AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Asteroids Attack ★ Konan C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar




Dernière édition par Kiyoyuki Matsuri le Mer 20 Aoû - 22:45, édité 2 fois
Mer 20 Aoû - 19:12


Slt sava ?

☆ ★ ☆
L'
heure sonnait pour Kiyoyuki, il avait fini sa journée. Six heures non stop à distribuer des tracts dont il avait honte. Des publicités sur un magasin de vêtement qui avait intérêt à vendre d'avantage si il ne voulait pas fermer boutique. Pourtant, cette dernière était situé en plein Shibuya, en son centre commercial célèbre et gavé de monde, mais elle était bien la preuve que les commerçants n'étaient pas sélectionnés minutieusement pour savoir qui aurait l'honneur d'y avoir un local. C'était du moins l'avis du jeune homme lorsqu'il y avait pénétré. S'attardant sur la marchandise le temps que la gérante fasse un récapitulatif, il en avait conclu que c'était immettable. Même le plus excentrique des japonais n'arriverait pas à accorder le style ou les couleurs, mais au fond, qui était-il pour juger ? Lui qui s'habiller avec tout ce qu'il y avait de confortable pour faire du parkour sur un coup de tête au détour d'une rue. Malgré la laideur de certain vêtement, Kiyo se surprit à vouloir en acheter en raison de leur prix vu au rabais. Sans doute qu'il serait sans doute mal vu qu'un Traqueur s'habiller avec un pull fushia criard qui opposait Mickey à Pikachu. Sans doute qu'aucune des deux sociétés n'avait donné son accord pour que leurs mascottes soient représentées dans un tel affrontement vu le design de ces dernières... Oh et puis on s'en fout. Le jeune homme avait pris les flyers, les avait lu, avait remarqué le fait que ça vantait un style personnel et avait tenté d'en faire la promotion dans tout le centre commercial, allant souvent à la rencontre des gens. Il tentait de trahir l'ennui comme il le pouvait, mais même si cela n'avait rien de bien compliqué, ce travail se montrait atrocement long...

À 18 heure pile, le jeune Traqueur se représentait à la boutique pour rendre les quelques papiers restants, empocha son argent gagné "au black" et chercha aussitôt la sortie. Une fois dehors, il y avait tout autant de monde, ce qui rendait sa marche difficile pour lui qui ne voulait pas suivre le courant. Il sortit son portable et constata avec satisfaction qu'il n'avait reçu aucun mail important susceptible de lui donner un coup de pression. Après quoi, il rentra dans une bouche de métro, sauta allègrement le tourniquet sans que personne ne le remarque et se fondit dans la foule en attendant le prochain train qui le ramènerait en banlieue. Durant ce temps là, son regard bleu ciel n'avait pas quitté l'écran de son portable sur lequel il pianotait avec un pouce.
mer 8 à 18:11
Hey KonPyuTa-saaan ! ☆
Je sors de Shibuya 109, j'ai terminé ma journée en tant qu'esclave de la société. Me semble que t'habites dans le coin, non ? J'espère juste que tu te fringues pas dans la boutique qui m'a engagé aujourd'hui... Parce qu'on comprend pourquoi ils ont besoin de pub'.
Wesh wesh canne à pêche !
☆~(ゝ。∂)

-Gazimon



Il claqua d'un coup sec le clapet et mit l'appareil dans sa poche, tout comme ses deux mains qui y demeurèrent. Il avait beau savoir que sa correspondante ne quittait pas souvent son chez elle, il songeait simplement au fait qu'il était peu probable qu'elle réponde dans les secondes qui suivirent son envoi.

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Mer 20 Aoû - 21:26


QUAND TON CORRESPONDANT ET TOI TEXTOTEZ JOYEUSEMENT.
   
   
   

Encore une longue journée de non-activité qui touchait à sa fin. Il était bientôt l'heure que je sorte. C'est vrai, maman m'avait demandé d'aller faire des courses pour remplir le frigo aussi vide que le vide lui-même. Et ça ne veut rien dire, non.

J'enfile des vêtements pour sortir, non comment ça j'étais en sous-vêtements ? Je vois pas où est le mal, je suis chez moi quand même aux dernières nouvelles, ma vie privée ne regarde que moi. Bon, et peut-être un peu mes parents parce que j'suis pas encore ce qu'on pourrait qualifier de totalement majeure. Je vous l'accorde. Ça y est, j'ai trop chaud.

