AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reckless ★ Konan C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Ven 29 Aoû - 21:27



Je fais reluire le pavé

☆ ★ ☆
J
ournée de repos. On avait beau être samedi, jour de la semaine où il y avait le plus d'affluence en ville, Kiyoyuki se mêlerait à la foule au lieu de lui distribuer des tracts. Et il ne cachait pas sa joie, c'était bien pour ce genre de chose que la vie valait la peine d'être vécu en dehors d'un camp de redressement. Il était partit de chez lui vers 9 heure du matin et 90 minutes plus tard, il se trouvait dans le centre-ville de Tokyo. Le jeune homme s'était alors donné à son petit plaisir qu'était le parkour.

Sitôt sorti de la station, il s'était dégourdi les jambes au petit trot, avant de foncer pour prendre appuie sur des murs, des barrières, des poteaux... Presque tout le mobilier urbain était susceptible d'être un support qu'il gravissait pour parfois prendre de la hauteur ou de la vitesse. En peu de temps, il avait traversé plusieurs quartiers sans se soucier de qui pouvait l'avoir vu bondir. Un traceur tout seul n'était pas commun et suscitait la curiosité, développant l'idée d'une animation en ville ou d'un phénomène unique à poster sur Youtube. Tout cela était physique, mais Kiyoyuki n'était pas vraiment à l'écoute de son corps auquel il n'accordait aucune limite. Ces moments le faisaient se sentir plus que libre, il ne lui manquait que des ailes, et cette sensation était décuplée quand il pensait que trois mois plus tôt, il était enfermé dans une chambre avec d'autres gars de son âge qui ne lui inspiraient aucune sympathie. La planche, le tic-tac, le saut de fond, le demi-tour... Autant de technique qu'il avait facilement acquis et qu'il mettait en pratique sans même y réfléchir.

En bref, tout cela l'avait mit de bonne humeur. Il s'assit sur une plate-forme qui avait dû rien accueillir d'autre que des pigeons ces dernières années, ses jambes se balançant dans le vide. Là, à 6 mètres de hauteur au-dessus du trottoir, il prit une bouffée d'air frais. Enfin, respirer de l'air pur à Tokyo était une utopie mais à la hauteur à laquelle il se trouvait, le vent avait balayé les nuages noirs dégagés par les voiture. Le jeune Traqueur releva ensuite son regard bleuté vers le haut. Le bâtiment sur lequel il se trouvait lui donnait l'étrange impression menaçante de s'avancer vers lui, ce mouvement lui étant donné par le ciel dont les cumulus défilaient rapidement. Kiyo plissa ensuite les yeux pour localiser un peu plus haut une antenne radio. Plus bas, se trouvait la gare de Shibuya avec sa fidèle statue de chien à l'entrée. L'idée lui vint alors simplement.
sam 6 sept à 11:26
Hey KonPyuTa-saaan ! ☆
C'est samedi et je me retrouve encore dans ta zone. Ça te dit qu'on se voit ? Je suis pas loin de la gare, ça serait cool de se retrouver devant Hachi, j'aime les clichés. Me pose pas de lapin où j'irai te chercher chez toi vu que j'ai encore le SMS d’invitation.
(≧◡≦)

-Gazimon

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Lun 1 Sep - 14:59



 

FEAT. KIYOYUKI
J'aime pas compter les MOTS

 
Reckless on a saturday morning
Aujourd'hui, c'est samedi. Pour une majorité d'individus, cela est synonyme de repos, de weekend et par extension, de joie ou de soulagement. Depuis que je vis à un rythme décalé du reste de la société, je dois dire qu'il m'arrive fréquemment de ne plus savoir quel jour nous sommes. Voilà pourquoi j'ai décidé de ne faire de grasses matinées que pendant les weekends, afin de les différencier des autres jours de la semaine. Je roule dans mon lit puis lève le visage et mon regard se pose sur le réveil immobile et silencieux, trônant sur ma tête de lit. Il est déjà onze heures. Je roule encore mais pour me relever et sortir de mon lit cette fois-ci, je glisse mes petons dans mes chaussons et me lève en m'étirant.

