AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Das Belohnung [Gagnants de la chasse aux débris][Traqueurs invités]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
informations
Invité
Invité

Ven 11 Juil - 20:12



Come, come, come claim your prize.
Gagnants de la chasse aux débris.
Depuis deux jours, son allocution télévisée était prête. À dix-sept heures cinquante huit, il était sorti sur la place devant son lieu de travail, allant se poser devant le pupitre prévu pour lui. Un fin crachin tombait, ça l'énervait. Si le temps ne s'améliorait pas, les conditions de navigation seraient rudes.

À dix-huit heures, il prit la parole.
Il ne fut pas bref, au contraire. Il remercia chacun d'avoir bien voulu jouer le jeu pour éviter de détruire Tokyo, il félicita chaque personne qui avait trouvé le moindre débris. Il rassura, indiquant que le gouvernement n'avait pas pour plan de voler le succès et la récompense de ces gens, et qu'il était prêt au contraire à les aider à l'obtenir. Les coordonnées du message apparues le 1er juillet étaient au milieu de la baie de Tokyo. Le gouvernement avait affrété une galère moderne pour permettre à chacun de s'y rendre. Une condition, être ponctuel.
Il fallait donc être sur le quai n°12 du port de Minato à 23h45 dernier délai pour embarquer.
Le discours fait, il monta en voiture, pour s'installer rapidement dans sa cabine sur l'Amalthée. Il regarda le soleil se coucher sur la ville depuis son hublot, attendant les invités pour leur refaire un petit discours.
La pluie ne faiblissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
informations
Invité
Invité

Ven 11 Juil - 20:58

Tu n’étais pas du genre à être convier à fêter quoi que ce soit, pour ne pas dire que ça ne t’était jamais arrivé. Remarque, tu n’étais pas vraiment friand de fête, en général. De la soirée mondaine à la sortie discothèque, en passant par l’apéro dinatoire, ce n’était décidemment pas ton truc. Trop de gens, trop de bruits, pas vraiment d’intérêt du peu qu’on soit comme toi : victime d’un manque cruel de sociabilité. Les seules festivités auxquelles tu avais été de ton plein gré, c’était les sessions de combat. Admirez le résultat.
Alors autant dire que tu avais réfléchi, longuement, avant de prendre une décision. C’était au bord d’un navire au nom étrange, parait-il avec un buffet garni, tout ça parce que tu avais trouvé quelques pauvres débris, çà et là. Ça avait permis de sauver la ville, à ce qu’il parait. Mouais, t’étais pas convaincu. Mais bon. Qu’est-ce que tu avais à perdre à t’y rendre ? A part un peu de temps ? Pas grand-chose. Tu n’avais que de ça, du temps à tuer et c’était une manière plus ou moins efficace de le faire. Avec un peu de chance tu tomberais sur des visages connus. Ça ne pouvait pas être si horrible que ça.

Alors tu t’y es rendu en faisant un effort sur la tenue. Ô joie, un t-shirt sans tache, un jean qui n’a pas encore subit de maltraitance. Et contrairement à une bonne partie des invités, plutôt que de te jeter sur les petits fours et le champagne, tu t’es mis à chercher des gens que tu connaissais.  
codage par Junnie sur apple-spring
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 18
CITATION : i just want to be happy.
MESSAGES : 132
JUKEBOX : Red Hot Chili Peppers - Californication
FEAT : SABER - Fate/stay night.
CRÉDIT : (c) NFF SAYS, que j'aime très très fort " JE SUIS UNE MÉDUSE DANS LE BLEU DU CIEL MAINTENANT.
DATE D'INSCRIPTION : 09/01/2014
LOCALISATION : dans ton lit ♥.

FICHE PERSO
XP:
16/180  (16/180)
PV:
21/21  (21/21)
avatar


Ven 11 Juil - 22:59

.

Das Belohnung

L'estomac noué, tu lanças un regard un peu affolé à l'écran de ton téléphone portable. Comme à ton habitude, tu devais surement faire partis des premiers arrivants. Scrutant l'horizon, tu distinguas rapidement l'imposante coque d'un blanc laiteux, amarré au quai numéro douze. Confortablement assise sur le siège conducteur de ta petite voiture de ville, tu pris le temps de te poser les bonnes questions avant d'aller combattre le froid mordant de cette maussade soirée.
Tu n'aurais guère su comment expliquer ta présence ici, ainsi que le bristol d'invitation délaissé sur le siège passager. Ton regard émeraude lorgna les quelques lignes y étant élégamment manuscrites. Au départ, tout avait commencé par un reportage aux infos. Il était tôt, tu venais à peine de commencer ton déjeuner, lorsque quelques unes de tes collèges s'étaient mises à s'extasier - quoiqu'un peu effrayées - sur cette improbable chasse aux trésors, visiblement parrainée par l'Etat lui-même. Un sourire sarcastique vint ourler tes lèvres, alors que tu faisais tout ton possible pour prendre sur toi et enfin sortir de l'habitacle rassurant de ta bagnole. Tu ne te rappelais même plus quel avait été ton premier débris trouvé. Sans doute un rouage abandonné. Et l'euphorie dont avaient été atteintes tes collèges t'avait gonfler les poumons à ton tour. Après tout, que pouvais-tu bien y perdre ? Une récompense était même promise à quiconque participant à l’événement. Ton arrivée dans le peloton de tête n'avait été qu'un simple et plutôt chanceux concours de circonstance. Les astres semblaient être de ton côté, mais qui te certifiait que toute cette mise en scène n'était pas fausse ?
Tu soupiras, verrouillant ton bolide d'un index un poil trop impétueux. Malgré l'autorisation de se faire accompagnée, et après mûre réflexion, tu avais décidée d'y aller seule. D'une part parce que tu ne savais pas où tu allais et ce qui pouvait bien s'y passer (donc autant se foutre dans la merde, seule) ; et ensuite parce qu'aucun nom ne t'avait traversé l'esprit. La majorité de tes proches n'étaient, de toute manière, pas aptes à aller participer à une beuverie à pareille heure de la nuit. Puis. Tu ne doutais pas de revoir quelques têtes t'étant familières. Tu l'espérais, en tout cas.  

Moulée dans ta robe soirée, d'un sobre bleu roi et ainsi juchée sur tes talons aiguilles, tu pris le temps de ne pas faire de faux pas contre les lattes du quai. Cela n'avait peut-être pas été le meilleur choix de l'année, question chaussure, pour aller crapahuter sur le pont d'un cargo, mais soit.
Un rapide coup d’œil te conforta sur le fait que tu devais effectivement faire partie des premiers arrivants. Tu esquissas un petit sourire rehaussé d'un hochement de tête, que tu voulais poli, en direction du premier participant crevant ton champ de vision.

Brusquement, tu doutais qu'avoir fais acte de présence avait été la aussi la meilleure idée de l'année.
Accoudée à l'une des nombreuses rambardes encadrant le pont principal, tu te sentais même capable de faire demi-tour et de rebrousser chemin. Mais pas avant d'avoir vérifier leurs cuvées, te promettais-tu comme pour détendre un peu tes nerfs d'ores et déjà mis à mal.