J'attrape le sac de courses et la précieuse liste avec toutes les choses que je dois ramener, oui, une liste de courses, dans le jargon des mortels. Mais qu'est-ce que je dis moi, j'suis mortelle aussi. Quoique pas tout à fait humaine, huhu. Je sifflote en dévalant les marches de l'escalier extérieur du bâtiment où se situe notre appartement. J'aurais peut-être dû y réfléchir à deux fois, me connaissant, d'une minute à l'autre je vais me manger le sol méchant.

Néanmoins, j'atterris sur mes deux pattes arrières, position légèrement fléchie, bras droits et grands ouvert, classieux. On aurait dit que je terminais un enchaînement de gymnastique ou je-ne-sais-quoi. Pour une fois, pas d'enfants occupés à jouer dans le quartier pour me dévisager. YOUPI.

Le conbini est ouvert (non, il est tout bleu) et je me munis d'un panier pour porter mes articles en toute facilité. Alors, concombres, patates, du konjac... Je procède rapidement en trois étapes bien connues : repérage du produit dans le rayon, rapide œillade en direction de l'étiquette des prix et surtout des éventuels rabais sur les autres marques et enfin, la pose du produit choisi dans le panier. Simple. Rapide. Efficace.

Je m'avance du côté des plats préparés et à mettre dans le micro-onde lorsqu'une vibration suivie d'un petit "You've got mail" retentissent depuis le fin fond de la poche de mon sweat. Je me frotte le coin des yeux, je suis sûre que maman m'appelle encore pour me rappeler d'aller faire les courses sauf que j'y suis déjà.

Je consulte alors le nouveau message que je viens de recevoir.:
 

J'avais répondu assez vite, pour une fois. Ben, il faut dire que les courses, c'est pas passionnant, surtout lorsqu'on a déjà fait le tour des ingrédients et des valeurs énergétiques de tous les produits que le conbini contient. Oui, parfaitement TOUS. Quand on s'ennuie vraiment beaucoup. Alors que je ramasse un paquet de chips au wasabi, mon pêché mignon, et un assortiment de plusieurs parfums d'adorables pockys. Combien de temps cela fait déjà, que je connais Gazimon-kun ?
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



clique plz:
 
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mer 20 Aoû - 23:12


New message

☆ ★ ☆
U
ne voix robotique retentit dans la gare, annonçant un train en approche. C'était décidément la mauvaise heure, celle où les salarymen quittaient leur bureau. Et c'étaient sans doute eux les moins aimables, comme si ils étaient les seuls à avoir travaillé aujourd'hui. Aussitôt son portable rangé, la foule autour de Kiyoyuki commençait à le compresser, chose qu'il n'appréciait que très moyennement. La tentation de sortir un poing américain pour en calmer un qui donnerait l'exemple aux autres était horriblement tentante. Respirer, respirer... Comme si c'était possible... Alors que le train était à l'arrêt et ouvrait enfin ses portes, le jeune homme dû suivre le courant comme un petit mouton. Par il ne sait quel miracle, il se trouvait à l'intérieur du transport et vu la proximité qu'il avait avec les gens, il remerciait les dieux de ne pas avoir à porter de jupe de lycéenne. Traçant à travers la masse compact, donnant quelques coups d'épaule pour se faire entendre, il rejoignit une extrémité du wagon où l'oxygène était déjà beaucoup moins difficile à obtenir. Tout en demeurant debout, il ressortit son portable pour la forme, ou calculer l'heure à laquelle il arriverait chez lui. Le jeune homme fut un tantinet étonné de constater que la réponse de KonPyuTa-san avait été quasi-immédiate.

Dépenser de l'argent ? Il n'était pas très dépensier en général, et il aimait uniquement l'argent pour le confort et la nourriture hors de prix qu'il pouvait lui offrir. Autrement dit, pas grand chose en ce moment, mais il ne préférait pas parler de ses quelques soucis financiers, ça mettait une sale ambiance, même lorsqu'il s'agissait de SMS. Par ailleurs, cette information sur une certaine promotion l'intéressa un peu plus. Il fut tenter de sortir au prochain arrêt pour reprendre le train dans le sens contraire et aller dépenser son salaire fraîchement obtenu. Mais rien que l'idée d'envoyer un "bouge pas, j'arrive" lui déplu. Il ne voulait pas passer pour un pervers qui harcelait une fille au point de se ruer à l'endroit même où elle se trouvait. Tant pis, et puis, ce n'était pas comme si ses placards étaient encore totalement vides.
mer 8 à 18:15
Tu me fais rire. Cet argent va me permettre de continuer mon propre marathon de nouille qui dure depuis deux mois maintenant ! Galère. Mes rêves ne sont constitués que de okonomiyaki bien riche en calorie. Je ne pense pas survivre cet hiver. o(;△;)o
Bref, retour au terrier ouaip. Fais de même, vaut mieux te savoir devant ta console que dans les rues où les mutants mangent des filles comme toi en guise d'apéritif. ☆

-Gazimon




C'est ce qu'il avait tapé comme réponse, un peu distrait par les différents bruits des passagers l'entourant. Peut-être qu'il exagérait. Il n'était pas si tard, même si les gangs n'avaient pas d'heure pour nuire à qui que ce soit. Mais qu'importe, le mail était déjà parti.

