AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 re:birth ϟ ft. taiga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 50
FEAT : tateyama ayano ϟ kagerou project
CRÉDIT : © memento morri
DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/160  (40/160)
PV:
11/11  (11/11)
avatar


Lun 4 Aoû - 21:00

And one more time everything is falling appart and i can't do anything about
Taiga Yamazaki ● Proses en #cc3333 ● 738 mots ● Codage par ©Paindore sur APPLE SPRING


Les jours continuent, comme si rien ne s'était passé, comme si personne n'était venu chambouler, bousculer ton quotidien si paisible qui était tient ; les minutes, les heures et les jours défilaient sans se soucier de l'inquiétude et du doute qui naissaient en ton sein. Et si Subaru te cachait des choses ? Qui sait, certainement pas toi en tous cas. Mais tu veux lui faire confiance, tu veux avoir foi en ses mots et ses sourires, ces petites choses qui font que tu tiens à lui, qu'il t'est précieux plus que tout au monde à l'heure actuelle, ton frère, que tu l'aimes ton frère. Tout autant que celui que tu considères comme tel, que ferais-tu sans eux ? Ah, tu serais bien malheureuse. Mais des fois, tu te mets à penser au visage noyé de larmes du français. Lui qui semblait si désespéré, si attaché, si heureux et pourtant si blessé, lui qui avait mis à nu ta cicatrice. Tu ne sais toujours pas comment il savait. Tu ne veux pas le savoir. Tu veux croire au hasard, juste pour cette fois.

Juste pour cette unique fois.

Tu remets tes barrettes et ton écharpe en place, plaçant sur tes yeux tes lentilles écarlates d'un geste habile et habitué - quand bien même ce fut compliqué au début, Subaru peut en témoigner. Tu agites tes manches trop grandes avec un sourire tandis que l'un des guitaristes te complimente en te tapotant la tête. Tu lui offres un sourire angélique tandis que tu finis de te préparer : il est l'heure de travailler. Certes, tu n'as pas l'âge, certes, c'est très mal vu, mais tu t'en contrefiches, du moment que ça peut aider Subaru. Tu te regardes dans la glace, toi avec ton apparence si mature pour ton mental trop enfantin. Tu souris. Tu as hâte de chanter ce soir aussi. Tu ne joueras d'aucun instrument, mais ça n'est pas grave, tu aimes chanter. Tu sais que tu as une jolie voix et tu ne t'en caches pas. Certes, le bar est populaire mais il n'en reste pas moins très récent, et c'est pourquoi sa notoriété est encore basse mais c'est tant mieux, tu as moins de chance de croiser quelqu'un que tu connais. Tu jettes un œil à l'horloge pour ensuite te diriger vers la porte menant à la scène - rien de bien phénoménal, juste une petite scène surélevée face à des tables et des chaises ainsi qu'un bar sur le côté, comme un club de cabaret en soi, il te semble même que c'était l'utilisation précédente du lieu. Quand tu arrives devant le micro, certains sifflent et d'autres hoquettent de surprise. Les habitués et les nouveaux venus se reconnaissent : qui penserait qu'une gamine quand bien même paraisse-t-elle seize ans puisse se tenir sur scène et être payée pour ça dans un café de Shinjuku ? Et pourtant, après les premières notes et l'introduction, ta voix se fait entendre dans le café et un silence de plomb s'installe, tout le monde profite, s'émerveille, se surprend à admirer le spectacle et écouter le spectacle d'une oreille plus qu'attentive. Et tu y prends plaisir, le micro entre tes mains frêles, tu regardes la foule plongée dans le noir et tu profites de l'instant, te concentrant sur ce travail qui n'est que pur bonheur au fond. Mais toute bonne chose possède une fin et au bout de quelques minutes tu dois descendre de la scène sous les applaudissements et les sifflements qui s'élèvent tandis qu'un sourire étire tes lèvres et que tes yeux pétillent d'un éclat enfantin. Tu te diriges vers le bar, saluant celui qui se trouve derrière avec un grand sourire et un signe de la main visible.

« Bon travail ce soir, miss. Je t'offre quelque chose pour te récompenser ?»
« Owi owi s'te plaît j'peux avoir une glace ? Genre pas chocolat parce que c'est pas bon mais heu... Citron t'as ? »
« Je te sers ça de suite !»

