AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bruit blanc. vs Aru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 0
CITATION : I am being perfectly fucking civil. - Ronan Lynch
MESSAGES : 67
JUKEBOX : Vitalic - La Mort Sur Le Dancefloor
FEAT : Shawn by Ctk Cave.
DATE D'INSCRIPTION : 08/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/1400  (40/1400)
PV:
10/10  (10/10)
avatar

Mer 3 Sep - 15:34



Bruit blanc.
Autant, je veux bien reconnaître ne pas être le plus charmant des êtres humains. Autant, mis à côté de grand-mère poussière, je vous le jure, j'suis un ange. Grand-mère poussière, c'est la tenante de la librairie. Ouais, librairie. Parfois, j'aime à maraver des sales gueules en guise de passe temps, parfois j'aime lire. L'un n'empêche pas l'autre, que je sache. S'éduquer et se divertir n'a jamais vraiment été une entrave pendant une bonne baston, si ? Bon, alors on ferme sa grande gueule et on écoute. 'fin, on écoute surtout grand-mère poussière, tellement ridée et vieille que sa peau ressemble à du parchemin. J'aime bien grand-mère poussière. Quand quelqu'un parle trop fort de trois décibels, elle les menace avec sa canne. Du coup, ça me fait rire, et elle me frappe avec jusqu'à ce que j'arrête ou que je sorte. Quand j'étais à Eldorado, je passais souvent des aprem entiers ici, à lire, dormir ou aider à ranger un peu le bordel ambiant. C'est un peu comme mon îlot pépère, en somme. Personne n'aurait l'idée de venir me faire chier ici, personne n'aurait même l'idée de venir me chercher ici. Et personne sain d'esprit n'aurait l'idée de me chercher, tout court.

Du coup, je pionce. 'fin j'essaie. Vautré en travers d'un canapé, lunettes sur le pif, j'écoute distraitement les allers et venues étouffées de bruits de pas et des livres qu'on ouvre, des clients pour la plupart, mais, ah, tiens, là c'est l'assistante blonde de la vieille pie. Je suis passé à autre chose depuis, mais quand j'était ado, j'en pinçais sérieusement pour elle. C'est aussi pour ça que je venais, on va pas s'leurrer. Jeune et jolie, classe, prévenante, intelligente. Damn. J'ouvre un oeil l'air de rien, bien à l'aise sous mes verres teintés, la crème de la crème niveau voyeurisme, et me retrouve nez à nez avec grand-mère poussière. Que je n'avais pas entendue arriver. Et qui me zieutte vraiment salement. Pour un peu, j'ferai dans mon froc.

Je râle et me redresse. Quand elle me zieutte comme ça, soit j'suis bon pour la canne, soit elle veut me demander un service. Des fois, j'transporte des commandes. Des fois, je fais peur à de pseudos rebelles de collégiens qui squattent sous la devanture. Des fois, elle me demande juste si je veux boire du thé. Foutue mégère de mes deux. « Quoi ? » Elle ne dit rien mais le pli de sa bouche lui donne l'air inquiet. Toujours sans émettre un seul putain de son, elle se tourne à demi et observe l'une des allées de la librairie. Comme l'idiot regardant l'index du sage et non la lune, j'observe mémé pendant quelques secondes avant de tenter de suivre son regard et de revenir à elle, dubitatif. « Kess'ya ? Ecoute, j'pige que dalle quand tu t'décides à jouer les muettes, te veux pas simplement me dire c'qui s'passe, hein ? » Je me prends une torgnolle à l'arrière du crâne et un regard venimeux. Okay, capsice, pas parler trop fort, j'la ferme, ça marche. Tirant la gueule, je suis de nouveau des yeux ses coups d'oeils instants vers une certaine zone du magasin et repère une silhouette. Oooh. Je vois. « Tu veux que j'le mette dehors ou juste que j'le sermonne pour prendre aussi peu soin des bouquins ? » Ouais parce que ce qui plait pas à mémé toute ridée, c'est que notre hurluberlu chope un livre, l'ouvre et le feuillette avec autant de délicatesse qu'un broyeur et le repose n'importe où, cornant parfois les couvertures. On voit même des petits morceaux tomber de temps à autres. Ça tiendrait qu'à moi, eh, c'est que des livres, m'voyez. Mais chez mémé fripée, on déconne pas avec la littérature.

