AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Too late to apologize | Bagheera.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 59
CITATION : my lover's got humour, she's the giggle at the funeral
MESSAGES : 411
JUKEBOX : Fauve - VOYOU
FEAT : Spain - Axis Power Hetalia
DATE D'INSCRIPTION : 05/08/2013

FICHE PERSO
XP:
32/196  (32/196)
PV:
29/29  (29/29)
avatar


Sam 2 Aoû - 13:49


MUSIQUE ▬ Gabriel reposait à peine la tête sur l’oreiller qu’elle était déjà partie.
Certains  clients étaient comme ça, trop honteuses pour rester une poignée de secondes de plus. Il ne lui en voulait pas. Il s’en voulait à lui. Il s’en voulait d’avoir, une fois de plus, fait l’amour à une personne qu’il n’aimait pas mais avec qui il avait pris son pied. Il s’en voulait d’avoir une fois de plus désirer la posséder pour lui seul sans même penser une seule seconde à Bagheera. Il s’en voulait tout simplement d’oublier sans scrupule Bagheera dès qu’un client se présentait.
Son corps nu glissait dans les draps de satins.
Il savait qu’elle était à bout, elle lui avait dit. Il avait essayé d’arrêté mais n’avait pas réussi. Il était accro. Accro au frisson de l’interdit que ses clients lui passaient par leurs étreintes, accro au regard de désir qui les emplissait à chaque fois qu’il les croisait, accro à la liasse de billets posée sur la table de nuit de la luxueuse chambre d’hôtel chaque jour différente.
Il s’en voulait mais c’était plus fort que lui. C’était physique, chimique, mathématique.

A trop jouer la putain, Gabriel l’était devenue.

Le prostitué se glissa hors du lit avant de se rhabiller et de prendre ses affaires pour sortir de l’hôtel. Il grilla une clope sur le parvis de l’édifice avant de monter dans sa voiture hors de prix et de partir manger de l’asphalte. Il voulait tout oublier, se noyer dans l’ivresse de la vitesse.
Mais il n’y arrivait pas.
Une partie de lui voulait Bagheera, voulait l’aimer à tout jamais, la serrer dans ses bras pour toujours, lui faire des enfants, devenir tout ce qu’elle voudrait qu’il devienne.
Et une autre partie voulait enserrer des corps différents toutes les nuits, embrasser des lèvres plurielles, fusionner avec des âmes multiples.
Gabriel était déchiré.

Lorsque l’ascenseur s’ouvrit sur son appartement, Bagheera était assise sur le grand canapé qui faisait face à tout Tokyo. Il s’assit près d’elle, un verre à la main.
Il s’approcha pour l’embrasser.




Ain't no sluts down there





_______

You, me, bed, now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
MESSAGES : 78
FEAT : gareki -karneval
CRÉDIT : ©matt
DATE D'INSCRIPTION : 19/02/2014

FICHE PERSO
XP:
80/1400  (80/1400)
PV:
11/11  (11/11)
avatar


Mer 6 Aoû - 21:28




TOO LATE TO APOLOGIZE

MUSIQUE – Bagheera avait toujours été incroyablement idéaliste. Elle dessinait les belles relations dans sa tête et s'imaginait déjà son futur sous son meilleur jour, parce qu'aujourd'hui et hier ont toujours été un peu tristes. Bagheera avait toujours été naïve, ou plutôt silencieuse. Bagheera avait toujours laissé passer un tas de choses, même ce qui lui tenait à cœur. Elle l'avait laissé finir correctement son travail, faire ses adieux à cet univers déglingué pour enfin oser espérer un soir où elle ne s'endormira pas dans les bras d'un homme qui à l'odeur d'un parfum pour femme différent toutes les nuits. Bagheera osait espérer qu'elle pourrait poser sa main dans son dos tout doucement sans avoir à sentir du bout des doigts la marque des ongles des autres. Elle essayait de se faire une raison, à chaque fois. Elle se disait qu'elle l'aimait, et que sans lui elle ne serait plus capable de rien.

Mais ce matin-là, elle s'est réveillée sans se le dire, et c'est peut-être ce qui lui a fait changer d'avis sur la question.
Elle avait attendu toute la journée assise sur le canapé, s'était peut-être endormie mais ne s'en souvenait plus. Elle avait pris un verre de vin rouge et avait trinqué avec Tokyo tout entier. Elle avait croisé les jambes, bu un peu, et attendu.

Quand la porte s'ouvrit, elle ne se retournait même pas. Son regard se concentrait sur les scintillements de la ville et lorsque Gabriel s'approchait, elle se mit à parler vite pour l'empêcher de l'embrasser.

« Tu sais, Gabriel, j'ai laissé derrière moi ma famille, mes amis et ma tranquillité pour le seul homme que j'ai jamais aimé. J'ai sacrifié une vie simple pour une vie dangereuse. J'ai sacrifié une vie simple pour toi. Je n'ai pas sacrifié ma vie pour lever mon verre seule tous les soirs face à ta grande fenêtre. »

Bagheera parlait calmement, comme dans une autre dimension. C'est vrai. Elle avait fini à s'habituer à ce monde sans l'amour qu'elle aurait aimé avoir, un monde bien triste.

« Si tu voulais juste une présence quand tu rentrais, tu aurais dû acheter un chien. »

Puis elle lève les yeux vers lui, enfin.