Je pars dans la salle d'eau me débarbouiller et me coiffer et je saisis quelques biscuits de riz que je croque avec entrain que j'accompagne de quelques gorgées de thé Oolong pioché dans le réfrigérateur. J'ouvre mon tiroir à vêtements pour décider ce que je vais porter en cette belle journée. Je songe alors à sortir, puisque le temps si clément semble même m'y inviter, lorsque mon téléphone se met à vibrer. Je me rue sur mon lit pour l'attraper, comme il trainait à côté de mon réveil.

Tiens, c'est Gazimon-kun. Je souris avant de connaître la teneur du message. J'achève la lecture du sms, coite de surprise. Pas de panique, il faut juste que je prenne une douche et que je m'habille et que je me coiffe (encore une fois, vous comprenez), et que je... Ok, j'avais dit pas de panique.

Je souffle profondément pour reprendre mes esprits. Décidée à faire un effort de présentation, j'opterai pour une robe et des sandales. Avec un peu de chance, il n'y aura pas trop de vent et je n'aurai pas froid. Je vais aller me laver et ensuite je répondrai à son message, comme ça, ce sera plus simple. Je me hâte et réapparait dans ma chambre, aussi lustrée qu'un chandelier d'une salle de réception par un soir de grand bal... (Non enfin l'image porte à confusion, je ne suis pas maquillée comme une voiture volée hein, c'est à peine si j'en ai mis d'ailleurs, du maquillage) et je retourne dans la messagerie de mon téléphone portable. Il faut bien admettre qu'il m'est plus que seulement rare de me rendre à des sorties organisées avec des personnes de mon âge que j'apprécie. Et comme on ne s'est jamais vus, en plus, je n'ai pas envie d'avoir l'air d'une serpillère pour une première impression.


Gazimon-kun ▲


06/09/2014 • 11:47am

Hey, Gazimon-kun~, ça va ? (•◡•) /
Ah, euh oui, oui, je suis partante !
Je suis chez moi là, donc je vais me mettre en route et je t'enverrai un message quand j'y serai, ok ?
J'arrive, à toute ! (≧◡≦)



Je relis mon message en constatant que contrairement à ce que j'avais souhaité faire, ma joie n'est absolument pas dissimulée dans mes mots. Là, c'est presque comme si j'avais écrit "EXCITÉE COMME UNE PUCE" en travers de mon sms. Moi qui avais prévu de modérer mon enthousiasme, histoire de ne pas passer pour une folle. Je soupire et vais appuyer sur effacer pour changer le contenu de ma réponse mais mon doigt dérape et j'observe, impuissante, l'écrit s'envoyer contre mon gré. Même ma main se met à me trahir, c'est horrible. Et une tentative pour paraître calme et zen en toutes circonstances de raté, une !

Enfin, je n'ai plus vraiment de temps à perdre maintenant, il faut que je me mette en route puisque c'est ce que je me suis engagée à faire. J'attrape un sac à bandoulière clair sans oublier d'y fourrer mon sweat fétiche au cas ou ainsi que mon portefeuille. On ne sait jamais, et puis la journée vient tout juste de démarrer. Je passe ensuite la porte de l'appartement.
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mar 2 Sep - 18:19



Reckless

☆ ★ ☆
D
urant ce temps là, le traceur n'avait strictement rien fait. Pas qu'il ait été plus actif dans la matinée mais là, il se contenta de se coucher, les mains croisés sous sa tête tandis que ses jambes pendaient toujours dans le vide. À cette hauteur, il était peu probable qu'un policier pense à lever les yeux pour voir qu'un voyou se dorait la pilule sur les débuts d'immeuble. Derrière lui, aucune fenêtre, donc peu de chance que quelqu'un en ouvre une à la volée pour le chasser comme on le ferait pour chasser des pigeons. Kiyoyuki bâilla à s'en décrocher la mâchoire, fixant le ciel clair, ses yeux bleus un peu plissés. Il avait lu quelque part que les personnes aux iris clairs avait une vue médiocre, et même si il ne portait pas de lunette, il s'interrogea sur le fait si ceux aux yeux bruns pouvaient fixer le soleil plus longtemps que lui. Un chat sortit d'il ne sait où sauta à côté de lui, le regarda avec méfiance avant de poser une patte sur son ventre pour l'enjamber et continuer sa route. Dieu, il n'était même pas respecté par ces animaux stupides...

