AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Living young & wild & free [Rin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 12
CITATION : Les peuples ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernements. Les gouvernements devraient avoir peur du peuple. - V pour Vendetta
MESSAGES : 94
JUKEBOX : Into the labyrinth - Kraddy. Omnia - Call me Satan. Eluveitie - Brictom. Loreena McKennith - Mummer's dance.
FEAT : Kirishima Ayato - Tokyo Ghoul
CRÉDIT : Avatar by Me. Signature by Silverlunge
DATE D'INSCRIPTION : 24/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mar 29 Juil - 21:23



Living young & wild & free.
« Certains hommes sont sans but logique. On ne peut les acheter, les intimider, les raisonner ou négocier avec eux. Certains hommes veulent juste voir le monde brûler. »

→ Hayashi Rin
→ Tokugawa Kyoshiro

▬ C'était "Free Cat" ou "Cheshire" en direct de la radio la plus timbré de tout les temps.

Il éteint l'antenne, débranche les câbles, fait encore une fois toutes les manipulations inimaginables afin qu'on ne remonte jamais jusqu'à lui. C'était son quotidien, sa façon de vivre, quelque chose qu'il avait choisi. Le voilà qui s'étire, comme un chat, un petit sourire qui prend place sur le coin de ses lèvres. Il l'avait encore un peu trop ouverte; sa gueule. Bon nombre de gens voulait sans aucun doute avoir sa tête. Un petit soupir s'échappe de ses lèvres alors qu'il se redresse sur sa chaise de bureau, attrapant son paquet de cigarette. Les lumières éteintes comme toujours, il entre ouvre un petit peu les volets, il fait jour. Kyoshiro n'avait absolument plus aucune notion du temps, cela commençait à devenir inquiétant.

Il marche nonchalamment vers le frigidaire, regarde l'animal qui se cogne de partout, pourquoi avait il donc décidé de s'occuper de ce petit chat errant ? Le jeune homme n'en avait absolument aucune idée, d'ailleurs, depuis quand avait il un chat... ? Encore sa mémoire défaillante qui lui jouait des tours. Kyoshiro s'étire une nouvelle fois, la fatigue le kidnappant peu à peu. Il allait encore s'écrouler sans pouvoir contrôler quoi que ce soit, putain de narcolepsie de merde qu'il pense avant de tomber sur le sol de sa cuisine.

Il ne sait pas vraiment vers où vagabonde ses pensées, Kyoshiro sait juste qu'il s'est bel et bien endormi et que le chat est sans aucun doute en train de miauler pour un rien... Quoi que, sa gamelle est peut-être vide... Autour de lui, il fait noir, tout tourne, il fait froid. Faudrait peut-être qu'il se réveil, mais Kyoshiro contrôle rien, c'est toujours pareil dans ses moments là. Il a soif, vraiment, sa gorge est sèche, son corps le comprend, son cerveau lui envoie l'information, lui permettant ainsi de se réveiller. Bordel de vie de merde.

Le chaton est perché sur son épaule, lui renifle le visage... Il ne pige plus rien, c'est inouï. Le voilà qui s'étire de nouveau en symbiose avec l'animal, lui versant de nouveau des croquettes avant d'enfin ouvrir le frigidaire... Sa boisson fétiche n'était plus là et il fallait dire que... Bah y'avait vraiment plus rien dans le frigo'. Les placards étaient tous vide, tout ce qu'il restait ? Des boîtes de conserves qu'il avait acheté en cas d'attaque zombie... Non ce n'est pas une blague.

▬ Bon... Tu n'fais pas n'importe quoi toi, je vais faire les courses. Si tu pisses partout, tu passes à la broche, compris ?

Qu'il avait dit tout en caressant l'animal. Un nouveau soupir alors qu'il enfile son manteau, s'arrange vite fait la tignasse en y passant juste sa main et passa sa capuche sur sa tête avant de sortir le plus discrètement possible de sa tanière. Quitter les ténèbres pour la lumière. Le rayon de soleil lui brûle les yeux, lui donne envie de retourner aussitôt d'où il vient, mais ce n'est pas encore possible. Kyoshiro avait la dalle et ultra soif. Hors de question de boire de l'eau; il voulait sa bouteille et tout ce qui allait avec. Shinjuku, ce quartier lui plaisait sans vraiment l'enjoué, pour l'heure, il devait se rendre à Shibuya. Il irait faire un tour à la tour 109, le centre commercial serait bondé, doublement une façon de passer inaperçu ; normalement.