Un remerciement, un grand sourire, tu as bien travaillé, tu as bien mérité une récompense après tout ça. Tu poses tes coudes sur le bar après avoir remonté la chaise pour être plus haute et tu te tiens la tête entre les mains, agitant tes pieds dans le vide en chantonnant un air, respirant la joie de vivre malgré l'heure plus que tardive. Subaru a l'habitude de t'attendre, désormais. Et puis il fait de même pour toi alors zut.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 111
MESSAGES : 1763
JUKEBOX : キミシダイ列車 - ONE OK ROCK
FEAT : Portgas D. Ace
DATE D'INSCRIPTION : 13/07/2013

FICHE PERSO
XP:
132/190  (132/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Mer 6 Aoû - 21:15













Le monde est étrange, n'est-ce pas ? Exactement. On ne peut pas dire le contraire. On fait de drôle de rencontre, on vit des expériences malsaines ou agréables. Taiga a l'impression d'avoir tout vécu dans sa vie qui n'a duré que 21 ans. Et il espère que cela va continuer. Le temps passe, le temps s'assombrit, le temps ralentit, il est temps. Temps de se détendre, temps de boire un verre seul après avoir bossé durement au repère. Taiga ne veut pas se relâcher, il ne se relâchera pas. Il a besoin de cet argent, il en a terriblement besoin. Il veut atteindre son objectif avant la fin. Cette horrible fin ne doit pas arriver.

Installé du côté où se trouve le bar, Taiga avait commandé un verre d'alcool pas trop fort. Il voulait se détendre, parler avec des connaissances, rire un peu, se battre ... En fait, il ne savait pas trop quoi faire, il voulait juste occuper son temps. Encore et encore. Il voulait boire le contenu de son verre ... Mais pas maintenant.

Ce n'est qu'une petite mélodie qui retentissait dans l'oreille de Taiga. Le chant d'une fille qu'il a connu autrefois. Elle est morte, elle n'est plus en vie, elle n'est plus de ce monde. Pourtant, une autre personne avait exactement la même voix que la défunte connaissance de Taiga. Qui était-ce ? Cette voix provenait de la scène. Une jeune fille était là, elle chantait. Elle chantait avec douceur et attendrissait le coeur du plus dur des hommes ici présent dans cette salle. Mais ce n'est pas la voix qui effrayait le plus l'Eldorado. Effrayé ? Exactement, la peur l'envahissait, parce qu'il ne croyait pas à ce qu'il venait de voir. Ce qu'il voyait n'était qu'une illusion, c'est ce que pensait Taiga, c'est ce qu'il aimerait croire.

Elle avait l'air trop parfaite, trop réelle, trop vraie. Elle n'était pas ce petit cadavre qu'il avait pu apercevoir en photo durant son séjour en enfer. Non, elle était belle et bien vivante. Trop vivante à son goût. Où est cette blessure, où est parti tout ce sang, où est son regard vidé de tout sens et de vie ? Où sont-ils passés ? Cette fille avait l'air adulte. Elle ressemblait tellement à Chiharu. C'était elle sans être elle. Taiga ne savait plus quoi penser de tout ça. Réalité, est-ce que je suis dans la réalité ? C'est bien vrai. Je n'y crois pas. Et c'est cette boisson qui allait le réveiller. Le boire cul-sec allait sûrement le secouer ... Même pas. Quelques minutes après la prestation, la fille était là, parlant avec le barman. C'était une habituée ? Parce que Taiga vient rarement dans ce bar, c'est sa troisième fois ici. Qui est-elle réellement ? C'est à la fois le portrait craché de Chiharu mais à la fois ... Elle avait l'air trop différente. Trop ... Heureuse. Détournant son regard de cet adolescente, Taiga tendait le verre au Barman, il lui servait un autre verre.

« Je ne sais pas si tu es une illusion ou un rêve. Je pense que tu ne devrais pas exister, là. »

Oui, il s'adressait à la fille qui venait juste de s'installer à côté de Taiga. Il ne la regardait pas, il se contentait de fixer son verre d'alcool légal. Il clignait des yeux plusieurs fois avant de repasser le refrain qu'elle venait juste de chanter dans sa tête, cette petite fille. Une illusion ou un rêve ... Disait-il ça pour sa chanson, sa voix, sa beauté ... Ou tout simplement pour sa réalité ? Doucement, ses lèvres prenaient une forme, elles s'apprêtaient à laisser échapper quelques mots.