Il sentit son portable vibrer et le sortit de sa poche, prenant garde à ne pas le laisser glisser malencontreusement. Kiyo cligna plusieurs fois en relisant le message. Eh ? Quoi ? Uwah ! Elle avait accepté ! Ce n'était pas sensé être une hikikomori ? Cela ne l'arrangeait que moyennement... En fait, cela signifiait qu'au lieu de se faire préparer un bon repas, il devrait payer pour deux, galanterie masculine oblige. De plus, il avait dit ça un peu au pif, sans réfléchir, et pour une première rencontre improvisée, il n'avait fait aucun effort vestimentaire. Habillé pour aller faire un jogging, KonPyuTa-san rirait de lui et raconterait le soir même que son correspondant était un clochard qui avait trouvé un portable sous un pont.

Aussitôt, Kiyoyuki descendit de son perchoir en trois bonds, causant un sacré choc émotionnel à une vieille dame qui marchait au ralenti sur le trottoir. Sans lui accorder un regard, le jeune Traqueur se mit à courir vers Shibuya 109. Dans sa course où il évitait souplement les gens, il réussit à voir le contenu de son porte-monnaie qui lui donnait le feu vert pour un extra occasionnel et ensuite pianoter son portable du pouce pour répondre à un SMS qui aurait dû arriver plus tôt pour son bien être.
sam 6 sept à 11:52
Oki doki ! Super, prends ton temps, j'ai toute la journée ~ J'attends ton mail pour sortir de l'ombre.

-Gazimon

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Mer 3 Sep - 9:50



 

FEAT. KIYOYUKI
J'aime pas compter les MOTS

 
Reckless on a saturday morning
A peine avais-je eu le temps de descendre l'escalier extérieur de chez moi que Gazimon-kun m'avait répondu. Il veut que je prenne mon temps ? Je veux bien mais j'habite quand même assez près de toute manière, alors même en passant en mode promenade tranquille dans les bois, j'arriverai rapidement au lieu du rendez-vous.


Gazimon-kun ▲


06/09/2014 • 11:56am

Okay, pas de soucis.
Le soleil tape trop fort ou c'est que t'aimes pas bronzer ? (笑)
J'aurais peut-être dû prendre un chapeau si c'est le cas, j'ai une prédisposition aux insolations. C'est bien ma veine. (-、-)



Je marche donc à allure tranquille. Je passe devant le square qui est évidemment assailli de bambins plein d'énergie venus prendre d'assaut les différents jeux et le bac à sable sous l’œil attentif et attendri de leurs mères. Il est loin le temps où je me trouvais les pattes dans le sable à construire des châteaux à l'architecture bancale. Mais la nostalgie m'arrache un sourire plus apaisé qu'amer. J'ai bien fait de me mettre en blanc, n'empêche, parce qu'il est vrai que la chaleur est bien présente. Et voilà qu'en plus d'un chapeau, je me rends compte que j'ai totalement fait l'impasse sur une bouteille d'eau, ce qui s'avèrerait salvateur avec une telle météo. Je passe devant le conbini et il ne me faut pas cinq ans pour décider de m'y arrêter afin d'acheter des rafraichissements. Je me demande si je ferais mieux de prendre des boissons en cannettes ou des ice pops qui risqueraient de fondre. Je me tâte. En y réfléchissant, le trajet n'est pas si long, mais il suffit que je les oublie et la glace se transformera en liquide froid trop sucré. Oui, je crois que je vais plutôt opter pour les cannettes. Je me dirige vers un grand réfrigérateur. Je ne sais pas quoi prendre, il y a trop de choix. Et puis je ne sais même pas ce que Gazimon-kun aime comme boissons, moi. Je vais prendre un pocari sweat et si il aime pas, c'est pas grave, on se débrouillera. Je passe à la caisse et ressors du conbini en ouvrant avec joie mon soda au melon. J'en bois une gorgée avant de me remettre en route.

