AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Toute action entraîne une Réaction | GEN | [No PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Ven 21 Mar - 23:38


Prototype personnel de Dieu, mutant à l’énergie dense jamais conçu pour la production en série. Il était le dernier d’une espèce : trop bizarre pour vivre mais trop rare pour mourir...LAS VEGAS PARANO
NIGHTMARE


The Emperor... wants to conquer outer space. Yoda... wants to explore inner space. That’s the fundamental difference between the good and the bad sides of the Force. HUMAN TRAFFIC


Peur. Ce sentiment tellement humain, tellement pathétique que chaque être ressent forcément dans une vie. Le palpitant s'accélère, un rythme cardiaque qu'elle ne contrôle plus, ne lui laissant aucun répit. Elle perd pied, dans sa propre chambre, la jeune femme perd ses repères. Tout s'embrouille, tout s'accélère et tout ralentit. Rien ne semble réel, mais pourtant tout est vrai. Tout ce qui se passe est véridique, aucunement une illusion... Putain, c'est le premier mot qui lui vient à l'esprit alors que son corps frisonne, elle vibre, quelque chose en elle ne demande qu'à sortir. C'est dans un hurlement que les choses se gâte et que Setsuna constate l'échéance. Le sol de sa chambre ressemble désormais à une patinoire... Encore une fois la jeune femme à céder, n'a pas pu se maîtriser. L'alcool et les nombreuses substances illicites qu'elle avait ingurgité l'avait mise dans une étrange situation, entouré d'effroyables hallucinations. Son coeur se serre alors qu'elle enveloppe son corps de ses bras, recroquevillé dans un coin de sa chambre. Heureusement que Mei n'était pas à la maison, comment aurait-elle pu lui expliquer ce phénomène ? Sa tête est comme broyé, rien ne va plus, tout pars en couille. Contrôle toi qu'elle se dit, contrôle tes émotions qu'elle répète ; mais rien n'y fait.

La peur, la souffrance, l'angoisse... Que faire pour que toutes ses craintes du moment disparaisse ? Setsuna tente d'attraper une cigarette, mais celle-ci se retrouve congelé, comme le sol de sa chambre. Il avait fallu qu'elle se rappelle, qu'elle cauchemarde, la demoiselle n'avait pas eu de bol, ce n'était pas sa journée, clairement pas. Elle ne voulait pas prendre le risque de sortir de sa chambre, ne voulant pas toucher quelque chose par mégarde et le geler sans le vouloir, comment réagirait la coloc' ? Setsuna se demandait quand est-ce que le sol allait retrouver son apparence normal, en gros, quand est-ce qu'il allait dégeler ? La dernière fois, cela prit plus de dix heures pour une simple table en bois... Il fallait qu'elle se casse. Elle respire, calmement, en tout cas, elle essaye, retrouver une respiration régulière et non pas saccadé. Des larmes coulent lentement, qu'elle essuie rapidement avant de se retrouver avec une peau glacée... Etait-ce le cas ? Setsuna se le demanda longuement. Elle ne ressentait pas le froid qu'elle émanait dans des moments pareils, elle ne savait absolument pas si son corps était lui aussi fait de glace ou non... Son coeur lui, devait l'être, ou plutôt, devait le devenir. Ne rien ressentir pour ne pas faire de mal à autrui, c'est ce que la jeune mannequin avait décidé... Quand elle pensa à son travail, Setsuna tourna la tête pour regarder son réveil... Elle était en retard, vraiment en retard.

Tant-pis, elle n'était pas en état de travailler aujourd'hui. Elle attrapa son téléphone avec lenteur, espérant pouvoir prévenir son agent de son absence... A la dernière minute, certes. C'était clair que cette dernière n'allait pas apprécier, mais des remplaçantes, ce n'était pas ce qui manquait à Tokyo. Son téléphone se glisse entre ses doigts fins, ne changeant pas de couleur, restant noir, bon, tant-mieux, il n'allait donc pas geler à son tour... Setsuna soupira de soulagement, appela son agent; et une de ses seules amies, pour lui faire part de ses terreurs nocturnes et de son incapacité à travailler aujourd'hui. Son interlocutrice aboya pendant à peine cinq secondes avant de soupirer et de lui ordonner de se reposer... Conseil qu'elle allait suivre, mais à sa façon. Setsuna n'allait certainement pas rester assise ou allongé dans son lit à se reposer toute la journée ; enfin, journée... Il était déjà plus de dix-huit-heure passée. En soit, le shooting auquel elle devait participé n'avait pas encore commencé ; le thème était « Une nuit à Tokyo »... M'enfin, ce n'était pas le moment pour Setsuna de s'en inquiéter.

La jeune femme se dirige nonchalamment vers la salle de bain, sans aucune once de précipitation, allumant le robinet d'eau chaude à fond avant de se plonger la tête sous le liquide presque brûlant. Setsuna avait du mal à garder les yeux ouverts, elle ressentait malgré-tout la fatigue, ses insomnies l'empêchant d'avoir une seule nuit décente ne l'aidait pas vraiment à trouver un rythme de vie saint ; ce qui ne la dérangeait pas, loin de là, même si parfois, la jeune femme aimerait rester dans les bras de Morphée plus de trois heures après une journée interminable. Ses yeux se ferment lentement, alors que le jet d'eau lui arrose encore et encore le visage, elle s'adosse au mur à côté et se perd dans un monde de songe... Apparemment, quelques minutes de répit lui était enfin accordée. Setsuna rouvrit les yeux à l'instant ou quelque chose de froid heurta sa peau, elle avait vidée le ballon d'eau chaude ? Depuis combien de temps était-elle là ? Plus d'une heure ? Mei allait gueuler, c'était certain. Elle quitte la baignoire, attrape une serviette, s'essuie rapidement, se sèche les cheveux, se maquille et s'habille. Un jean, une veste en cuir noir, un débardeur blanc et enfila deux protèges poignets rouges. Il était temps pour elle de sortir.