Spoiler:
 

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Jeu 21 Aoû - 10:51


QUAND TON CORRESPONDANT ET TOI TEXTOTEZ JOYEUSEMENT.
   
   
   

Je fais un petit tour de vérification, pour m'assurer de n'avoir rien oublié avant de rentrer et de m'en apercevoir seulement à ce moment là. C'est le coup classique rageant qui arrive lorsqu'on fait les courses en étant distraite. Une fois que j'ai terminé de contrôler le contenu de mes achats, je passe en caisse pour tout payer.

Je ressors de la petite boutique avec mes sacs de courses, je sors une glace dûment méritée par cette chaleur et mon effort d'avoir fait les courses (ben quoi c'est vrai ?) Et je profite de mon butin bien acquis tandis que je reprend le chemin du retour en marchant doucement. La nuit est en train de tomber lentement elle aussi. Quoique, c'est toujours l'impression que l'on a au début et après, on relève la tête et on en vient à se demander comment est-ce qu'il peut déjà faire si sombre.

Je jette l'emballage de ma glace dans une poubelle à proximité. Je passe devant un square. Il est évidemment vide à cette heure de la journée. J'en profite pour m'y poser. Tiens, décoince, j'vais faire du toboggan. Je pose mes courses sur un banc, en les gardant dans mon champs de vision. Je monte par la petite échelle et m'installe, assise, en haut de la fameuse glissade. Je vais prendre mon élan pour descendre à toute vitesse quand, une deuxième fois, mon portable se met à vibrer et à m'avertit d'un nouvel e-mail.

Merci de m'avoir fait sursauter, Gazimon-kun. Je souris en lisant son message. Deux mois à survivre grâce aux nouilles ? Pauvre Gazimon-kun. Je me demande s'il ne connait personne qui pourrait cuisiner pour lui, parce que ça doit quand même lui manquer la cuisine maison, non ?

D'accord, j'y ai pensé. J'ai envisagé la chose impossible de venir faire la cuisine chez Gazimon-kun. Mais n'est-ce pas là un sentiment humain d'amitié sincère ? De toute façon, cela ne peut-être que ça. N'empêche que je m'inquiète vraiment, si il travaille la journée en extérieur, il lui faut de quoi tenir quand même. Sinon sa santé risque d'en pâtir.

Je ris silencieusement devant la fin du message. Haha, je ne savais pas qu'il existait des mutants anthropophages... Non attends, ils n'existent pas, pas vrai ? Un vent frais vient alors me glacer mes petites gambettes à l'air et la pénombre maintenant installée dans le parc me paraît bien moins fascinante que tout à l'heure. Je ferais en effet mieux de rentrer avant de me faire happer par quelque bête sauvage assoiffée de sang. Je glisse du toboggan et récupère mes provisions avant de commencer la rédaction de mon message.


18:30
mercredi 8 août

Gazimon-kun Δ
Hey, ne vas pas te surmener non plus, ou tu pourrais tomber malade ! Σ੧(❛□❛✿)
Il faut que tu manges correctement & suffisamment vu que tu travailles.

Je suis en train de rentrer là. T'as raison, j'étais dans un square près de chez moi, mais la nuit et le vent rendent l'atmosphère effrayante, je vais aller me cacher au chaud sous ma couette. (ᅌᴗᅌ* )

KonPyuTa-San qui essaie de ne pas grelotter ʕ•ᴥ•ʔ
merci palypsyla. apple-spring


J'envoie mon message et mon sourire diminue. Je sais qu'il s'inquiète pour moi, mais je me demande si Gazimon-kun déteste les mutants ? Je préfère ne pas imaginer sa réaction s'il apprenait que j'en suis une. Je soupire en mettant un coup de pieds dans une canette vide innocente laissée à l'abandon à même le sol.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 21 Aoû - 21:47


Loading...