Soupirant, je me lève et me dirige vers le client irrespectueux sous le regard incendiaire de la vieille bique. C'est bon, j'vais l'faire, pas la peine de surveiller mon dos comme si l'avenir du monde en dépendait. Ca, c'est ce que j'ai envie de lui gueuler. Mais, shhh, silence, les livres dorment. Le gars -car ouais, c'est un couillu- va pour prendre un énième livre sur l'étagère quand je plaque ma main contre la tranche du dit bouquin, l'en empêchant.

« Bon écoute mec, si tu pouvais être plus délicat avec ces antiquité, l'autre antiquité du magasin apprécierait grandement. C'est soit ça, soit j'te dégage à coup de pieds au derche, t'as le choix. »


Je termine mon petit speech et me décide à tourner le visage vers 'Sieur l'Irrespectueux, peut-être pour dire encore quelque chose, mais les mots s'éteignent avant même de franchir le stade de pensée réfléchie, laissant la place à une gueule que plus surprise que ça, j'pense que mes sourcils se font la malle. Putain.

Mais genre.

What ?

« Aru ?!»

Et l'autre vieille peau de brandir sa canne en m'entendant parler aussi fort.


Bidouillage par Agora



_______
Sales tronches de rechange:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 26
CITATION : Haïs moi.
MESSAGES : 35
CRÉDIT : http://allyalligator.com/
DATE D'INSCRIPTION : 31/07/2014

FICHE PERSO
XP:
16/176  (16/176)
PV:
14/14  (14/14)
avatar


Jeu 4 Sep - 19:36


Dafuck.

AVEC — AGORA



Je me rappelle d'la personne qui m'a apprise à lire. C'était un mec de l'Eldorado, quand on m'a r'cruté. Evidemment, que je savais pas lire. Je pouvais pas apprendre tout seul hein. J'aurais bien pu ne pas apprendre, mais c'est plus pratique pour les fiches de mission, pour lire les sms des cibles, c'genre de choses intéressantes. Ouais, du coup, je sais lire. Ecrire aussi, mais on s'en fout, ça n'a rien à foutre dans cette putain d'introduction. Donc je disais, lire, c'est une capacité pratique. Je vais pas aller lire pour le plaisir de déchiffrer des signes bizarres que tout le monde aime appeler lettres. Mais je sais pas pourquoi, des fois, j'ai pas envie d'être moi même, enfin, le rôle, le moi que tout l'monde voit quoi. Je me comprends, merde. Et j'ai envie de changer un peu. Non, en fait j'avais des recherches à faire. Quoi? Est-ce que ça vous regarder seulement? Non, j'crois pas. C'est secret ok? Ça ne se trouve pas dans les archives des journaux, non. Pas du tout. D'ailleurs c'pas un des livres que j'suis en train de feuilleter sans aucune patience ou délicatesse. C'sont des livres quoi, juste des livres. Puis même les êtres vivants de les détruits, pourquoi je ferais l'inverse pour des stupides livres? Oui, on s'comprend n'est-ce pas.

Bon, donc je suis dans la vieille librairie qui garde les vieux journaux de plus de dix ans, voir plus, je sais pas, je m'en fous. En tout cas je cherche... Enfin non, je ne cherche pas, je regarde juste les images. Et puis ça ne vous regarde pas! Dégagez. Je passe toutes les pages en revue, lisant les titres, les plus petits titres, examinant les images, l'air contrarié, pour changer. Mais j'ai aussi l'air las, fatigué, usé par on ne sait quoi. Mais j'ai pas la tronche aussi agressive que d'habitude. Ça n'a rien à voir avec ce que j'suis en train de faire. C'est mon pied qui va finir dans ton arrière train, si ça continue. Laisse moi chercher. Mais j'arrive à la fin de l'archive. Un léger sourire s'échappe de mes lèvres que je croyais pourtant fermées. Comme quoi, je n'ai pas toujours le contrôle de mon corps, et ça m'dérange d'ailleurs. Saloperie. Je lance le livre plus loin sur une table. Quoi, je vais quand même pas aller chercher l'endroit où je l'ai pris quand même? Ouais, la vieille conne va venir m'emmerder encore. Comme si la canne pouvait me faire mal. Ça servira à rien, comme juste avant. Pas de bol mégère, si seulement je les sentais hein. Hahaha. Mouais, je faisais quoi moi du coup? Ha oui, je reprenais une autre archive, pour faire les recherches. Arrêtez d'insister, je ne dirais rien de plus. Je saisis avec mes ongles sales la tranche d'un livre, prêt à les enfoncer dans le vieux cuir pour bien agripper et tout et tout. Mais j'en ai pas droit, apparemment. Ben non, y a une vieille main masculine à la con qui vient m'empêcher d'prendre mon putain de livre. Je soupire déjà, on peut pas me laisser tranquille avec mes vieux démons quand j'le veux non? C'est pas possible ça! Je vais me pendre, je crois. C'est chiant hein. «Bon écoute mec, si tu pouvais être plus délicat avec ces antiquité, l'autre antiquité du magasin apprécierait grandement. C'est soit ça, soit j'te dégage à coup de pieds au derche, t'as le choix.» Ouais, il se prend pour qui ce mec hein? C'est moi qui vais le dégager hein. Non mais, c'pas possible ça. Franchement. Je tourne la tête, mon expression passe de la fatigue à la colère. Je vais en lui coller une, ça lui apprendra à me prendre pour un bête client hein.