Le métro, quelques arrêts, un calvaire. Il n'aime pas les gens, ils sont chiant, énervant. Ils se conforment tous aux règles de la société comme des toutous bien obéissants, tous habillé pareil dieu que c'est répugnant. Une fourmilière, cette société et son mode de fonctionnement lui rappelait vraiment une fourmilière. Arrête de penser Kyoshiro ou tu vas encore t'énerver. Il soupir, s'impatiente, le trajet est enfin fini, il est content. La tour 109 est devant lui, le centre commercial est bondé, comme d'habitude. Le rayon des boissons, le rayon de sa vie, les stocks sont pratiquement vide, seul deux bouteilles sont encore accessibles. Kyoshiro soupir de soulagement, toujours sa capuche dressée sur sa tête. Il en attrape une et quelqu'un attrape celle juste à côté. Son regard se pose alors sur cette personne qu'il n'a pas sentit approcher.

▬ Qu'est-ce que... ?

Sa pensée s'était approprié sa voix l'espace d'un instant. Parler à haute voix... Cela ne lui ressemblait vraiment pas. Il arque un sourcil avant de foutre la bouteille dans son panier tout en continuant de regarder la personne en face de lui... Sans rien dire. Cela devait être carrément déroutant, ou énervant... ?



En sautant, il avait pensé qu'il volerait.

© Gabriel sur Gamble & Décadence.

_______
I'm not crazy

IN MY SHOES, JUST TO SEE WHAT IT'S LIKE, TO BE ME. I'LL BE YOU, LET'S TRADE SHOES JUST TO SEE WHAT IT'D BE LIKE TO. FEEL YOUR PAIN, YOU FEEL MINE, GO INSIDE EACH OTHER'S MINDS. JUST TO SEE WHAT WE FIND. LOOK AT SHIT THROUGH EACH OTHER'S EYES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 5
MESSAGES : 181
CRÉDIT : narcisse
DATE D'INSCRIPTION : 16/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/174  (0/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Jeu 31 Juil - 23:36


Habitude, reflexe, le mot approprié me semble être tique stupide. Tu ouvres le frigo machinalement sans réellement y chercher quoi que ce soit. Tu le laisses ouvert, ne regardes pas vraiment ce qu’il y a dedans. Tu réfléchis. A quoi, tu ne sais pas. Mais tu réfléchis.
C’est après le troisième aller-retour de l’heure, entre la télé et le réfrigérateur que tu comprends alors le malaise ; ce qui pousse ta conscience à trainer péniblement jusqu’au pittoresque coin cuisine pour vérifier tes vivres. Et bien c’est qu’il n’y en a plus vraiment, des vivres justement. Juste un activia bifidus 0% cholestérol qui se bat en duel avec la bouteille de lait périmé depuis deux mois. Et dans les tréfonds du bac à légume, une espèce mutante de navet qui a désormais plus les allures d’un brocoli que d’un navet. A moins que ce soit le contraire. Bonne question.

Tu abandonnes alors les réjouissances de la série que tu avais légalement téléchargée pour la regarder légalement sur ta télé, te demandant dans la recherche lascive de ton portefeuille si le héros va finir par avoir autre chose qu’une vie de merde un jour. Non, non, c’est le concept des films américains ça. Un concept de vie so 2014, comme ta dégaine. Les cheveux en vrac, tout juste retenu par un élastique lui-même retenu par l’opération du saint esprit. Le tout en queue de cheval haute, s’il vous plait. Et un jean qui tombe à ras du cul, et un sweet trop large. So 2014.

Tu sors finalement de chez toi, après avoir fait le check up de ta réserve de conserve en cas d’invasion zombies. Pas que tu crois en l’invasion zombies, mais tu croyais pas des masses aux mutants quand t’as regardé X-men pour la première fois alors… Au cas où. T’allais acheter des spaghettis en rab. Et surtout du jus de pomme.
Du putain de jus de pomme.
C’est excellent pour le transit.