☆ ★ ☆
E
n peu de temps, Kiyoyuki s'était habitué à ce genre de mail sans réelle importance. En fait, posséder à nouveau un portable après en avoir été privé près de trois ans était comme une renaissance. Dialoguer simplement sur des choses futiles tout en faisant autre chose, il n'en avait pas réellement eu le droit dans l'endroit où il se trouvait. Parfois, il s'interrogeait même sur ses agissements, si ces derniers étaient normaux, sans bizarrerie. Il ne voulait pas que son passé assez original se sache au premier coup d’œil, qui concernerait son caractère, sa façon de s'habiller ou même sa manière d'écrire un SMS. Être un adolescent normal, certes avec ses secrets, mais qui passait complètement incognito dans la société. Son nouveau boulot faisait que son casier judiciaire avait été entièrement vidé et donc qu'il ne subirait aucune punition une fois ses 21 ans atteints. Où serait-il d'ailleurs à cet âge là ? Toujours dans sa maison miteuse ou dans un appartement plus coquet en centre ville ? Accompagné d'un gang de chat ou en concubinage ? Peut-être même n'atteindrait-il jamais la majorité japonaise vu ce que l'avenir lui promettait.

Le regard bleu ciel du Traqueur s'était fixé sur la vitre en face de lui. Entre temps, le train s'était vidé des trois quarts de ses passagers, les restants demeuraient calmes et fatigués. C'est donc tout naturellement qu'il avait pris place sur un siège. Régulièrement secoué par le transport, il cligna plusieurs fois pour sortir de sa rêverie qui penchait vers le morbide. Il reporta un nouveau regard vers son portable qu'il n'affichait aucun nouveau message. C'est qu'elle savait se faire désirer parfois... Lui qui comptait sur KonPyuTa-San pour que le temps lui paraisse moins long. Lorsque le mail tant attendu se remarquer par les vibrations, le jeune homme l'ouvra par réflexe, ne posant ses yeux clairs sur l'écran que quelques secondes plus tard. Il relu le texto deux fois avant de se décider à y répondre, retrouvant une certaine vitalité dans ses prunelles.
mer 8 à 18h30
Hey, ne vas pas te surmener non plus, ou tu pourrais tomber malade ! Σ੧(❛□❛✿)
Il faut que tu manges correctement & suffisamment vu que tu travailles.

Je suis en train de rentrer là. T'as raison, j'étais dans un square près de chez moi, mais la nuit et le vent rendent l'atmosphère effrayante, je vais aller me cacher au chaud sous ma couette. (ᅌᴗᅌ* )

KonPyuTa-San qui essaie de ne pas grelotter ʕ•ᴥ•ʔ

mer 8 à 18:33
Oui mamaaan. ♡

Ah ouais. C'est dans ce genre d'endroit que les joggeurs matinaux tombent par hasard sur des cadavres.
Haha ! Mon humour pue. Frappe moi.
(¬д¬。)

Okay. Je penserai à toi dans ton lit alors que je serai toujours dans le train avec un clochard endormi sur l'épaule. Cette phrase est bizarre...

-Gazimon, ton modèle ♕

En refermant son appareil pour éviter que la batterie s'use inutilement en activation d'écran, Kiyo réalisa simplement qu'il était fatigué et que la lumière qui déclinait ne l'aidait aucunement à se montrer plus bon vivant. Il en avait encore pour une demi-heure de trajet.

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Ven 22 Aoû - 16:04


QUAND TON CORRESPONDANT ET TOI TEXTOTEZ JOYEUSEMENT.
   
   
   

Sans m'éterniser dehors, je regagne vite mon petit appartement. En plus de la soirée qui a déjà pointé son nez à l'extérieur, un autre détail me motive à rentrer sans faire de détour inutile : maman m'a dit qu'elle allait sans doute pouvoir être de retour du travail pour dîner avec moi. Je souris. Comme les urgences sont par nature imprévisibles, et malheureusement fréquentes par les temps qui courent, maman est surchargée de patients à soigner. Cela a pour conséquence de me laisser livrée à moi-même quasiment en permanence, du moins lorsqu'il fait jour. Maman rentre toujours tard dans la nuit, et en général, puisque je suis déjà endormie, elle part se coucher sans me réveiller. Et puis, le lendemain, le soleil est encore en train de réaliser son ascension quotidienne à travers le ciel en clair-obscur qu'elle se prépare déjà à partir pour la clinique. Mon père, lui, je ne le vois pas beaucoup. Il est constamment en déplacement dans d'autres régions et, plus rarement, à l'étranger. Autant dire que c'est compliqué de ne pas se sentir seule lorsque en plus de cette situation familiale, on a choisi d'arrêter l'école jeune.