Je le regarde, il me regarde. Il prend une tête franchement étonnée, moi j'comprends pas de suite c'qui l'a. Il a peur de mes cheveux bleus? Du pansement jaune fluo qui recouvre mon nez p't'être? Du vieux masque à gaz bleu océan qui pend à mon cou, celui qui recouvre juste la bouche? Ou alors mon jean? Mes pieds nus? Mon t-shirt noir? Alors quoi? Les pansements fluos sur mes bras? Non? C'est ma trogne qui lui revient pas? Non mais je vais lui mettre un coup de boule mémorable il va pas s'rendre com... « Aru ?!» ... Comment ça Aru? C'est à moi de quitter ma colère pour plisser les yeux d'un air suspicieux. Je suis si connu aussi loin dans la ville? Ça va me faire rougir, téhé. Je souris légèrement. Je le toise. Ouais, mais, y a un 'blème pour le coup. Ouais. Ouais ouais ouais. Lui, je l'ai déjà vu. Si, sa tronche à lunette stupide me dit des trucs là. Je cherche dans mes souvenirs, je déserre les poings aussi, entre autre. Il me dit vraiment un truc. Mais je sais pas quoi. Réfléchis, stupide Aru.
Hah.
Oui, c'est vrai.
Je cherche dans la mémoire du mauvais Aru, je crois.

J'inspire, je cligne, je reste silencieux. J'ai l'air de réfléchir ouais, vu comme je le dévisage. Ouais, je dois chercher dans le Aru. Le vrai quoi, pas le rôle. Pas celui-là ,non. L'ancien, celui au fond. Ca doit être là, et tout. Je réfléchis, ma jeunesse? J'ai une piste. Ca remonte. Les fragments du vrai Aru se reforme, une fois libérer de leur tiroir en métal. Je soupire, je prends une tête étonnée. Ca me revient.

Putain. Nan mais.
Lui?
Pas possible.
« M'bordel... Agora? Mais qu'est-c'tu fous là. »

Merde, où il est le Aru connard là, pour le coup?




(c) MEI SUR APPLE SPRING



_______


Dernière édition par Kojiki Aru le Dim 7 Sep - 10:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 0
CITATION : I am being perfectly fucking civil. - Ronan Lynch
MESSAGES : 67
JUKEBOX : Vitalic - La Mort Sur Le Dancefloor
FEAT : Shawn by Ctk Cave.
DATE D'INSCRIPTION : 08/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/1400  (40/1400)
PV:
10/10  (10/10)
avatar

Sam 6 Sep - 21:43



Bruit blanc.
Je vois qu'il cherche. Le déclic est pas immédiat, il lui faut du temps pour me replacer. Mais Aru c'est pas vraiment une lumière de toute façon, HAHA. Non, en vrai, je sais pas si j'ai envie de rire. Pendant qu'il tente de recaser ma pomme moi j'essaie d'étancher le flot de souvenirs qui frappent à la porte. Ah que coucou les années jeunesses. Ouais, Aru, c'était un pote, l'air de rien. Ouais, c'était aussi un chieur d'envergure mais quand même un pote. Je ne l'ai pas revu depuis que j'ai quitté le gang. Ah quoi ça aurait servi, hein. Je l'ai pas revu et il a toujours l'air aussi con, avec ses cheveux qu'ont l'air malade.

« M'bordel... Agora? Mais qu'est-c'tu fous là. »

Ah, ça y est, tilt. J'suis limite surpris qu'il ait pas mis plus longtemps.