Me voilà désormais arrivée sur la place la plus populaire de Shibuya, avec ce cher Hachi que je devine perdu derrière le monde environnant de jeunes gens qui vont et viennent constamment. Je devrais essayer de trouver un endroit libre à l'ombre pour m'asseoir et envoyer un message à Gazimon, ce qui s'annonce pour l'instant compliqué. Je ne vais pas me laisser impressionner par ces quelques pèlerins, allez zou, on fonce dans la masse. Comme si la chaleur seule ne suffisait pas, il a fallu en plus que le monde vienne s'agglutiner autour de Hachi et rende l'atmosphère un peu plus lourde. Tout ce que j'espère, c'est que je ne vais pas croiser quelqu'un de mon lycée; si seulement j'avais pensé à prendre ce foutu chapeau...
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mer 3 Sep - 19:21



Reckless

☆ ★ ☆
L
e temps pressait maintenant. Il regrettait de se l'avoir coulé douce en regardant les nuages alors que maintenant, il courrait dans la ville à la recherche de quelque chose de cool à se mettre. Heureusement pour lui, il savait comment se fringuer. Connaître les dernières tendances de Tokyo n'était pas bien compliqué, surtout quand lui-même distribuer des tracts pour des boutiques de prêt-à-porter qui cherchaient à se faire connaître dans l'immensité de la ville. Tout en courant, il zieutait les vitrines. Il serait bien rentré dans l'une d'elle, mais il préférait les grandes enseignes en raison de leurs prix et de leur rapidité qui dépendait principalement de Kiyoyuki. Alors qu'il pénétrait enfin dans le centre commercial, il monta les escalators quatre à quatre et rentra dans une boutique qu'il connaissait déjà. Au même moment, il recevait un mail qu'il devinait comme étant celui de sa correspondante, il croisait juste les doigts pour qu'elle ne lui annonce pas fièrement un "j'y suis". La chance lui sourit et ce sujet ne fut pas évoqué, ce qu'il lui laissa pensé qu'elle devait encore être sur le chemin. Après tout, il ne savait pas où la jeune fille habitait. Et c'était quoi cette histoire de chapeau ? Réel ou simple petit mensonge de fille ?
sam 6 sept à 11:58
C'est que je suis un ninja.

-Gazimon

Le Traqueur remit son portable dans sa poche à la suite de ça et son regard saphir s'orienta vers une pile de magazine qui, à l'entrée, présentait la nouvelle collection. Il l'ouvrit sans aucun geste tendre, parcourant rapidement les pages avant de s'arrêter sur une où un mannequin affichait un air détaché. Sans gêne, il stoppa une vendeuse et brandit la page avec un "j'veux exactement ça". Il ressortait 10 minutes plus tard avec un jean, un T-shirt et une chemise à mettre par dessus. Sans perdre de temps, le jeune homme fonça dans les toilettes et retira ses fringues pour se mettre un coup d'eau et enfiler ses nouvelles affaires. Avant de ressortir, il rentra dans une parfumerie et s'aspergea gratuitement avec un échantillon avant de prendre la direction de la sortie, tout content de lui. En traversant la rue, il se sentait fier d'avoir fait l'impossible. Ses cheveux n'étaient pas très ordonnés, c'était le seul hic, mais cela suffirait largement pour donner une bonne première impression.

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Jeu 4 Sep - 14:29



 

FEAT. KIYOYUKI
J'aime pas compter les MOTS

 
Reckless on a saturday morning
Après un difficile périple à travers la foule, me voici assise à l'ombre. J'en profite pour souffler quelques minutes et m'étirer, avant de reprendre une gorgée de mon soda. Il est temps que j'envoie un message à mon correspondant pour l'avertir que je suis là. Je sais qu'il m'a dit de ne pas me presser, mais maintenant, je suis là alors je n'ai plus vraiment de raison de retarder l'échéance. Tout ce que j'espère, c'est qu'il ne va pas apparaître par surprise hors de la foule, la bouche en cœur et me faire faire une attaque cardiaque. J'ouvre mon portable en constatant que j'ai raté sa réponse de tout à l'heure. Je souffle du nez. C'est gagné, déjà que l'idée que je me suis construite de Gazimon-kun était floue, je l'imagine à présent en posture de ninja sur une jambe et à finir toutes ses phrases par "de gozaru". J'éclate de rire toute seule sous les yeux médusés des passants qui m'entourent. J'en ris à avoir mal au ventre mais il faut que je me reprenne : ça va pas le faire si j'éclate de rire simplement en apercevant Gazimon. Il risque de se fâcher et de, ET DE... Me balancer des shuriken à la gueule. BAHAHAHAHA. Je m'éclaircis finalement la voix et affiche une attitude plus sérieuse avant que les gens ne me prennent définitivement pour une cinglée.