« Tu as l'air si réelle ... Mais j'ai l'impression que c'est faux. Tu es le ... Copier/coller d'une connaissance ... Est-ce que tu te sens vivante, là ? »

Sa voix se fait hésitante. Peut-être qu'il se trompait, et il l'espérait vraiment. Taiga ne voulait toujours pas la regarder, il soupirait. Parce qu'il se souvenait encore de cet affreux moment.
Quand il a poignardé Chiharu avec force et haine.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taigao.tumblr.com/
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 50
FEAT : tateyama ayano ϟ kagerou project
CRÉDIT : © memento morri
DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/160  (40/160)
PV:
11/11  (11/11)
avatar


Sam 9 Aoû - 16:21

And one more time everything is falling appart and i can't do anything about
Taiga Yamazaki ● Proses en #cc3333 ● 596 mots ● Codage par ©Paindore sur APPLE SPRING
Tu n'as pas remarqué les gens autour de toi, c'est le genre de choses auxquelles tu ne fais pas attention : mis à part le Barman avec qui tu conversais joyeusement. Même si tu es d'un naturel ouverte et sociable, ici, tu es plus dans ta bulle, tu ne dois pas faire de boulette, tu dois être une employée modèle, quand bien même tu voudrais courir partout pour jouer avec les gens et leur taper la causette, il ne faut pas embêter les clients - ce job a été suffisamment dur à trouver pour quelqu'un de ton âge, tu ne vas pas le perdre facilement. Ce dernier t'apporte ta glace composée de plusieurs boules de citron, d'un coulis de chocolat, de chantilly et de morceaux de noisettes qui font pétiller tes yeux de gourmandise. Tu t'armes de ta cuillère, tapant dans tes mains avant de déclarer fortement un grand sourire sur les lèvres ;

« ITADAKIMAAAASU ! »

Hélas, le monde ne semble pas vouloir te laisser t'empiffrer en paix, puisqu'au moment où tu allais mettre la première bouchée sur tes papilles, une voix grave à côté de toi retentit, te faisant sursauter mais surtout tomber ta précieuse première cuillère sacrée à côté, sur le comptoir.

« Je ne sais pas si tu es une illusion ou un rêve. Je pense que tu ne devrais pas exister, là. »
« ... Ma glace... Ma pauvre petite glace... Hu... »

On peut lire sur ton visage une infinie tristesse semblable à celle d'un gamin ayant lâché le ballon qu'il a eu à la fête foraine : monumentale. Plus que les pleurs et c'est bon. Mais pleurer ne fera qu'attirer l'attention et ça n'est pas bon. Tu sors déjà bien assez du lot comme ça. ET PUIS C'EST QUI LUI. D’OÙ IL TE CAUSE QUAND TU MANGES DANS TA GLACE. Tu tournes la tête vers lui pour découvrir une tignasse brune, haussant les sourcils, te disant que c'est drôlement méchant de te dire que tu devrais être... Être quoi, au juste ? Morte ? Tu sembles réfléchir. Tu as déjà entendu cette rengaine quelque part. Où ça ? 'Sais plus.

« Tu as l'air si réelle ... Mais j'ai l'impression que c'est faux. Tu es le ... Copier/coller d'une connaissance ... Est-ce que tu te sens vivante, là »

Tu fronces les sourcils. Mis à part la dernière partie, tu as déjà entendu cette phrase quelque part, aussi. Mais où ? Heu.

Heu.
Euh... ?
Hmm.
AH.
Ah non.
Merde.
AH SI.
LE FRANCAIS.
PUTAIN C'EST QUOI SON NOM.
Celui qui t'a agressée à la sortie du lycée.

Ah oui.
Sébastien.

Oh putain non il allait pas pleurer celui là aussi hein ? Faut croire que tu lui ressembles beaucoup à cette nana - que mais attends Sébastien et lui se connaissent ? Ou alors y'a deux nanas qui sont mortes ne même temps et qui te ressemblaient et... On s'en branle en fait.

Tu réfléchis assez sérieusement à sa question, néanmoins. Finissant par cligner des yeux en le regardant, penchant la tête sur le côté ?