« C'que j'f- Nan mais. Tu. »

J'arrive pas à trouver mes mots et ça me fait chier. C'est le genre de moment où tu t'prends une clope pour faire genre t'es calme et t'as les mains prises, s'cuse, tu vois pas comment j'suis occupé ? Allez, calmos. Je jette un coup d'oeil à mémé, qui menace d'arriver à notre hauteur l'année prochaine si elle continue à cette vitesse folle, et hausse un sourcil. Tapotant l'épaule d'Aru, je lui fais signe de me suivre, serpentant entre les rayons et les piles de livres comme si j'étais chez moi. J'ouvre la porte donnant sur l'arrière boutique, aka une petite cour qui s'ouvre sur un dédale de ruelles. Là, j'vais pouvoir la fumer, ma clope. Je tire sur ma tige fraîchement incendiée et déjà, l'effet de surprise s'estompe. C'est magique ces conneries.

« 'tain, tu m'as pris au dépourvu espèce d'enfoiré. » Je râle parce qu'être au pris au dépourvu, ça m'arrive rarement. Je râle parce que ce connard, j'sais pas quoi en faire. On est censé faire quoi dans ce genre de situation ? Ressasser le passé, discuter du présent et se fendre la gueule côté futur ? J'lui propose un thé ? J'écourte en mode « écoute gars, au plaisir, hein » ? J'en sais rien. Alors je fronce les sourcils en le dévisageant. C'est quand même perturbant de vieillir. Parce qu'il a toujours la même gueule que quand on était ado mais en même temps, beh c'est plus la même. M'voyez ?

« J'pensais que t'étais crevé, depuis le temps. Mais nan, m'sieur se met à lire à c'que j'vois. T'sais, si jamais, y a un rayon chimie. Pour tes bombes, tout ça. 'fin, j'suppose que t'es toujours là dedans, toujours à Eldo'. » Parce qu'on va pas s'mentir, y a que là bas que ce type peut faire parler son amour pour les mélanges explosifs. T'façon, les mecs dans notre genre, y a que dans un gang qu'ils sont jouasses. « Clope ?» Je lui jette mon paquet sans attendre sa réponse et tire sur le filtre de la mienne, de cigarette. Je tire dessus et expire un panache de fumée sans rien dire pendant un moment. J'me tais tout court, en fait, parce que j'sais pas vraiment quoi dire. Mes capacités à interagir socialement avec un fantôme sont un peu rouillées, faudra m'excuser.


Bidouillage par Agora



_______
Sales tronches de rechange:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 26
CITATION : Haïs moi.
MESSAGES : 35
CRÉDIT : http://allyalligator.com/
DATE D'INSCRIPTION : 31/07/2014

FICHE PERSO
XP:
16/176  (16/176)
PV:
14/14  (14/14)
avatar


Dim 7 Sep - 12:57


Tapettes.

AVEC — AGORA



Souffle, p'tit con. Je me souviens de lui, ouais. Ça devait être la seule âme que j'fréquentais quand j'étais plus jeune. Enfin, un ami, je sais pas. Mais on traînait ensemble quoi. C'est un enfoiré. Quand je pense que je me rappelle de lui. J'aurais préféré pas. Nan mais, mauvaise période de ma sale vie, faut comprendre quoi. Regardez cette gueule aussi. Elle est inoubliable tellement elle ressemble à que dalle. Je l'ai reconnu au moins, c'con. « C'que j'f- Nan mais. Tu. » Qu'il finisse ses phrases aussi. Il est toujours aussi limité d'esprit, avec ses lunettes stupides. Je souris en coin, limite amusé t'sé. Il sait pas quoi dire? Bien sur, revoir la personne avec qui tu te battais, faisais des trucs stupides, se lançais des défis, ça peut faire bizarre. Ca m'fait un peu bizarre aussi en fait. Mais moi je sais parler, contrairement à lui.