C'est aussi pour cela que je sors assez souvent, pour m'occuper autrement et surtout voir des gens. Je rencontre finalement facilement de nouvelles personnes avec qui je ne discute peut-être pas des heures mais suffisamment pour maintenir une certaine forme de sociabilisation. Oh et puis, il y les gangs aussi [...]

Je range les commissions à leur place à l'exception de deux grosses carottes, un oignon, trois patates moyennes et je sors également un sachet de riz du placard. Je suis tellement excitée à l'idée de manger avec maman que je suis plus que motivée à faire la cuisine, et ce soir, ce sera curry de légumes ! Je sors tout le nécessaire à la préparation du plat, allume le feu et dispose une large casserole pleine d'eau pour qu'elle s'emploie à bouillir.

Je sors mon téléphone de ma poche et le pose à quelques mètres, sur la table basse en bois du côté séjour de la pièce. Là, je l'entendrai sonner sans problème. Je finis de me laver les mains que l'appareil est secoué de spasmes et m'appelle. Je réponds aussitôt à son cri désespéré.

Une louche à la main, je gonfle les joues devant le début du SMS. M'appelle pas "maman", on a le même âge, que je me souvienne ! Ala, ce Gazimon-kun. Il a de la chance de ne pas être dans ma ligne de mire à l'heure actuelle, je pari n'importe quoi qu'un coup d’ustensile de cuisine aussi primaire que la louche peut laisser de graves séquelles. Je poursuis ma lecture et me retiens difficilement d'éclater de rire. Il a de ses idées saugrenues, des fois. Je secoue la tête avec désemparement.

Effectivement, cette dernière phrase est spéciale. Les clochards dans le train, hein ? C'en est presque cliché, mais pour les avoir côtoyé trop souvent, je sais combien c'est vrai. Quoiqu'en journée il y en a assez peu, quelle chance.


18:35
mercredi 8 août

Gazimon-kun Δ
Dit donc, je ne te permets pas de m'appeller "maman", namého !
( •̀ω•́ )σ

Hahaha, j'ai éclaté de rire. Merci Gazimon; bon ben comme on est deux à avoir un humour douteux je te propose que l'on se frappe mutuellement, d'accord ? (笑)

Hum, c'est vrai qu'elle était bizarre.
Ce soir, c'est curry party, c'est dommage que tu puisses pas y goûter. Je crois que c'est un des plats que je réussi le mieux~

KonPyuTa-San qui va tout manger (ノ◕ヮ◕)ノ*:・゚✧
merci palypsyla. apple-spring




Je retourne à ma cuisine, on épluche les patates, on les coupe avec les carottes et on tranche l'oignon plus fin. Je mets le tout dans l'eau qui commence à peine à faire des bulles. Il ne me reste qu'à incorporer le roux de curry dans l'eau et de mettre le riz dans l'autocuiseur et tout sera bientôt prêt. J'ai acheté exprès du curry doux, parce que, contrairement à moi qui ai le même attrait de l'épicé que papa, maman n'aime pas trop ce qui a une saveur très relevée. J'espère qu'elle sera contente.

Je mets la table pour deux et regarde la pendule. Il est déjà 19h11. Je me demande si elle sort du travail, là ? Je vais mettre la télé et laisser le feu allumé au minimum pour que ce soit bien chaud pour tout à l'heure, je m'assieds sur l'un des coussins de sol autour de la table basse, face à la télévision. J'adore les jeux télévisés, je réponds toujours trop vite aux questions débiles et j'insulte les candidats qui mettent trois plombs à choisir leur réponse, pour finalement se tromper. Chacun ses petits passe-temps. Premier bâillement de la soirée, je me frotte le nez.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA

Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Ven 22 Aoû - 22:01


Avec le sourire

☆ ★ ☆
L
e temps passait ainsi lentement, trop lentement et le paysage qui défilait n'était maintenant plus qu'un chargement qui ne prenait jamais fin. Être aussi peu actif avait le don de fatiguer Kiyo et il se dit que dormir lui semblait une bonne idée jusqu'à ce qu'il arrive à destination. Après tout, il l'avait déjà fait et il avait toujours le chic pour entendre le nom des arrêts qui le concernait, donc aucune crainte. De plus, il n'avait pas grand chose de précieux sur lui, mise à part peut-être son portable et la cagnotte du jour... Et puis ce n'était pas comme si il se réveillait le poing levé lorsque l'on interrompait son sommeil. Son camp de redressement lui avait fait acquérir certains réflexes qui ne partiraient plus, surtout par les temps qui courent...