Direction Shibuya, tour 109 et son centre commercial. Niveau prix, la paye de ministre ne serait pas de refus mais en attendant on se serre la ceinture. C’est pas comme si photographe payait si mal que ça. Et que tu comblais tes fins de mois avec du bonus. T’es pas sur les cailloux non plus, hein. Passons.
Après avoir rendu visite au rayon légumes pour trouver des camarades à ton navet mutant solitaire, traversé le rayon charcuterie où il y a parait-il eu la légendaire bataille du kiri-jambon (Mei, Kyo, salut) tu arrives finalement devant les jus de fruits. Le festival du n’importe quoi, le mix racial des jus de fruits pire que dans un jus multi fruits.
Grenade, pamplemousse, mangue, des fruits dont tu ne connais pas le nom, des jus qui ne sont même pas de fruits et les originaux. A savoir l’orange, horreur et damnation et le jus de pomme. Utopie du petit déjeuner, élément indispensable d’une alimentation saine et sans danger. Car oui sachez-le les enfants le jus d’orange est nocif. Vous pouvez vous étouffer avec la pulpe (…).

Guidez donc par la voix de ta nutritionniste intérieure, tu tends la main vers l’une des deux dernières survivantes d’une guerre de consommateurs voraces. Ta main frôle celle d’un concurrent potentiel, te fait sursauter avant de bondir sur ta proie. Tu saisis la bouteille, la ramène immédiatement prés de toi pour la protéger. Une maman et son petit, la parfaite symbiose.

«  Qu'est-ce que... ? »

Tu le fixes, il te fixe, vous vous fixez. Bref. Le tout de la manière la plus curieuse qui soit. Perturbant dans un sens comme dans l’autre certainement, tu restes fermement accroché à ton précieux. Avant que tu ne finisses par répondre, d’un air trop sérieux pour être crédible.

« Comme les kinder bueno, hein. »

Ça ne se partage pas. Il s’est cru chez mémé si il a cru il allait avoir les deux bouteilles. Il peut se gratter avec le cul d’un balai ouais. Bien profondément sous l’aisselle ouais. Espèce d’enfant.

« Même si c’est un bon jus de pomme. Il foute pas de colorant dedans. »

Tu sais quoi Rin ? Tais toi.


(c) Gabitch sur AS




Apple
-
Juice





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
CITATION : Les peuples ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernements. Les gouvernements devraient avoir peur du peuple. - V pour Vendetta
MESSAGES : 94
JUKEBOX : Into the labyrinth - Kraddy. Omnia - Call me Satan. Eluveitie - Brictom. Loreena McKennith - Mummer's dance.
FEAT : Kirishima Ayato - Tokyo Ghoul
CRÉDIT : Avatar by Me. Signature by Silverlunge
DATE D'INSCRIPTION : 24/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 7 Aoû - 23:18



Living young & wild & free.
« Si le ciel devait s’ouvrir subitement, il n’y aurai pas de lois, il n’y aurai pas de règles, il n’y aurai que toi et tes souvenirs, les choix que tu a fait, et les personnes que tu a touchées. » DONNIE DARKO.


▬ Comme les kinder bueno, hein.

... Ses yeux s'ouvrent en grands, dévoilant sa surprise. C'était à ni rien comprendre. Enfin, si, tout était compris, mais Kyoshiro était, comment dire, "sur le cul" comme dirait l'expression. La bouche entre-ouverte, les sourcils levés, il attendit que quelques secondes passe avant de soupirer et de secouer un peu la tête tout en s'ébouriffant la tignasse. Non, il n'était pas blasé, loin de là et il n'avait pas voulu prendre deux bouteilles, une serait suffisante... Ou peut-être pas, mais tant-pis, il n'allait pas lui subtiliser des mains. Fourrant la sienne dans son panier, il se contenta de regarder autour, les différents "jus" qui se proposait à ses yeux. Jus de Litchi, non, hors de question. Jus d'orange, plutôt crever. Aucun des jus de la même marque ne l'intéressait... Faire un autre magasin pour en acheter un peu plus ou se contenter de cette seule et unique bouteille ? Le saint Graal, au moins, il en avait une, Kyoshiro n'avait donc pas de quoi se plaindre. Il hoche la tête, signe qu'il était d'accord avec son monologue interne avant que la voix du jeune homme ne refasse une nouvelle fois surface.