« Assez pour regretter une cuillère de glace écrabouillée sur un comptoir ? »

Ce que tu ne manques pas de nettoyer, enfournant ensuite et surtout enfin la première cuillère dans ta bouche, frissonnant à cause de la différence de température mais souriant. Les glaces du bar sont vraiment les meilleures. Tes pupilles écarlates se tournent à nouveau vers l'asiatique.

« Et sinon, vous êtes qui m'sieur ? Aborder des enfants dans des bars ça vous prend souvent ? Parce que j'suis pas sûre que ça soit politiquement correct... Non ? »

Demande aux gens qui conduisent des camionnettes blanches et qui vendent des bonbons, Seiko.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 111
MESSAGES : 1763
JUKEBOX : キミシダイ列車 - ONE OK ROCK
FEAT : Portgas D. Ace
DATE D'INSCRIPTION : 13/07/2013

FICHE PERSO
XP:
132/190  (132/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Sam 9 Aoû - 19:18













Oops. La petite cuillière que tenait la jeune fille tombait au sol. Avait-elle eu peur ? Sûrement. Qu'est-ce que ça pouvait faire à Taiga ? Il avait réussi à avoir ton attention. Et puis voilà que la demoiselle lui tirait une tronche pas très jolie à voir. Exactement comme Chiharu. Mais tout ce cirque n'avait pas empêché la petite à déguster sa glace qu'elle avait fraîchement commandé. Et à en voir sa réaction, elle avait l'air délicieuse. Taiga haussait les épaules lorsque la jeune chanteuse s'adressait à lui, ses remarques étaient assez drôles ... Mais ça ne faisait pas tellement rire le jeune homme.

« Correct ? Et bien politiquement parlant, je doute qu'une jeune fille de ton âge puisse chanter dans un tel bar avec des personnes parfois peu fréquentables, si tu vois ce que je veux dire. »

Des drogueés, des pédophiles, des dépressifs ... On peut trouver de tout dans un bar. Taiga ne faisait pas vraiment parti de cette catégorie là. Il était normal, neutre, son côté un peu "psychopathe" avait été jeté dans l'oubliette de ses souvenirs.
L'eldorado se tournait vers la demoiselle. Il la regardait sans aucune gêne, il regardait chacun de ses traits. Ses traits qui étaient beaucoup trop similaires à ceux de Chiharu. Ce n'est pas un rêve, c'est une réalité. Putain-de-merde.

« Qui je suis ? Tu ne sais pas qui je suis ? Ma tête ne te dit rien ... Chiharu ? »

Il faut parfois savoir se lancer dans la conversation, quitte à prendre des risques et des mines dans sa gueule. Taiga n'a pas peur. Non, il n'a plus peur, il n'a plus envie de fuir quoi que ce soit. Assume, est-ce que c'est Chiharu ou pas ? Le jeune homme va le savoir tôt ou tard. Mais une chose lui revenait en tête. La rumeur comme quoi le premier chef d'Atlantide était revenu à la vie après s'être reçu une balle en plein coeur ... Ou tête. Qu'importe, il était revenu d'entre les morts. Une rumeur effrayante ... Et pourtant vraie. C'était ce qu'on disait : les mutants revenaient à la vie. Alors si cela était vrai .. Chiharu serait vivante à l'heure qu'il est. Qui sait, peut-être qu'elle se trouvait devant Taiga.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taigao.tumblr.com/
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 50
FEAT : tateyama ayano ϟ kagerou project
CRÉDIT : © memento morri
DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/160  (40/160)
PV:
11/11  (11/11)
avatar


Sam 9 Aoû - 20:34

And one more time everything is falling appart and i can't do anything about
Taiga Yamazaki ● Proses en #cc3333 ● 596 mots ● Codage par ©Paindore sur APPLE SPRING
Tu savoures chaque bouchée de la glace que tu aimes tant, acide et froide mais mélangée à la chaleur du chocolat et au sucré de la chantilly, tu fonds littéralement - même si le chocolat t'aimes pas. Mais c'pas grave, tu manges. T'as faim en plus, ton estomac gargouillerait presque à vrai dire : tu es en pleine croissance encore, malgré ta surprenante taille pour ton âge et la moyenne japonaise, certes, mais tu as besoin de manger, entre les cours et le travail, manquerait plus que tu sois en sous-poids ! C'est la crise ok mais faut pas déconner non plus. Tu te lèches les lèvres pour ramasser la chantilly qui repose sur le coin de tes lèvres en regardant le brun à tes côtés. Tu as comme un air de déjà-vu désagréable que tu balayes bien vite de ton esprit par une autre bouchée de glace.