Gazimon-kun ▲


06/09/2014 • 12:13pm

Ah, j'ai essayé de t'imaginé en ninja. Merci, j'ai bien rigolé. (ᗒᗜᗕ)՛̵̖

Sinon, je suis au point de rendez-vous. Je me suis assise sur un muret à l'ombre. Je porte une robe et des sandales blanches, au cas ou tu me trouves pas. (//・_・//)




Autant tout à l'heure, j'étais très heureuse à l'idée de rencontrer Gazimon, autant là, j'ignore pourquoi mais je me sens stressée. J'utilise, en bonne fille qui patiente, l'appareil photo intérieur de mon téléphone pour inspecter ma coiffure et remettre en place les éventuelles mèches rebelles qui se seraient frayer un chemin jusqu'à ma chevelure pendant ma cavalcade au milieu des squatteurs de la place. Bon, je pense que je dois être relativement présentable. Je garde mon téléphone sorti et m'efforce de patienter tranquillement, tout en gardant un œil sur la foule. Oui, je fais un effort pour ne pas me stresser plus que je ne le suis déjà. Je me rends compte à quel point ça fait longtemps que je n'ai pas parlé, face à face, comme le font la plupart des adolescents, avec quelqu'un de mon âge. Il faut que je reste zen.

DIXIT LA FILLE QUI SURSAUTE COMME UNE TARÉE PARCE QU'UN  JOLI PETIT PAPILLON BLANC LE SUMMUM DE L'INOFFENSIF S'EST MALENCONTREUSEMENT POSÉ SUR SON ÉPAULE.

Bonjour, je m'appelle Konan Chosokabe, j'ai dix-sept ans et je suis officiellement devenue une parano de la vie. Adieu veau, vache, cochon, couvée.
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 4 Sep - 16:19



Reckless

☆ ★ ☆
K
iyoyuki se stoppa au beau milieu du trottoir, se faisant cogner une ou deux fois l'épaule sans qu'il n'y accorde la moindre importance. Il n'allait tout de même pas se ramener avec une poche contenant ses affaires crades. Vu que c'était sa propre odeur, il ne pouvait même pas juger quelle était la nature de celle ci, bonne ou mauvaise. Il eut soudainement l'impression d'être en possession de l'arme qui l'avait aidé à faire un meurtre et il paniquait à l'idée de s'en débarrasser. Pourtant, ce fut une chose plutôt simple à faire... Il se mit sur le côté, pénétra dans une petite rue et mit la poche dans une benne à ordure. La scène d'abandon dans Rox et Rouky lui revint en mémoire et il s'efforça de partir sans se retourner. Ils n'étaient peut-être pas très convenables, mais il aimait ces vêtements, il n'en avait pas fait un feignant, la preuve était qu'ils étaient plus qu’abimés maintenant. Kiyo soupira, pensant que c'était une bonne chose de fait sur laquelle il ne devait pas revenir. Ses bottes un peu usées ne gênaient pas tant que ça dans sa tenue, et c'est bien ce qui le consola. Faisant table rase lorsque son portable vibra à nouveau, il constata de sa correspondante était maintenant sur les lieux et qu'elle l'attendait. Le Traqueur tenta d'imaginer la tenue, espérant qu'il n'y ait pas dix filles ayant eu la même idée de s'habiller en blanc lorsqu'il serait sur place.