▬ Même si c’est un bon jus de pomme. Il foute pas de colorant dedans.

Ouais, c'était l'une des raisons pour lesquelles il appréciait ce jus de pomme. Bien frais, il te remets d'aplomb, te donne envie de bien démarrer la journée. Une bouteille ne sera pas suffisant, surtout si Kyoshiro commence à faire l'apologie du jus de pomme suprême dans sa tête. Il attrape une bouteille de jus de pomme quelconque, un peu peiné, mais il n'avait pas le choix, il n'aimait pas ressortir tout le temps pour faire des courses. Il n'aime pas les gens, il n'aime pas les gens dans les MAGASINS. De toute façon Kyoshiro, t'aimes quoi de base ? Il entre ouvre la bouche une nouvelle fois tout en attrapant une bouteille de lait en pensant au chaton.

▬ Cette boisson est tout simplement parfaite. Pas de pulpe pour te faire chier, pas vraiment d'acidité. Il est parfait.

Putain... Kyoshiro qui parle de BOISSON aussi QUELCONQUE que le JUS DE POMME ? Fallait le faire, c'était à noter quelque part, un grand jour, l'aube d'une nouvelle ère... D'ailleurs... Depuis quand parlait il aussi facilement avec les gens ? Ce n'était pas du tout son genre ? Pas dans sa nature. M'enfin, une fois de temps en temps, cela ne peut pas faire de mal. Il fourre deux bouteilles de lait dans son panier, marchant doucement, suivant le jeune homme du regard avant de voir un sachet de kinder bueno déposé sur une étagère. Sans doute une maman qui n'a pas voulu céder au caprice de son gosse, fort probable. Kyoshiro attrapa le sachet et s'adressa de nouveau au jeune homme.

▬ Et d'ailleurs. Partager un kinder bueno ne me dérange pas, mais partager ce jus de pomme est pour moi un sacrilège.

Putain Kyoshiro... Arrête la drogue. Arrête de planer alors que tu prends quasiment plus rien ! A croire que ton cerveau est une substance illicite à lui tout seul. Il pose le sachet de Kinder Bueno dans son panier puis se rendit compte de sa connerie. Il baissa la tête, un peu gêné avant de se gratter la tête.

▬ Putain... Je dis vraiment de la merde...

N'empêche, tu le détestes un peu quand même, hein Kyoshiro ? T'aurais aimé l'avoir cette deuxième putain de bouteille. Pour une fois dans ta vie, t'auras pas ce que tu voudras, même si tu te démènes. "Tout ça pour du jus de pomme, ça fait vraiment pitié mec." qu'il se dit intérieurement avant de soupirer une nouvelle fois. Qu'est-ce qu'il devait acheter encore ?

▬ N'empêche, je suis sérieux ! Ne partage jamais ce jus de pomme !

Il cherche à faire le con ? Ou, il est vraiment sérieux ? Allez savoir. C'est bien ça le problème avec Kyoshiro, on ne sait jamais quand il est sérieux ou non... En tout cas, ce mec devait le prendre pour un gros taré sortit des méandres du trou du cul d'la ville.



On est comme un électron libre. On a une carte de crédit à la place du cerveau, un aspirateur à la place du nez, et rien à la place du cœur.

© Gabriel sur Gamble & Décadence.

_______
I'm not crazy

IN MY SHOES, JUST TO SEE WHAT IT'S LIKE, TO BE ME. I'LL BE YOU, LET'S TRADE SHOES JUST TO SEE WHAT IT'D BE LIKE TO. FEEL YOUR PAIN, YOU FEEL MINE, GO INSIDE EACH OTHER'S MINDS. JUST TO SEE WHAT WE FIND. LOOK AT SHIT THROUGH EACH OTHER'S EYES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 5
MESSAGES : 181
CRÉDIT : narcisse
DATE D'INSCRIPTION : 16/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/174  (0/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Jeu 14 Aoû - 15:35