« Correct ? Et bien politiquement parlant, je doute qu'une jeune fille de ton âge puisse chanter dans un tel bar avec des personnes parfois peu fréquentables, si tu vois ce que je veux dire. »

« J'ai l'âge de travailler, si c'est ce que vous insinuez. »

Tu as dit ça sans hésiter et aucune trace de mensonge ne se lit sur tes traits innocents : tu parais largement seize ans, physiquement, et s'il ne te croit pas, et bien il n'a qu'à demander au Barman qui se fera une joie de le confirmer. Tous les employés sont au courant et appuieront tes dires. Tu as l'habitude de mentir pour ça, c'est devenu une habitude. Bien que ça ne change pas que tu ne puisses pas totalement nier ce qu'il dit : plus d'une fois déjà quelques clients se sont montrés un peu trop... Intéressés pour toi et tu es partie te réfugier dans les bras du Barman sans aucune honte. Un vrai Papa poule. Puis tu te sens observée, tandis que tu reprends encore une cuillère, te tournant une nouvelle fois vers l'asiatique en clignant des yeux, finissant par froncer les sourcils, un peu mal à l'aise.

« ... Quoi ? Pourquoi vous m'fixez comme ça... ? »

« Qui je suis ? Tu ne sais pas qui je suis ? Ma tête ne te dit rien ... Chiharu ? »

Tu ouvres de grands yeux, manquant de lâcher ta cuillère. Chiharu. C'est le même nom que celui prononcé avec désespoir et surprise par le français, tu t'en souviens parfaitement, de ça. Le même prénom qui t'offre toujours un pincement au cœur. Pourtant tu reposes ta cuillère avec calme dans un soupire d'exaspération, rajustant une mèche de cheveux derrière ton oreille.

« J'aurai dû m'en douter. »

Tu sembles un peu boudeuse, posant ton coude sur le comptoir en déposant ton visage dans le creux de ta paume pour tourner ton regard vers lui à nouveau ensuite.

« Vous vous êtes passé le mot ? Je dois vraiment lui ressembler à cette fille pour qu'on me prenne deux fois pour elle. Désolée de pas exaucer ton souhait ou Dieu sait quoi mais elle est morte arrête de la voir partout, ça en devient vexant là. »

Tu es un peu crue, bien que ta voix reste douce et gentille tes mots n'en restent pas moins tranchants.

« Je m'appelle Seiko, pas Chiharu. Yamamoto Seiko. Je suppose que comme pour l'autre brun, elle était comme une fille, une sœur ou Dieu sait quoi et comme je lui ressemble tu as crû voir son fantôme mais désolée, je suis bel et bien vivante et à mon souvenir pas décédée récemment. »

Ouais enfin.
A ton souvenir.

Vite dit, en étant amnésique hein.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 111
MESSAGES : 1763
JUKEBOX : キミシダイ列車 - ONE OK ROCK
FEAT : Portgas D. Ace
DATE D'INSCRIPTION : 13/07/2013

FICHE PERSO
XP:
132/190  (132/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Mer 13 Aoû - 17:36













L'âge de travailler ? Taiga riait face à cette réaction, un rire plutôt moqueur comme il avait l'habitude de faire. Elle mentait, il savait bien qu'elle mentait, peut-être qu'elle le faisait intentionnellement. Mais un instant ... Le jeune homme serait sûr de lui, que cette fille soit Chiharu ? Plus le temps passe, et plus les certitudes sont présentes dans le crâne de l'Eldorado. Voilà que la demoiselle faisait une remarque pour le moins ... Étonnante. Ce n'était pas la première fois qu'on la confondait avec une autre personne. Vous vous êtes passez le mot. Alors quelqu'un d'autre avait confondu cette fille avec Chiharu. Cette personne aussi avait vu cette illusion, celle d'une petite fille ressuscitée. Taiga écoutait cette petite fille jusqu'au bout. Dans le fond, il avait l'impression d'entendre Chiharu : l'intonation de sa voix, sa façon de parler et de penser, sa franchise ... Oui, c'était elle tout craché. Le jeune homme croisait ses bras avant de poser son regard d'un noir profond dans celui de la demoiselle. Son visage dur montrait à quel point il était sérieux et qu'il ne voulait en aucun cas déconner avec ça.