Kiyoyuki pressa donc le pas, ne répondant même pas au message vu qu'il était à une minute du point de rendez-vous. Alors qu'il traversait la route, il sentit son cœur battre douloureusement. Il fut le premier surpris à constater qu'il appréhendait cette rencontre, chose qui n'était pas du tout son genre d'ordinaire. Il fronça ses fins sourcils noirs, se sentant parfaitement ridicule. Il devait assuré, et c'est ce qu'il ferait. Il était déjà étonnant que même en vivant dans la même ville aux transports en commun développés, ils ne se soient pas rencontrés avant. Le traceur reprit une bouffée d'air pollué de Tokyo et acheva son trajet. Il se trouvait à une dizaine de mètre de la statue de Hachiko alors qu'il observait déjà l'environnement. Se remémorant le message, c'est comme si il devait trouver la mariée dans cette foule assez sobre.

À peine eut-il fait un pas que ses yeux saphir se figèrent sur une personne en particuliers. Il avait un œil de faucon quand il s'agissait de repérer les mutants et la scène semblait se dérouler au ralentis de son point de vue. Si pas mal de personne attendait sur ce même muret, Kiyo était sûr et certain de ne pas se tromper, une sorte d'instinct ensuite confirmé par la tenue blanche décrite dans le mail. Un peu perturbé, il se demanda si il avait la faculté de trouver direct la personne qui l'intéressait alors que jusque là, elle ne s'appliquait qu'aux mutants. Il passa ce détail et, requinqué, il approcha à grands pas tout en affichant un sourire jovial et en remuant la main pour se faire remarquer. Il était rassuré de ne pas s'être fait posé un lapin et encore plus lorsqu'il vit le visage de la fille avec qui il correspondait depuis un peu plus de deux mois. C'était une sacrée bonne surprise, il avait bien fait de se lever ce matin et d'envoyer ce SMS.

« KonPyuTa-san ~ Ton ninja est là ! »

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Sam 6 Sep - 12:23




FEAT. KIYOYUKI
J'aime pas compter les MOTS

Reckless on a saturday morning
Quelques minutes seulement après que j'eus envoyé le dernier message, je sentis comme un regard sur moi provenant de la foule. Je relevais instinctivement le nez de l'écran de mon portable pour découvrir qu'un jeune homme visiblement dans la même tranche d'âge que moi s'avançait dans ma direction de bonne humeur en me faisant des signes. Je lui souris à mon tour, partagée entre le soulagement, la joie et l'embarras, tout en me redressant, droite comme un i.

KonPyuTa-san ~ Ton ninja est là !

Je souris en regardant Gazimon-kun. Je ne l'avais pas imaginé comme ça. En même temps, je pense qu'il est impossible de s'imaginer une personne telle qu'elle est réellement, si l'on ne l'a jamais vu. Mais il a l'air gentil. Il doit bien faire dix centimètres de plus que moi. Il a aussi des yeux d'un bleu très clair, ce qui est assez unique au Japon, je me demande s'il a des origines étrangères. Il faut que je respire et que j'évite de l'observer fixement et que je me comporte comme une personne normale.

Gazimon-kun. Salut. Enchantée. Ah, ça fait bizarre de dire ça puisque que théoriquement on se connait déjà.

Je laisse échapper un petit rire nerveux. Je reste quelques secondes silencieuse après m'être présentée de manière plutôt misérable en bégayant à moitié. Il faut que je sorte plus souvent avec des gens, moi. Je me souviens de mes achats faits au conbini. Je lui montre le sac, en souriant.

Tu as soif ? Je t'ai pris à boire.

Je lui tends la bouteille de Pocari Sweat en guettant sa réaction. S'il fait une grimace, c'est mauvais signe et sinon, tant mieux. Je jette le sac en plastique dans une poubelle a proximité et reviens aussi sec. En buvant une gorgée de mon soda, je me rends compte que je ne suis pas la seule à avoir fait un effort vestimentaire. On dirait même que ses vêtements sont flambants neufs; quoique cela n'ait rien d'étonnant finalement, étant donné qu'il travaille pour des boutiques de prêt-à-porter. C'est plutôt logique. C'est vrai que ses cheveux sont un peu en bataille, mais si ça se trouve c'est fait exprès. Dans le style, je viens de courir comme un dératé à travers les rues de Tokyo. Je dois dire que c'est très réussi comme "faux décoiffé".

