AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Das Belohnung [Gagnants de la chasse aux débris][Traqueurs invités]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
informations
POINTS : 18
CITATION : i just want to be happy.
MESSAGES : 132
JUKEBOX : Red Hot Chili Peppers - Californication
FEAT : SABER - Fate/stay night.
CRÉDIT : (c) NFF SAYS, que j'aime très très fort " JE SUIS UNE MÉDUSE DANS LE BLEU DU CIEL MAINTENANT.
DATE D'INSCRIPTION : 09/01/2014
LOCALISATION : dans ton lit ♥.

FICHE PERSO
XP:
16/180  (16/180)
PV:
21/21  (21/21)
avatar


Jeu 17 Juil - 22:54

.

Das Belohnung

Une putain de grosse blague.
Ce fut la première pensée qui t'effleura l'esprit lorsque, brusquement, une lueur vive vint douloureusement brûler tes rétines d'ores et déjà mises à mal. Repoussant d'un geste reflétant ton profond dégoût l'un des amas verdâtres et gluants recouvrant tes jambes, tu fis un rapide inventaire de ta personne et plus particulièrement de ta pauvre ossature malmenée, histoire de vérifier s'il y avait éventuellement eut de la casse. Mais rien ne te sembla sortir de l'ordinaire et tu en soupiras même de soulagement.
Tes habitudes te reprenant au galop et relevant les yeux vers les alentours t'environnant, tu mis un soin tout particulier à fermer ta grande gueule afin d'observer allègrement la scène qui se jouait sous tes yeux. Tu aurais volontiers éclatée de rire - de l'un de ces rires un peu maladifs entremêlés de courts sanglots - tant tu pouvais être mitigée sur ce qu'il semblait t'arriver. Fallait t-il donc rire de la situation, ou bien au contraire : en pleurer ? La frustration te noua l'estomac tant et si bien que tu te sentais prête à rendre les quelques flûtes d'alcool que tu avais bien pu ingurgitée en début de soirée.
Tes sens auditifs revinrent se concentrer sur le timbre grave - et un poil cyborgèsque à ton goût - résonnant contre les murs sombres de votre cercueil, alors que tes yeux partaient s'accrocher aux formes déplaisantes de ce que tu imaginais être votre hôte. Tu n'aimais guère la tangente que prenait la situation. Que comptait-il donc vous montrer, en premier lieu ? La solitude te rattrapas, déplaisante et en tout point similaire à une tempête houleuse et invisible, alors que certains se remettaient déjà sur leurs pieds pour emboîter le mouvement général. Ne pas avoir écopé d'un débat stérile sur l'utilité et l'ingéniosité que pouvait représenter le fait de suivre un être aussi singulier, te souffla un peu plus. Tu te rendis soudainement compte que tu ne connaissais pas même la moitié des autres heureux élus empêtrés dans la merde que toi.
Pourtant, te relevant à ton tour tout en laissant un rictus mauvais dévorer tes lippes, tu notas la présence de quelques visages ne t'étant pas tant étrangers.
Suivant le petit cortège qui se formait lentement, tu te remémoras ta mésaventure au sein des bureaux de Motors District, avec un certain homme dont le nom t'était encore méconnu. Tu aurais jurée l'avoir aperçu en compagnie de Yamazaki - l'un de tes plus fidèle compagnon de beuverie. Et, malgré l'envie qui te taraudais, tu te retins de leur imposer ta compagnie. Mieux valait ne pas trop se faire remarquer... Tes lentilles émeraudes s'accrochèrent alors aux formes avantageuses de Tomoe Nakamura. C'était bien ta veine, voilà que l'une des plus importantes icônes de ton entreprise se retrouvait prise dans le même merdier que toi.
Avec un naturel non feint, tes dents de nacre vinrent malmener ta lèvre inférieure. Tu n'aimais pas ça, tu n'aimais pas ça du tout, tout comme tu n'aimais pas non plus la scène un poil suspecte à laquelle tu assistas fort malgré toi.
Ainsi, une femme que tu ne connaissais pas le moins du monde glissa quelques mots à un parfait inconnu tout en le gratifiant d'une tape amicale. Certains semblaient donc être moins éperdus que toi, ce qui n'était pas pour te rassurer. Les quelques bribes que tu avais pu entendre t'arrachèrent néanmoins un fin sourire amusé. Tu aurais jurée avoir été témoin d'un nocif jeu de mot sur le fait d'être encré dans une situation délicate. Encré était, à tes yeux, un terme qui saillait à merveille à ladite situation. Même si le terme d'échoué aurait été plus correct à tes yeux. Mais la voilà qui se détournait déjà vers un autre individu random pour le gratifier d'une phrase dont tu ne compris pas toute la portée.
Quelque chose te disait que vous formiez une belle bande hétéroclite d'allumés. Cette pensée te ramena à la situation avec violence. Tu te frictionnas les bras comme pour te rassurer. Ton regard se perdit alors dans la contemplation de tes escarpins souillés et tu t'arrachas une seconde à l'idée de les abandonner sur place. Mais tu préféras ne pas t'y résoudre tout de suite et, par de belles enjambées, tu remontas vers la tête du cortège sans accorder un regard à quiconque. Une question te brûlait les lèvres depuis un moment déjà, et tu comptais bien l'élucider.
« Hmm- excusez-moi mais, pourrions-nous savoir qui vous êtes... ou plutôt quoi... D'ailleurs, où comptez-vous nous emmener comme ça, exactement ? »
Ne tenant guère à effleurer ne serait-ce qu'une mandibule que tu imaginais des plus visqueuses, tu venais d'élever quelque peu la voix. Aussi, après un court silence, tu mis un point d'honneur à baisser d'un tons.
« C'est que j'aimerais bien rentrer chez moi en un seul morceau, vous comprenez... »
Quoique rentrer chez moi tout court serait déjà pas mal, en fait... L'alcool ne t'aidait pas forcément à y voir clair. Mais tant pis. Pour la discrétion, on repasseras. De toute façon tu avais d'autres chats à fouetter.