Le noiraud rouvrit mécaniquement son portable dont la batterie avait baissé en dessous des 50%. Pendant un moment, il se demanda si sa correspondante ne se fichait pas de lui, à moins qu'il venait de découvrir un aspect sadique de sa personnalité. Il ignorait si il devait pousser une gueulante ou non, mais dans tout les cas, il était extrêmement envieux de la situation de cette petite peste. Encore heureux qu'il lui restait un peu de cœur pour éviter de lui envoyer une photo du plat qu'elle avait mijoté. Ne pas pleurer, ne pas pleurer...
mer 8 à 18h35
Dit donc, je ne te permets pas de m'appeller "maman", namého !
( •̀ω•́ )σ

Hahaha, j'ai éclaté de rire. Merci Gazimon; bon ben comme on est deux à avoir un humour douteux je te propose que l'on se frappe mutuellement, d'accord ? (笑)

Hum, c'est vrai qu'elle était bizarre.
Ce soir, c'est curry party, c'est dommage que tu puisses pas y goûter. Je crois que c'est un des plats que je réussi le mieux~

KonPyuTa-San qui va tout manger
(ノ◕ヮ◕)ノ*:・゚✧

mer 8 à 18:39
Il n'y a que les mères pour se soucier de ton alimentation. Ou tes WC à la limite...

Cette discutions est en train de tourner SM. Calmons nous. D'urgence.

...
Mais t'es sérieuse là en plus. Invite moi à bouffer au lieu de me dire que mon alimentation est naze et que tu cuisines comme une petite-amie parfaite au comble du cliché. T'attends quoi pour m'amener des bento au boulot ?

-Gazimon

Ce n'est qu'une fois envoyé qu'il se fit la réflexion que son SMS était un brin macho. Quoique non en fait, si elle avait des facilités pour la cuisine, il n'allait pas la plaindre, merde quoi. Avec un long soupir, le cadet des Traqueurs rangea son portable et dirigea son regard saphir vers le wagon désormais silencieux où les passagers se faisaient de plus en plus rares à mesure des arrêts. Bah... À part une mère et son enfant en bas âge, il n'y avait principalement que des vieux, et ces derniers n'essayaient pas d'adopter le look des adolescents d'aujourd'hui, il en conclu qu'il pouvait se reposait sur ses deux oreilles. Prenant garde à ne pas s'appuyer contre les rampes en métal du train, véritables nids à microbe, Kiyoyuki se laissa un peu allé, bercé par les mouvements du train, ses paupières reposant ses rétines.

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Dim 24 Aoû - 11:25


QUAND TON CORRESPONDANT ET TOI TEXTOTEZ JOYEUSEMENT.
   
   
   

Qu'est-ce que je fais là ? J'entends vaguement le son de la télé qui continue de raconter sa vie, pourtant j'ai l'impression que c'est nettement moins fort que tout à l'heure. J'ouvre les yeux, et face à la lumière éclairant pourtant subtilement la pièce d'un halo léger, je ne peux m'empêcher de cligner plusieurs fois de suite les yeux. J'observe les images en mouvement via un angle de 90°, ma tête reposée à côté de la télécommande. Je me suis donc assoupie sur la table. Je me relève et constate qu'une couverture a été affectueusement posée sur mes épaules. Je la replace pour ne pas qu'elle tombe, toujours très embrumée à la suite de cette sieste. Je détaille le séjour-salle à manger-cuisine, aussi hagarde que l'on peut l'être à son réveil et comme si mon cerveau venait de subir un gros blackout totalement sans que je puisse en connaître l'origine.

Il ne reste plus qu'une des deux assiettes que j'avais sorties tout à l'heure, et à l'emplacement de l'absente, un petit bout de papier. Mon intérêt aussitôt ravivé, je fond sur la table en tendant le bras pour attraper le mot, en prenant soin de ne pas me cogner.

« Coucou Konan.
Je suis rentrée et tu dormais alors j'ai préféré ne pas te réveiller.
Ton curry était délicieux, merci de l'avoir préparé.
Je suis désolée de ne pas avoir pu manger avec toi mais je suis juste passée pour prendre des vêtements de rechange et je repars tout de suite.
Pense à manger avant d'aller te mettre au lit et je crois que tu as reçu un message sur ton portable aussi, il n'arrêtait pas de vibrer.
Je t'aime,

Maman »

Ah. Je soupire devant ma propre stupidité. Il a fallu que je m'endorme pile quand elle est rentrée. Je fronce les sourcils et attrape mon portable. Mince, c'est vrai; Gazimon-kun m'a répondu il y a de ça plus d'une heure. Le pauvre. Je zappe tout le monde moi, quand je m'y mets. J'ai même plus envie de manger maintenant, tiens. Je plie le plaid et le laisse près de la table, j'éteins la télé et la lumière d'un air désintéressé avant de retourner dans ma chambre pour lire mon message. J'ai froid et me sens très grognon, moi je dit : vive l'engourdissement.