Tu étais déjà en ville quand tu m'as donné rendez-vous ? Tu travaillais aujourd'hui aussi ?

C'est tellement bizarre de parler pour de vrai, de vive voix, comme cela à une personne que l'on a perçu qu'à travers des messages écrits. Après, je dois dire que je suis rassurée et je pense que je n'ai pas à me plaindre de cette rencontre. Je regarde rapidement autour de nous, pour m'apercevoir que la foule ne cesse d'augmenter à mesure que la journée se poursuit.

Tu veux aller quelque part de moins peuplé ?

Je réfléchis à un endroit qui pourrait être intéressant. Je connais relativement bien les environs, pourtant j'ignore si les coins que je connais seront plus tranquilles qu'ici ce qui, vu le temps, est a priori peu probable.
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Lun 8 Sep - 19:34



Reckless

☆ ★ ☆
A
u final, il était arrivé pile poil à l'heure. Selon la logique des garçons, arrivé trop tôt signifiait que l'on agissait pas intérêt mais Kiyoyuki se sentait quand même un peu mal d'être arrivé après la jeune fille. Mais soit, à son expression, elle ne semblait pas lui en tenir rigueur vu comment elle le fixait, yeux dans les yeux. Le Traqueur remarqua une légère gêne mais ne lui en voulu aucunement, connaissant sans juger sa situation de hikikomori. Mais de son côté, à croire que les présentations étaient déjà faîtes. Il ne pouvait pas prétendre savoir tout de la vie de son interlocutrice mais assez pour faire comme si il rencontrait une bonne amie après une longue période sans la voir. Il espérait juste ne pas trop ressembler à un pervers en restant là à la regarder avec un sourire. Ce dernier s'effaça lorsqu'il se fit offrir une boisson, visiblement étonné par la suite... Avec toute cette agitation, lui-même n'avait pas songé à apporter quoique ce soit et il ne pu même pas mentir de par son absence de sac.

« Uwah, fallait pas franchement, merci, je peux survivre dans un désert. »

Il prit toutefois la boisson, un peu hésitant au début, croyant  d'abord qu'il s'agissait d'eau minérale avant de mieux lire l'étiquette. Maintenant qu'il y songeait, c'est vrai qu'il avait le gosier sec, à courir sur tout le mobilier urbain et il dé-bouchonna la bouteille sans se faire prier pour en prendre une longue gorgée. Bien sûr, Kiyo savait qu'avec ça, il n'aurait pas le droit à un panier repas mais il adorait l'attention. Lorsqu'il eut terminé jusqu'à plus soif, il lui restait encore un peu de boisson et il rabaissa le bras pour la tenir du bout des doigts pour laisser la bouteille à la verticale. Pour sûr que cela l'avait requinquer, c'est ce qu'il pensa lorsqu'il se frotta les lèvres avec sa manche, tout sourire.

« Nope. J'ai bien profiter de la matinée à ma manière. Même si je ne suis pas payé à me dégourdir les jambes. »

Au même moment, le traceur fut bousculé par derrière, parce que lui tournait le dos à un passage et non à un muret. Il se contenta seulement de grogner un peu, il n'y avait pas eu de dégât après tout. Il reporta ensuite son regard presque turquoise sur sa correspondante, réalisant enfin qu'il la dépassait d'une bonne dizaine de centimètre, si ce n'était légèrement plus. C'était tellement cliché qu'il dû se mettre une claque mentale pour ne pas y songer. Haha, ce qu'il pouvait se trouver idiot. Aussi, le noiraud fut ravi de constater que son amie lui proposait de se casser de cet endroit qui ne désemplissait pas niveau population qui se retrouver. Le jeune homme posa alors ses deux mains sur les épaules de KonPyuTa-san et la fit tourner sur elle-même, l'entrainant au moins en dehors de la place pour se retrouver sur le trottoir et ainsi mieux songer à un endroit plus calme mais qui resterait sympa.