« On raconte une rumeur à Tokyo. Lorsqu'une personne doté d'un pouvoir perd la vie ... Elle peut la retrouver en payant le prix fort : son pouvoir et sa mémoire. »

Il sirotait calmement son verre d'alcool. Normalement, Taiga aurait pété un plomb à l'heure qui l'est. Oui, n'est-ce pas dramatique de revoir une personne décédée vivre devant nos yeux ? Si. Encore plus dramatique lorsque cette personne n'est d'autre que la victime que l'ont a poignardé de ses propres mains. Dans le fond, ça foutait Taiga en rogne, il ne pouvait pas vraiment caché son visage froid et désagréable. Parce que c'est lui qui a tué Chiharu, il est responsable de sa mort, il est ce connard qui a fait souffrir cette gosse jusqu'au bout. Un petit soupir s'échappait de ses lèvres, la fatigue lui fouettait sévèrement le visage à ce pauvre homme.

« Alors si je ne suis pas le seul à t'avoir confondu avec une morte ... On peut donc en conclure que cette rumeur est belle et bien réelle ? Il y a quelques mois, un mutant est mort d'une balle dans le coeur, on l'a retrouvé vivant, en chaire et en os dans cette ville. Il avait perdu sa mémoire et son pouvoir qu'était la pyrokinésie. »

Le jeune homme fouillait dans la poche de sa veste pour y sortir une vielle photo abîmée. On pouvait y voir deux personnes : une petite heureuse et un homme. Cette photo avait été envoyé par Chiharu avant sa mort. C'était douloureux de revoir cette image mais est-ce que ça le sera pour cette fille mystère ? Un long silence s'installait. Plus personne ne parlait, on pouvait entendre uniquement le brouhaha des autres clients, les rires et la joie, les chants et la musique. Au bout de quelques longues secondes, Taiga cassait ce blanc qu'était le silence.

« Alors tu dis ne pas connaître cette jeune fille ... Ne dis-tu pas ça parce que tu t'es oubliée, justement ? C'est facile à dire : "je ne connais pas cette morte et les morts restent morts" ... Mais maintenant, nous avons la preuve formelle que les morts reviennent à la vie. Les preuves parlent mieux que de simples paroles. »

Taiga était froid dans ses paroles, mais le fait que cette gamine considère les morts comme étant morts et rien d'autre ... Ce n'est qu'un manque de respect envers tous les défunts. Chiharu aurait pu exactement fait le même commentaire lorsqu'elle était dans sa période de crise d'adolescence. Mais dans le fond, si cette rumeur était vraie, est-ce raisonnable de vouloir réveiller la mémoire de cette jeune fille ? Pourquoi pas ? Mais alors si elle se souvient de tout ...
Se souviendra-t-elle de sa mort ? De celui qui l'a assassiné de sang froid ? ... Exactement. Taiga reprenait sa photo avant de la ranger dans la poche intérieur de sa veste.

« Je t'embête avec mes remarques j'imagine, Yamamoto-san. »

Calme.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://taigao.tumblr.com/
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 50
FEAT : tateyama ayano ϟ kagerou project
CRÉDIT : © memento morri
DATE D'INSCRIPTION : 21/07/2014

FICHE PERSO
XP:
40/160  (40/160)
PV:
11/11  (11/11)
avatar


Ven 29 Aoû - 16:09

And one more time everything is falling appart and i can't do anything about
Taiga Yamazaki ● Proses en #cc3333 ● 777 mots ● Codage par ©Paindore sur APPLE SPRING
Que c'était désagréable. Tu avais l'impression de revivre cette scène avec le français - que tu avais réellement pris pour un adolescent - et qui t'avait balancé à la tronche toutes ces insanités de revenants, de pouvoirs et de proche disparue blablabla. Tu sais que Tokyo est une ville bizarre - ton frère te le répète assez souvent pour que tu l'enregistres, tout comme ses tu rentres direct après le boulot ou après les cours pas de détour pas de chut rien ta gueule tu rentres et c'est tout - mais sa population se transforme à tes yeux en alien ou en bande paranoïaques. Tu n'es pas morte. Tu es juste une gosse normale qui travaille illégalement dans un bar et qui malgré les conneries qu'elle débite est en première année de lycée en finissant première à ses examens. Une fille banale en soit.