19:46
mercredi 8 août

Gazimon-kun Δ
Ah, ben dans ce cas, je crois que je préfère encore que tu m'appelles maman ! (((╹д╹;)))

Au SM, c'est quoi ça ? 「(゚ペ) Enfin, je suis calme, je viens de me réveiller de ma sieste imprévue. GOMEN. (◞‸◟ㆀ)

...T'as qu'à venir, si tu veux. Personne ne t'empêche, et puis j'ai toujours pas mangé figures-toi. J'avais prévu de manger avec quelqu'un et ça s'est pas fait.

Haha, oublie ce que je raconte. Je t'embête avec mes histoires et je crois que je suis clairement à côté de la plaque ce soir, je suis irrécupérable donc je ferais sans doute mieux de me coucher...
*rouleau de printemps dans son lit*

Bonne nuit, Gazimon-kun (Ɔ˘⌣˘)

KonPyuTa-San
merci palypsyla. apple-spring


Quelle longue réponse. J'espère qu'il ne m'en voudra pas trop d'avoir mis tant de temps à répondre, ce n'est vraiment pas par choix. Je fixe l'écran de mon téléphone portable, la seule source de lumière restante éclairant ma chambre alors que je suis recroquevillée sous mes draps. Je ferme les yeux un moment et les rouvre, pour me rendre compte que quelque chose de frais roule sur ma joue. Je mets la tête sous la couette. Ah, c'est que c'en deviendrait presque lassant. Avec la chance que j'ai, je vais mettre plusieurs heures à m'endormir à cause de mon assoupissement. Il faut que je me vide l'esprit, et demain, je jouerai à Sengoku BASARA, et ça passera. Oh, ça rime.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



hey fréro:
 
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 11
CITATION : « I hope your day is as nice as your butt... »
MESSAGES : 69
JUKEBOX : ♩ Burning Bridges ♬ OneRepublic ♪
FEAT : Yato - Noragami
DATE D'INSCRIPTION : 29/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mer 27 Aoû - 1:00




Enregistré dans brouillon

☆ ★ ☆
S
on portable n'avait plus vibré de tout le trajet. Autant dire qu'il fut silencieux pendant plus d'une demi-heure, ne dérangeant aucunement le réveil fragile de Kiyoyuki. Et comme prévu, celui ci fut réveillé peu avant son arrêt pas une sorte d'instinct et sortit enfin du train. Le soleil d'été n'avait toujours pas disparu mais le ciel demeurait sombre et coloré. La fraîcheur qu'allait bientôt apporté la nuit ravit le jeune homme qui passait un tourniquet pour sortir de la station et entamait les quelques pas qui le séparaient encore de sa maison. Devant cette dernière, il chassa quelques gamins qui se donnaient le défis de pénétrer dans le jardin de ce qui appelaient la maison hantée. Elle n'était pas si différente de celle de The Grudge, surtout vu son état délabré, mais elle était habitée, alors autant dire que Kiyo le prit assez mal. Lui-même passa par le sentier qu'il avait tracé à force d'emprunter exactement le même chemin chaque jour à travers la végétation qui s'était appropriée le lieu. Il déverrouilla sa porte et fut accueilli par un chat taché qui se frotta à ses jambes. Le seul hic était qu'il n'avait pas de chat, ou plutôt pas officiellement vu que dès qu'il eut mis celui la dehors, un autre descendit allègrement des escaliers. Mais ce n'est que lorsqu'il pénétra dans son séjour qu'il pu connaître le nombre exact d'intrus. Il fit coulisser les deux fusuma qui donnaient sur son jardin tout aussi touffu où disparurent les félins envahisseurs.

Kiyoyuki soupira un peu et se décida à quitter sa veste pour être plus à l'aise et profiter des dernières lumières. Par la suite, il alluma son écran de télévision pour faire une ambiance et sortit de quoi faire chauffer de l'eau pour "continuer le marathon". Il avait le strict minimum, mais il lui suffisait d'une console de jeu portable pour l'occuper lorsqu'il n'avait franchement rien à faire. Aussi, sa déco' intérieure n'était pas plus poussé et le peu d'affaire qu'il avait faisait que le bazar n'était pas admis en ces lieux... Et hors de question de laisser trainer ses affaires, il était connu que sentir le chat n'était pas un compliment.