Ne pas chercher à comprendre une situation, sans doute le meilleur moyen de la comprendre. Résumé rapide digne d’une série basse qualité produite aux U.S.A, nous voilà au Shibuya 109, centre commercial abusivement fréquenté où les plus grandes batailles ont jadis eu lieu, en cette paisible ville qu’est Tokyo et ses, approximativement bien plus, 1000 habitants (true). Après une tentative d’assassinat perpétuée avec un cadi, nous voilà donc en présence des deux challengers, tous deux capillairement parlant politiquement incorrect. Qu’est-ce que ça fait de craindre un coup en traitre de l’adversaire, visiblement enclin à vous voler votre bouteille de jus de pomme haut de gamme (ou pas) monsieur Hayashi ? Entre vous et moi, c’est plutôt inquiétant il semble avoir du mal à saisir cette métaphore du second degré sur les kinders bueno je crois que nous avons en notre compagnie un jeune homme qui ne regarde pas beaucoup la télé. Vous auriez peut être dû utiliser des produits plus locales messire Hayashi, notre ami n’a peut-être pas passer le cap de la mondialisation. Les pommes poussent au Japon ? Je n’en suis pas sûr et hélas Googleman n’est pas là pour me renseigner, je laisserai donc cette interrogation en suspens en répondant que je n’ai plus la moindre d’où cette phrase à commencer. Mes sincères excuses à la famille des victimes et à votre chat, il avait un avenir si prometteur. Et il semblerait que la bouteille de lait que le jeune homme attrape lui soi destiné. Je fais dans l’omniscient aujourd’hui moi je suis comme ça. Gen m’a épuisé walla je t’aime.

« Cette boisson est tout simplement parfaite. Pas de pulpe pour te faire chier, pas vraiment d'acidité. Il est parfait. »

Parfait, sans défauts. Affirmation approuvée par notre challenger bien aimé qui a finalement renoncé à couver sa bouteille comme une poule le ferait avec un œuf. Elle a pris place dans son panier, bien à l’abri des regards, entre les navets et la laitue. Diététique contenu, pour l’instant. Le rayon des cochonneries n’a pas encore croisé le chemin d’el glouton et son estomac à double contenance hermétique conçu pour une quantité deux fois supérieur à la normale, à vidanger toutes les trois heures (temps réduit en cas d’utilisation intensive). En parlant de kinder bueno, tu aurais bien fait le plein de kinder bueno, pour pouvoir les regarder devenant une série à rallonge du style Lost ou Grey’s Anatomy, je suis désolé pour les fans si l’orthographe laisse à désirer pas taper ce n’est qu’un exemple de série que tu pourrais y regarder en long en large en travers que BON OK PASSONS.
Kinder bueno, subtilisé par l’homme aux cheveux hirsutes que nous nommerons sans intimité frère steve jobs, apple toussa, jusqu’à ce que son identité soit officiellement déclinée.
Tout ça pour vous dire que tu n’avais pas eu le temps d’aligner un mot que monsieur avait attrapé un paquet de truc-pas-bon-pour-ton-36-du-pantalon, avant de te faire part de ses préceptes religieux.

« Et d'ailleurs. Partager un kinder bueno ne me dérange pas, mais partager ce jus de pomme est pour moi un sacrilège. Il s’arrête le temps de poser son bien dans le panier. Putain... Je dis vraiment de la merde... N'empêche, je suis sérieux ! Ne partage jamais ce jus de pomme ! »

Traumatisé ? Non, non. Simplement perturbé par enchaînement de bons conseils de frère steve jobs qui semble venir en paix en fait. Oh et puis c’est toi qui a commencé, avec ton histoire de sans colorant sans conservateur. On te croirait tout droit sorti d’une publicité budget réduit. C’est la crise mes enfants, c’est la crise.

« Jamais de la vie, ce serait… Sacrilège ouais. Plutôt crever. »

Voici donc les paroles pleines de sagesse de Rin Hayashi, Tokyo, un certain jour à une certaine heure dans un rayon avec un type sensiblement aussi drogué au naturel que lui. La génétique, c’est fabuleux je crois.