Bon, on laisse tomber la recherche, là y a une vieille peau en furie sanguinaire qui se dirige furieusement vers nous parce que, pauvres jeunes mortels, on fait trop d'bruit. Ouais ouais. J'ai le temps de me cuisiner une omelette, là hein, aigrie d'mes deux. Je la regarde aussi, avec un air moqueur. Nan mais, pourquoi j'aurais du respect pour les personnes âgées, elles servent à que dalle. Je sens qu'on tapote mon épaule, mes poings se ferment automatiquement. Ola. Non, c'est l'autre débile. J'ai failli le frapper. Je suis pas nerveux, non, juste que c'est un réflexe. Qu'il me touche pas, l'enculay. Il veut que je le suive. Pourquoi? Je m'en fiche de lui, je veux pas le suivre...Ou... Je sais pas, ça peut faire du bien, de revoir un peu le passé. Il pourrait peut-être m'aider. J'en sais rien. C'est moins flou pour lui, p't'être. Ouais, ou pas. J'suis con parfois. Je passe une main dans mes cheveux teintés et tout. Bon, ok, je vais le suivre. J'ai rien à faire, et c'est bien l'seul mec que je supporte. En tout cas, c'était l'seul que je supportais. Il était un peu comme moi. Va savoir si c'pareil maintenant. Allez, un peu d'curiosité l'idiot. On serpente dans la librairie, on abandonne les rares clients. Il s'croit chez lui, le con. Bon, après tout. On sort, dans un endroit qu'je connais pas super bien. Tss, merde. Bon, pas grave, c'est pas un guet-apens non plus. Encore une fois, réflexe et tout. Bref. La on est dehors, il fait meilleur, je regarde à gauche à droite, puis l'autre abruti. Il commence à fumer, j'inspire, ça m'donne envie tient. Ts. « 'tain, tu m'as pris au dépourvu espèce d'enfoiré. »  C'est qui l'enfoiré là. Qu'est-ce qu'il fout dans une librairie à faire le protecteur des livres. Je fronce les sourcils, il fronce les sourcils, j'en hausse un. On se regarde quoi. Il a vieilli, c'pas un vampire, déjà. Intéressant. Je dis n'importe quoi quand je veux. J'marmonne un truc incompréhensible, toujours en train de le juger, des fois qu'ce soit une hallucination parce que j'me sens trop seul. « J'pensais que t'étais crevé, depuis le temps. Mais nan, m'sieur se met à lire à c'que j'vois. T'sais, si jamais, y a un rayon chimie. Pour tes bombes, tout ça. 'fin, j'suppose que t'es toujours là dedans, toujours à Eldo'. » Ouais, maintenant c'moi l'hallu'. Je lâche un «Tsuh.» Et j'venais pas pour les explosifs. Remarque c'bonne idée en fait. A voir. Je regarderai en partant j'imagine. Si j'y pense. Mes recettes sont d'jà bien bien quoi. Au pire, j'm'en fous. Ouais. « Clope ?» Je reçois un projectile non identifié. Je l'attrape en réflexe de combattant. J'en tire une, je chope mon briquet, parce que j'ai un paquet aussi, m'bon. Ça fait toujours une d'économisée. Un léger sourire dévoile une de mes canines.

« Moi, mort? J'suis coriace, t'sé. Et ouais, toujours à Eldo', pour l'poignon qu'je m'fais. J'suis un des plus anciens maintenant. Personne arrive à m'crever. J'suis un dieu du combat, maintenant. Hhahaha.» Je tire sur la clope et j'enfume un peu plus l'air de la p'tite cours. Je le jauge encore avec un léger sourire de sarcasme. Même si je le pense. Je fourre une main dans la poche de mon pantalon. Mon sourire se mue en de la moquerie. Ou du taquinage. J'invente des mots, j'en ai rien à foutre, ok? « Et toi j'vois qu't'es devenu le grand maître gardien des feuilles de papier. Félicitation, pour un p'tit con, c'est un bon av'nir. » Je ricane. On s'est toujours insulter. Va savoir pourquoi. Une habitude, sans doute. Je m'appuie contre un mur, je regarde le ciel. « Et mes explosifs sont au top d'leur performance. Au bout d'toutes ces années, pense pas qu'j'ai fais que d'la merde. Crétin. J'connais tout d'sus.» Mon regard ambré se reporte vers lui. Ça fait bizarre. J'ai même pas envie de m'faire détester de lui. Lui il m'connaissait avant, quand j'étais moi-même. Un gosse des rues, sans but. Qui devait juste survivre ou crever comme tous les autres. « J'pensais plutôt qu'c's'rait toi qu'aurait clashmé en premier. Gringalet comme t'es. » J'suis bien bavard. Étrange. Ça doit m'faire un peu d'bien d'avoir de la nostalgie.

Tsuh. C'quoi ces sentiments stupides de tapettes là. Non, moi j'suis un dur, merde.




(c) MEI SUR APPLE SPRING



_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Bruit blanc. vs Aru

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Tuer sans faire de bruit, facile non ? (PV Alya Sai)
» Huit personnes dans une maison hantée, ça va pas être la jo... AAAAAAH ! C'ETAIT QUOI CE BRUIT ?!
» Le bruit du chat - Astuce
» Bonjour, je voudrais pouvoir tuer sans faire de bruit...
» Douce pluie, tombe comme un rêve. Bruit de coeur en évaporation. [PV Fye-le-doudou]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-