il s'agissait là d'une question rhétorique la jeune fille ne répondit pas se contentant de le regarder attentivement.
«Est-ce que quand on vous réprimande vous répondez ? Vous êtes du genre à appliquer la mentalité « pas vue, pas prise », vous aimez pas les plans tout fait vous aimez quand l'action s'improvise ? Vous oubliez quasi-instantanément ce que vous racontent les gens? J'ai pu découvrir aussi que vous supportez mal la provocation... Permettez moi de conclure « mademoiselle » Satomi... Vous êtes une loque humaine n'est-ce pas ? »
Oubliant la fascination que cet être impeccable lui procurait elle quitta sa léthargie passagère. Devait-elle sourire ou lui coller un poing dans la figure ? Elle se contenta de rebondir sur sa petite tirade avec un air innocent.
« Pardonnez moi j'ai décrocher à partir de ''Vous êtes...'' Et puis-je d'ailleurs savoir qui à qui j'ai affaire ? »
Avec un sourire presque las, l'inconnu la contempla d'un air hautain et méprisant. Des gamines comme elle il en avait maté des centaines.
« Alors maintenant écoute moi bien, je ne suis pas là pour répondre à tes questions ou nouer des relations. Je suis venu m'adresser à  la jeune fille qui à commis un homicide contre un mutant il y à bientôt deux ans de cela. Nous regardons régulièrement les nouvelles incarcérations tu sais et on t'observe depuis quelques mois déjà. Ton profil est intéressant et nous sommes venus te proposer un accord. Ryuko que dirais tu de retrouver ta liberté ?»
Les pensées se bousculaient dans le cerveau juvénile qui ne pouvait se focaliser que sur un mot capital « Liberté ». Cependant Ryuko réussit à regrouper quelques marques de prudence pour faire preuve de méfiance, mais hélas pas de bon sens.
«  Ce '' Nous '' ? De qui s'agit-il ? »
Dans son regard bleu lagon, l'inconnu pu lire qu'il avait obtenu une victoire écrasante sur sa proie et un sourire reptilien s'élargit sur son visage tandis qu'il répliqua d'une voix froide.
« Nous, Les Traqueurs. »
                                                                 
5H00
La jeune fille se réveilla en sursaut et respira profondément afin de reprendre le contrôle des battements de son cœur. Se levant d'un bond, elle attrapa un paquet de cigarettes au passage et en alluma une tout en quittant son appartement avant de monter les escaliers de secours.
« Tout va bien, Tout va bien , Tout va bie… »
Elle ouvrit grand la porte et s'installa sur le toit, elle aimait la vue que lui offrait cet immeuble la nuit. Le serpent n'avait pas mentit, elle était « libre » du moins sur le papier, elle ne manquait pas d'argent, pas de problèmes de logements. Un casier vierge et un job qui lui offrait la sécurité...De l'emploi tout du moins. Un pacte avec le diable qu'elle honorait depuis deux ans déjà, après une formation de deux années elle avait officiellement rejoint le terrain et la traque était devenu son quotidien.
Inspirant une grande goulée de fumée, elle laissa retomber son regard sur les lumières de Tokyo.
Elle était restée une grosse loque, une grande improductive dont le seul maître était la fainéantise et on la laissait continuer tant qu'elle exécutait sa quête sans broncher.
Est-ce qu'elle avait du remord à buter tous ces mutants aux gènes dégénérés ?
Non. Entre leurs vies ou la sienne : le choix était vite fait, alors comment pourrait-elle éprouver de la culpabilité?
Son cœur avait enfoui ce sentiment au plus profond de son être. Elle en avait connu un de ces Traqueurs qui ont mal tournés, un naïf, un modéré. «  Les mutants ne sont pas tous mauvais ! » Haha Surprise ! Devine qui s'est fait démembrer? L'organisation ne permettait pas la moindre faiblesse.
Alors Ryuko s'est trouvée de quoi excuser ses actes avec une logique aussi douteuse qu'inexcusable : Elle se dit que son travail n'a rien de plus cruel ou de plus malsain que celui du fermier du coin! après tout...
« Déplume, découpe, emballe. Dis...cette question t'as déjà effleurée l'esprit ? Quelle différence entre ceux qui bossent à l'abattoir et les tueurs en série? »

Bonsoir, eh bien il est temps de vous raconter mon histoire ! Je suis arrivée grâce à Sayuri qui à le flair pour dénicher un beau forum :keuchon:
Comme elle l'à déjà dit il est super cool #sw4glolilol et j'adore le contexte juste BADASS et bien ficelé...Et je suis complètement hystérique devant vos smileys ! Cependant...je vous met un pouce rouge  :yep:
*désoléepourcetteblaguenullejaihonteoupas* En attendant notre prochaine rencontre, je vous souhaite à tous la bonne année.  :prince:






Dernière édition par Ryuko Satomi le Sam 3 Jan - 22:12, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 5
CITATION : On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus - Napoléon Bonaparte
MESSAGES : 2
JUKEBOX : La soupe aux choux
FEAT : OC
CRÉDIT : Gloire à Christophos
DATE D'INSCRIPTION : 02/01/2015
LOCALISATION : Fusionnée avec le sofa
avatar

Sam 3 Jan - 21:35

Bonsoir!
C'était pour vous dire que je pense avoir terminée ma fiche, et j'espère que tout concorde !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Ok, devinette. Qui est tellement imbibée que quand t'allume une allumette la fille prend feu direct ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Seth | Ok ! Devinette : Qui est tellement imbibé, qu'si t'allumes ton briquet à côté d'lui, le mec prend feu direct ?
» Qui est tellement imbibé, qu'si t'allumes ton briquet à côté d'lui, le mec prend feu direct ?!
» Moment de liberté, jeune fille dénudée (Pv Shiro Kuchiki)
» Devinette de Bilbon Sacquet
» Mes devinette assez faciles pour les fortiches !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: GESTION DU PERSONNAGE :: cartes d'identités-