« Sinon t’aurais pas un kinder bueno en rab ? Le rayon est à l’autre bout du magasin. »

Ne sous-estimez pas le pouvoir de la flemme, le plus grand fléau de notre siècle bien avant le cancer, le sida et les mycoses vaginales.
Viens donc en secours à un ami fidèle mon frère, nous irons ensuite ensemble prêcher la bonne parole aux portes des gens en tentant de les convertir à la consommation de jus de pomme, plutôt qu’à celle du démon. Il a créé le jus d’orange pour vous tenter mes fils, ne buvez point de cette abomination où vous finirez bruler dans les feux de l’enfer ET BREF.
Je suis sincèrement désolé. Saches que lire la narration est, réflexion faite, complètement inutile. I’m so sorry.

(c) Gabitch sur AS




Apple
-
Juice




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
CITATION : Les peuples ne devraient pas avoir peur de leurs gouvernements. Les gouvernements devraient avoir peur du peuple. - V pour Vendetta
MESSAGES : 94
JUKEBOX : Into the labyrinth - Kraddy. Omnia - Call me Satan. Eluveitie - Brictom. Loreena McKennith - Mummer's dance.
FEAT : Kirishima Ayato - Tokyo Ghoul
CRÉDIT : Avatar by Me. Signature by Silverlunge
DATE D'INSCRIPTION : 24/07/2014

FICHE PERSO
XP:
0/172  (0/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mer 3 Sep - 17:11



Living young & wild & free.
« Si le ciel devait s’ouvrir subitement, il n’y aurai pas de lois, il n’y aurai pas de règles, il n’y aurai que toi et tes souvenirs, les choix que tu a fait, et les personnes que tu a touchées. » DONNIE DARKO.


▬ Jamais de la vie, ce serait… Sacrilège ouais. Plutôt crever.

Tu ne sais pas si ce qu'il te dit est la vérité hein Kyo' ? Est-ce que ce mec était en train de se foutre littéralement de ta gueule ou pas ? Mystère et boule de gomme ; il continue de le regarder en se posant intérieurement ses questions qui n'ont ni queux ni tête, parce que de toute façon, même si ce gars se foutait de sa tronche, Kyoshiro s'en beurrerait la raie, il n'en aurait strictement rien à carré ; ou peut-être pas en fait, t'es une énigme Kyo' et tu fais vraiment chier. Un soupir alors qu'il regarde une énième fois autour de lui, la capuche toujours dressé sur la tête, les gens défilaient c'était horrible, il n'aime pas la foule, il n'aime pas les gens, quelqu'un le bouscule pour attraper une bouteille de jus d'orange ; et elle ne s'excuse même pas, pouffiasse, étrangle toi avec la pulpe de cette boisson immonde. Il grince des dents, il serre les poings, reporter son attention sur son panier, ne pas s'énerver. Il lui manquait encore des choses, il n'allait pas se nourrir exclusivement de kinder bueno et de jus de pomme, malheureusement. Cuisiner, c'est fou ce que ça le faisait chier, mais bon, faut bien survivre ; dieu que c'est chiant. Être nourrit à rien foutre, ce serait le pied, mais faut pas rêver. Kyoshiro s'étire un peu, la flemme, la fatigue, il n'avait qu'une envie s'écrouler sur le sol ; narcolepsie de merde, ne pas succomber, tenter de garder les yeux ouverts. La voix de son acolyte amateur de bon jus de pomme lui parvient une nouvelle fois aux oreilles.

▬ Sinon t’aurais pas un kinder bueno en rab ? Le rayon est à l’autre bout du magasin.

Un sourire narquois prend place désormais sur son visage, comme à son habitude Kyoshiro pense à des choses, planifie pour obtenir ce qu'il souhaite, manipulation, envie de le faire ramper ; « mec, t'es taré, t'as craqué ton slip, d'où ce mec ramperait pour juste quelques kinder ? Arrête de fantasmer frère et donne lui les kinders... » Duel intérieur, joute verbale, le bien et le mal discute ensemble, ce mec est totalement perché et pour une fois ce ne serait ni la faute aux médocs ni à la drogue, il n'y avait pas touché aujourd'hui. Sa main vient découvrir sa tête, la climatisation faisait vraiment chier dans ce magasin, pourquoi ces putains de cons mettent ils à chaque fois la climatisation à ce point, un coup il fait chaud, un coup il fait froid ; et on se demande pourquoi on tombe malade en sortant d'un centre commercial, faut pas pousser mémé dans les orties. Nouveau soupir, il s'ébouriffe la tignasse blanche qui orne son crâne avant de jeter quelques paquets de Kinder bueno dans le panier de mister « on-sait-pas-comment-il-s'appelle-mais-on-s'en-fout-on-l'appellera-Clint. » Pourquoi Clint ? Et pourquoi pas d'abord ? On s'en fout, c'est qu'un détail qui n'a pas d'importance dans le scénario. Kyoshiro s'étire une nouvelle fois avant de se masser l'épaule et de lâcher en faisant une moue.