« Dac'o'dac ! Faisons ça, moi même je commence à me sentir à l'étroit ici... Au fait, je m'appelle Kiyoyuki Matsuri. Mais Gazimon, ça reste cool, hein ? »

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Mar 9 Sep - 10:53




FEAT. KIYOYUKI
J'aime pas compter les MOTS

Reckless on a saturday morning
Je me sens plutôt rassurée de voir Gazimon aussi décontracté. A croire que c'est un truc de fille de stresser pour rien. Ou peut-être un truc de fille couplé à ma situation particulière. Il a l'air étonné que je lui ai pris à boire. Et c'est aussi un truc de fille que de penser à ces choses-là, visiblement. Je souris, je ricane intérieurement.

Uwah, fallait pas franchement, merci, je peux survivre dans un désert.

La question n'est pas de savoir si tu le peux ou non, mais plus de t'éviter de finir déshydrater comme un morceau de konbu. Finalement c'est encore moi qui me soucie de ta santé, haha.

Je le regarde en inclinant la tête tandis qu'il descend littéralement le contenu de la bouteille pour ne laisser qu'un fond du breuvage. Je me demande bien ce qu'il veut dire par là. Il a déjà été dans le désert ? Est-ce que c'est une façon d'insinuer que ses parents l'ont déjà puni en le privant de boire par des chaleurs extrêmes ? Non, il vaut mieux que je ne lui demande pas cela. C'est peu probable que la véritable raison soit même proche de mes idées farfelues, et puis je ne vais pas être impolie au point de l'interroger comme ça. Après tout, les gens sont tous parfaitement aptes à parler d'eux-mêmes lorsqu'ils le souhaitent, ainsi la patience doit primer sur la curiosité. Je ris doucement, on dirait qu'il avait bien plus soif que ce que je pensais.

Nope. J'ai bien profité de la matinée à ma manière. Même si je ne suis pas payé à me dégourdir les jambes.

Et voilà qui est bien dommage, d'ailleurs. Si l'on pouvait se remplir les poches à ne rien faire, on serait moins fatigué en rentrant le soir du travail. Un grognement me fait relever la tête, Gazimon s'est fait bousculer par une personne passant dans la foule et je me fige un instant, en clignant des yeux. Il est proche. Uwaaaah, fais quelque chose, regarde autre part. Je fixe Hachi tout en lui proposant de bouger. Merci Hachi, tu me sauves la vie... Ou presque. Mais Gazimon pose ses mains sur mes épaules pour me faire pivoter. Qu'est-ce qu'il fait ? Je penche la tête en arrière pour voir son visage et essayer de comprendre si c'est un nouveau jeu à lui.

Dac'o'dac ! Faisons ça, moi même je commence à me sentir à l'étroit ici... Au fait, je m'appelle Kiyoyuki Matsuri. Mais Gazimon, ça reste cool, hein ?

Ah ! Je m'appelle Konan Chosokabe, tu peux m’appeler comme tu veux. Oui, je trouve ça cool aussi. Je me suis toujours dit que Gazimon conviendrait bien comme nom d'un robot géant protagoniste d'un anime mecha.

Je souris niaisement, toujours la tête penchée, à cette idée. Puis je réalise que c'était peut-être bizarre comme remarque et me redresse avant de faire quelques pas. J'espère qu'il ne l'a pas mal pris, parce que c'était de toute façon un commentaire positif, hein ? Je fais signe à Gazimon pour que l'on se mette en route. Malheureusement la foule est juste impénétrable (comme les voies du seigneur) ou seulement à grands coups de coudes, comme la technique que j'avais utilisée tout à l'heure. Il va falloir qu'on se débrouille pour pas se perdre là-dedans et ressortir de ce groupuscule en un seul morceau.

Je fronce les sourcils, l'air incroyablement sérieux et grave, telle chargée d'une mission impossible (tintin tintintintin tintin tintin tintintintin).

Je pense qu'il serait préférable d'établir notre prochaine destination avant de réfléchir à un plan à suivre pour sortir d'ici. Un idée, Gazimon-kun ?
code par Junnie sur Apple-Spring Ҩ 2013
Revenir en haut Aller en bas
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Reckless ★ Konan C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Tutoriel Toshop] Signature Konan
» The Pretty Reckless
» L'ange de Dieu – Konan
» Gradins Combat 2 (Amaterasu, Amy, Reckless, Seth)
» [Habitation Secrète] The Reckless Home

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-