« Pas m'acheter moi, avec tes beaux discours. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 59
CITATION : my lover's got humour, she's the giggle at the funeral
MESSAGES : 411
JUKEBOX : Fauve - VOYOU
FEAT : Spain - Axis Power Hetalia
DATE D'INSCRIPTION : 05/08/2013

FICHE PERSO
XP:
32/196  (32/196)
PV:
29/29  (29/29)
avatar


Jeu 7 Aoû - 10:43

Burning Desires
Lorsque ses lèvres se dérobèrent aux siennes, Gabriel sentit comme un frisson lui parcourir l’échine.
Il sentit brutalement l’une des deux images de son avenir qu’il s’était construites se craqueler. Celle exposant un portrait heureux d’une famille parfaite, Gabriel tenant dans ses bras un nourrisson ravi, Bagheera riant aux éclats aux côtés des deux hommes de sa vie.
Le jeune homme sentait que cet avenir là se faisait de plus en plus lointain, de moins en moins tangible.

▬ Si tu voulais juste une présence quand tu rentrais, tu aurais dû acheter un chien. Pas m'acheter moi, avec tes beaux discours.

Sa gorge se serra.
Il sentait cette confrontation arriver à mesure qu’il n’arrivait pas tout à fait à rentrer à la maison pour de bon.
Il chercha dans ses yeux une trace de compassion, d’amour, d’affection, quelque chose, n’importe quoi qui voudrait dire qu’elle était entrain de le tester et pas de le jeter.
Mais rien.
Il n’y avait rien dans son regard dur sinon le ressenti, la douleur, et le sentiment d’être trahie.

▬ Bag, je t’en supplie, c’est pas ce que tu crois, j’essaye, mais j’y arrive pas. J’ai fait ça trop longtemps j’te dis. C’est le temps de m’habituer. Je t’aime, et je t’achète pas en disant ça.

En vérité, quelque chose s’était brisé, il le sentait.
Il se sentait coupable de dire qu’il l’aimait inconditionnellement alors que, déjà, tout semblait s’effilocher.
Ils restèrent là un moment à se regarder dans le blanc des yeux, sans bouger. Puis Gabriel lâcha dans un souffle :

▬ Tu veux partir ?

Il craignait la réponse plus que tout au monde.
Il savait qu’elle allait le libérer ou le combler, le tuer ou le rassurer. Il savait que quoi qu’elle réponde, ils souffriraient tous les deux.

On dit que l’amour dure trois ans.
Il faut croire que la passion, elle, se consume bien plus vite.


_______

You, me, bed, now.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
MESSAGES : 78
FEAT : gareki -karneval
CRÉDIT : ©matt
DATE D'INSCRIPTION : 19/02/2014

FICHE PERSO
XP:
80/1400  (80/1400)
PV:
11/11  (11/11)
avatar


Jeu 28 Aoû - 21:48







musique – Elle trouve que ça ressemble à une mauvaise comédie romantique, ces films français qu'elle a déjà regardé à l'occasion, par ennui et par curiosité. Dans ce genre de film, elle souriait. Elle souriait parce qu'elle aimait voir les gens s'aimer et se détruire pour mieux se retrouver. Mais à présent, maintenant qu'elle est l'actrice principale du film de sa vie, elle n'a plus envie de sourire parce qu'elle a peur de grimacer. Son cœur s'emballe un peu quand Gabriel parle un peu. Il ne parle pas pour rien dire, il parle pour tenter sa chance parce qu'il a désespérément compris la portée de ses mots, leur sens, leur but.
Bagheera a toujours été comme ça, un peu faiblarde et influençable et c'est la raison pour laquelle elle s'est laissée tomber dans ses bras une seconde fois alors que tout avait déjà volé en éclat dans la débâcle des sentiments.

Je t'aime.

Tu veux partir ?


Elle a levé les yeux vers le ciel voilé de Tokyo, son cœur a loupé un battement et l'on peut voir quelques maigres ondulations dans son verre de vin calé entre ses doigts tremblants. Les yeux de Bagheera se sont mis à rougir et sa gorge à piquer fortement, son nez la chatouille et des fourmis traversent ses membres. Que dire, que faire, où, quand, comment, tout de suite, jamais ?

Ses pensées se chamaillent, tiraillées entre les idéaux d'une gamine trop égoïste et peureuse et ceux d'une femme qui n'a plus envie de s'étouffer dans sa naïveté.

« Non, a-t-elle répondu dans un déchirement, je ne veux pas partir. »

Elle décide finalement à poser ses yeux sur lui. Sans doute a-t-elle l'air un peu folle, ses cheveux mal coiffés et les traits de son maquillage dégoulinants sur ses paupières. « Mais je veux une vie. Une vie sans avoir à attendre de trinquer avec l'homme que j'aime parce qu'il préfère lever son verre à la luxure. »

Bagheera soupire. « Ce n'est pas par jalousie. C'est juste de tristesse que je m'en vais. » Elle ne veut  pas pleurer, elle veut juste lui cracher à la figure toute sa haine, toute sa rage qui gronde dans son estomac. Mais tout ce qu'elle se sent capable de faire, c'est de couler dans ses bras et de s'y endormir avec innocence.
Alors, elle se met debout. Et elle ne bouge plus.

« Moi aussi j'ai essayé, Gabriel. J'ai essayé de te pardonner.
Mais moi non plus, j'y suis pas arrivée.
 »

Et quelque part déjà, elle regrette ces mots. Parce que même pour Bagheera, la vérité est difficile à entendre. Pourtant elle traîne dans sa tête et elle n'avait jamais franchi le seuil de ses lèvres roses jusqu'à ce soir.


l'équilibre est fragile

© kristen

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Too late to apologize | Bagheera.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's never too late to apologize [REGINA]
» Too late to apologize • Nila-Grace
» EDGAR&LYL • It's too late to apologize ?
» it's too late to apologize. [jon-jon]
» davina claire ⏀ it's too late to apologize. (en cours)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-