▬ On avait dit « comme les kinders  bueno » t'imagines même pas l'effort que je viens de faire mec.

Quel mytho, c'était pas croyable. Pourtant, il arbore vraiment une mine... Non, en fait il en a l'air d'avoir rien à carré. Son téléphone sonne, mais il ne répond pas, encore quelqu'un qui désire qu'il stalk quelqu'un, ou qui veut vite avoir les informations demandé, il n'allait pas s'en plaindre, c'était comme ça que Kyoshiro gagnait sa croûte, mais pour le coup, il avait juste envie de le faire un gros « fuck » et de prendre sa journée... De toute façon, demain il se rappellera pas ce qui se sera passé aujourd'hui ; pas plus mal en soit, il a été gentil et il a parlé à quelqu'un ; c'est clair que c'est mieux de pas s'en souvenir. Il perd la mémoire tous les jours, il ne se souvient jamais du jour précédent à par si il y a un événement marquant, ou dans certaines conditions, handicapant ? Oui et non, il s'en branle, les gens arrivent et repartent et en soit ce n'est pas plus mal. La pâteuse, sa salive est lourde, ça l'agace. Il attrapa l'une des bouteille de lait, l'ouvre à l'abri des regards et en bois quelques gorgées. De toute façon il allait la payer, alors fuck. Kyoshiro attrape une bouteille de coca-cherry, une boisson énergisante et réfléchit...

▬ Putain, un rayon entièrement vide pour du jus de pomme, faut le faire quand même... Dit voir, t'as pas une autre boisson à me conseiller.

Il se gratte la tête et prend un faux air peiné, bâtard de manipulateur qu'il est.

▬ Je vais faire des infidélités à ma première femme, c'est triste.

Sinistre con, à croire qu'il avait vraiment décidé de laisser son cerveau dans l'appartement et de partir le crâne vide. Il fait le débile depuis tout à l'heure, prend des risques inconsidérés en se montrant en publique ; quoi que, personne ne connaissait la tête du célèbre « free  cat » le roi de la radio pirate par excellente, le mec qui déverse sa haine à l'antenne et qui dévoile des informations ultra confidentielles qu'il à eu par des moyens peu recommandable. Il s'étire une nouvelle fois, le regard dans le vague, merde, la torpeur le gagne peu à peu, connasse de narcolepsie, c'est pas le moment de l'endormir... Bon, tant-pis, du moment que c'est dans un magasin et pas sur une route. Kyoshiro tombe, lentement, mais sûrement, s'écroulant sur le sol, encore une fois il s'est endormit comme une merde, sans crier garde. Maladie à la con, faite que personne ne le dépouille pendant son « mini sommeil » qui ne durera sans doute pas plus d'une quinzaine de minutes.



On est comme un électron libre. On a une carte de crédit à la place du cerveau, un aspirateur à la place du nez, et rien à la place du cœur.

© Gabriel sur Gamble & Décadence.


hrp > en cours de correction /suicide/

_______
I'm not crazy

IN MY SHOES, JUST TO SEE WHAT IT'S LIKE, TO BE ME. I'LL BE YOU, LET'S TRADE SHOES JUST TO SEE WHAT IT'D BE LIKE TO. FEEL YOUR PAIN, YOU FEEL MINE, GO INSIDE EACH OTHER'S MINDS. JUST TO SEE WHAT WE FIND. LOOK AT SHIT THROUGH EACH OTHER'S EYES.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Living young & wild & free [Rin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» ❝ LIVING YOUNG AND WILD AND FREE ❞ → roksane
» Han ChuJung ■ living young and wild and free ...
» young, wild and free ✰ juyne & louis
» ∞ young, wild and free. (finish)
» ++ young. wild. and free. (winnie a. mayfield)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-