Une fois son repas prêt, l'adolescent ajouta plusieurs épices dans ses nouilles déjà toutes faites et partit s'asseoir devant une table basse, face à la télévision. Son portable le gênant, il le posa à côté de son récipient en plastique avant de voir que KonPyuTa lui avait répondu. Il répondit tout en soufflant sur les nouilles qui pendaient mollement à ses baguettes. De ce qu'il devinait, sa soirée ne s'était pas passée comme prévue, et même si il ignorait les détails, il ressentait une importante déception de la part de la jeune fille et c'était probablement pour ça qu'elle préférait mettre court à la conversations sans grand intérêt qu'ils avaient commencé à sa sortie du boulot.
mer 8 à 19h46
Ah, ben dans ce cas, je crois que je préfère encore que tu m'appelles maman ! (((╹д╹;)))

Au SM, c'est quoi ça ? 「(゚ペ) Enfin, je suis calme, je viens de me réveiller de ma sieste imprévue. GOMEN. (◞‸◟ㆀ)

...T'as qu'à venir, si tu veux. Personne ne t'empêche, et puis j'ai toujours pas mangé figures-toi. J'avais prévu de manger avec quelqu'un et ça s'est pas fait.

Haha, oublie ce que je raconte. Je t'embête avec mes histoires et je crois que je suis clairement à côté de la plaque ce soir, je suis irrécupérable donc je ferais sans doute mieux de me coucher...
*rouleau de printemps dans son lit*

Bonne nuit, Gazimon-kun (Ɔ˘⌣˘)

KonPyuTa-San

mer 8 à 20:04
Les deux sont glauques, j'arrête.

Oh ? Si tu cherches à me faire une blague, c'est réussie. Mais si ce n'est pas le cas, ne va pas chercher sur Google Image...

Et c'est quoi cette invitation ratée ? Je suis japonais, je m'invite pas chez les gens comme ça. Mais t'inquiètes, c'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd. ( ´ ▽ ` )

Sinon, je suis désolé pour ta soirée ratée. Tu sembles fatiguée et vouloir aller te coucher tôt donc j'te fiche la paix. Repose toi bien, see yah KonPyuTa-San ~☆

-Gazimon

Cela était probablement le dernier message qu'il lui envoyait de la journée si, comme elle l'avait dit, elle allait se coucher. Il éprouva un vague remord au fait que ce texto pourrait peut-être la réveiller si elle s'était à nouveau assoupie il y a un quart d'heure. Il en retenait toutefois qu'il avait raté un curry maison et cela lui mit un peu le moral à zéro. Lâchant un soupir, il se remit à pianoter sur son téléphone, jouant encore les harceleurs à son grand damne. Mais finalement, il effaça le tout et se mit enfin à manger son repas de roi. Il n'avait jamais été très doué pour consoler qui que ce soit.
Onee-san:
 

_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Invité
Invité

Mer 27 Aoû - 15:25


QUAND TON CORRESPONDANT ET TOI TEXTOTEZ JOYEUSEMENT.
   
   
   

Je passe quelques minutes à attendre désespéramment une éventuelle réponse de Gazimon-kun, mais rien ne semble venir. Mes paupières sont lourdes et j'ai beau me forcer à maintenir ma cornée éblouie par la luminosité criarde de l'écran de mon téléphone portable, il est évident que n'allège en rien ma fatigue (ou devrais-je dire "supplice") oculaire. Je lutte probablement une demi heure de cette façon, sans grand résultat. Si ça se trouve, il ne me répondra plus aujourd'hui, puisque je lui ai dit que j'allais me coucher. Ou même, il est tout à fait envisageable qu'il se soit endormi dans le train, ou qu'il ait la flemme de répondre parce qu'il a trop faim. J'essaie de songer à des tas de raisons différentes et plausibles pour ne pas sombrer directement dans un sommeil qui tiendrait plus du coma que d'un léger assoupissement ressemblant à celui de tout à l'heure, mais mes nombreux efforts semblent vains devant les bras tentateurs de Morphée qui m'emportent tandis que je m'acharne, seule, dans mon coin.
CODE DE PHOENIX O'CONNELL POUR NEVER UTOPIA



Dear otouto:
 
Revenir en haut Aller en bas
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Asteroids Attack ★ Konan C.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» gros mec avec shock attack gun
» Hamster attack
» Gro Mek avec Shock Attack Gun V4
» [Tutoriel Toshop] Signature Konan
» le gros mek avec le shokk attack gun

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-