« On raconte une rumeur à Tokyo. Lorsqu'une personne doté d'un pouvoir perd la vie ... Elle peut la retrouver en payant le prix fort : son pouvoir et sa mémoire. »

... Et ? Bizarrement tu ne te sens absolument pas visée par cette rumeur - non, je rigole, pendant quelques secondes ta main s'est crispée avant de se décider à porter jusqu'à tes lèvres ta cuillère de glace. Tais-toi.

« Alors si je ne suis pas le seul à t'avoir confondu avec une morte ... On peut donc en conclure que cette rumeur est belle et bien réelle ? Il y a quelques mois, un mutant est mort d'une balle dans le cœur, on l'a retrouvé vivant, en chaire et en os dans cette ville. Il avait perdu sa mémoire et son pouvoir qu'était la pyrokinésie. »

Un mutant ? Qu'est-ce que c'est que cette chose ? Une espèce de rat de laboratoire ou bien ? Tu t'es crispée un peu plus, prenant dans ta main ta coupe de glace pour que ça soit plus simple de manger. Tu gardais un air calme, et pourtant, il pouvait sûrement lire le doute qui envahissait tes yeux : depuis cette discussion avec l'expatrié, tu t'étais noyée dans un flot de pensées sordides et d'innombrables possibilités de pseudo-adoption de la part de ton frère, mais tu balayais tout à chaque en voyant son visage s'illuminer à chaque fois qu'il te voyait : c'était ridicule, et tu te sentais honteuse de ne plus croire autant en lui.

« ... Tais-toi. »

C'était prononcé tout bas, mais assez pour qu'il l'entende. Ta poigne s'était raffermie sur le récipient et tu mordillais ta cuillère.

« Alors tu dis ne pas connaître cette jeune fille ... Ne dis-tu pas ça parce que tu t'es oubliée, justement ? C'est facile à dire : "je ne connais pas cette morte et les morts restent morts" ... Mais maintenant, nous avons la preuve formelle que les morts reviennent à la vie. Les preuves parlent mieux que de simples paroles. »

BLANG. Tu as posé bien trop sèchement la coupe sur le comptoir, attirant l'attention d'une grande partie de la foule qui vous entoure et surtout du barman qui a manqué d'en lâcher son verre.

« Je t'embête avec mes remarques j'imagine, Yamamoto-san. »
« Un problème, Ko-chan ? »

Tu as secoué la tête, et tu es descendue de ta chaise. T'embêter ? Non, tu crois ? Merci Captain Obvious. Tu as relevé le visage vers lui, lui accordant un sourire doux.

« Plus que de m'importuner c'est très désagréable de se voir inventer un pseudo-passé par un inconnu qui croit tout savoir sur tout. Tu ne me connais pas, je ne sais rien de toi, et, de toutes façons, je n'ai rien à te dire. Je ne suis pas amnésique, tu m'en vois désolée. Si c'est tout ce que tu avais à me dire en venant ici et bien je te dis au revoir, parce que moi, je rentre, tu vois, mon frère m'attends. »

Tu as salué le barman de la main et tu es repartie dans les loges, revêtant ton uniforme sans oublier ton écharpe, et tu es sortie par la porte de service, sac de cours à l'épaule, sur les nerfs malgré toi et particulièrement stressée. Ça suffit, les remarques de ce genre. C'est qui cette fille à laquelle on te compare, ça commence à bien faire. Tu es toi, tu as une famille, des études, un taff, et en dépit de ta santé instable et de ton manque de relations particulièrement gigantesque - quand bien même es-tu social, ton jeune âge ne favorise pas vraiment les choses, dans l'établissement - tu es heureuse. Alors, juste, stop, arrêtez. Arrêtez de débarouler comme des tornades dans ton quotidien paisible, tout foutre en l'air et ensuite disparaître.

Sinon, tu vas perdre la tête.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

re:birth ϟ ft. taiga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Kagami Taiga - uc
» L'adorable petite soeur spirituelle de Tatsuya et Taiga débarque ! (FINI)
» 04. Happy Birthday, Cat.
» La Taïga
» Senatè Desras Dieuseul mete ak Steven Benwa pou goumen pou pèp lan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-