Le bus arrive, elle l'entend alors qu'elle ferme la porte à clé. Non, Setsuna n'allait pas courir, ce n'était absolument pas son genre, elle n'était pas pressée dans la vie, enfin, un peu, parfois. Pour l'heure, ce n'était pas le cas, elle voulait prendre son temps, rester zen. La jeune femme se dirigea vers le distributeur de clope à l'angle de la rue, s'acheta plusieurs paquets afin de tenir la soirée, regarda l'heure sur son portable et se demanda bien ce qu'elle allait pouvoir faire à une heure pareille, vingt-heure... C'était tôt pour faire la fête et picoler... Quoi que ? La boîte dans laquelle elle avait travaillé à Roppongi ouvrait toujours un peu plus tôt pour les employés, certes, Setsuna n'y travaillait plus, mais le patron serait sans doute content de revoir sa bouille, c'est ce qu'elle pensa. Lâchant un soupir, la jeune femme se dirigea donc vers le métro, clope au bec, c'était l'heure pour plusieurs heures de galère dans les transports japonais. La ligne de la jeune femme, après une dizaine d'arrêt, se retrouva bloqué pour cause de suicide que la jeune femme de l'annonce appela « accident voyageur ». Un soupir, profond, alors que la jeune femme à la bougeotte. Elle jure entre ses dents.

Allez putain... Dégagez le corps décomposé du mec et relancer le trafic...

Le Japon était le maître en matière de suicide, ayant le taux le plus élevé dans le monde. Setsuna était habitué maintenant, ce n'était pas la première fois qu'un ou une imbécile se jetait sur les rails et ce ne serait sans doute pas la dernière. Il fallut une heure d'attente avant que le métro puisse rejoindre Roppongi, une heure d'angoisse et de sac en papier pour la jeune femme qui ne supportait pas les endroits trop confiné. Elle n'était pas très à l'aise dans les transports, elle avait toujours peur de glacer quelqu'un par inadvertance pour cause de panique ou de peur incontrôlable. Elle aurait pu prendre sa moto, mais Setsuna n'aurait jamais voulu laisser son bébé sur place, l'alcool et la conduite sont deux choses à ne pas mélanger, elle tenait à la vie, un minimum... Elle arrive, ses pas la porte devant l'endroit tant attendu, tant espérer. Elle soupire de soulagement, le videur la reconnaît, lui donne l'accolade, chose à laquelle Setsuna s'attendait et réplique par un tapotement dans le dos du grand balourd. Elle aurait peut-être du garder son poste de barmaid, c'est vrai que l'ambiance de cette boîte lui avait toujours plu... M'enfin, c'était fait, elle n'allait pas revenir en arrière. La jeune femme avait elle-même donné sa démission il y avait cela quelques mois, ce n'était pas pour changer d'avis, le métier de mannequin lui convenait et être entouré d'alcool à longueur de journée n'était pas spécialement bon pour sa santé. La musique raisonne alors qu'elle approche petit à petit de la grande salle. Il y avait déjà pas mal de monde. C'était tellement étrange. Rien n'avait changer. Ayant déposé la plupart de ses affaires au vestiaire, la jeune mannequin approche du bar, bousculant quelques personnes sans y prêter grande attention. Elle s'assoit au comptoir et ne peut s'empêcher de sourire quand elle vue qui était au service. Son ancienne acolyte s'approcha très vite après avoir servi quelqu'un.

Putain ! Ishikawa-san ! Comment vas-tu petite canaille ?!

Setsuna ne put s'empêcher d'éclater de rire à cette remarque. C'est vrai qu'elle n'avait pas mis les pieds ici depuis quelques temps.

On fait aller Yoshida-san. Apparemment les affaires roulent, si j'avais su, je serais restée.

Elles se mirent à rire de bon coeur alors que la musique entra soudainement en rythme avec les battements de son coeur. Les basses, Setsuna pouvait les ressentir, elle pouvait les toucher. Elle adorait cette sensation.

Qu'est-ce que je te sers alors mademoiselle "la mannequin" ?

Se grattant la tête tout en réfléchissant, la jeune femme n'hésita finalement pas très longtemps.

Sers moi une vodka-martini miss, tu seras gentille !

Elle bascula un peu sur son tabouret en attendant. Du monde, il y en avait partout, c'était à la fois oppressant et réconfortant. Pourtant, son coeur rata quelques battements à l'idée qu'elle puisse perdre le contrôle ici, cela n'était jamais arrivé auparavant, mais Setsuna était une adepte des soirées perchés et foutus. Elle se balance un peu trop en arrière et tombe alors en arrière, la maladresse de cette femme battait décidément des records. Setsuna percuta quelqu'un, elle se rattrapa in-extremis au tabouret qui était lui vissé dans le sol. La jeune femme se retourne alors en vitesse, honteuse.

Je suis désolée, je ne vous ai pas fait mal ?


Codage by pandora. Image de base Tumblr. Correction à faire.
Hrp > J'ai un peu racontée ma life au début, ça arrivera plus /pan/

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
Invité
Invité

Sam 22 Mar - 17:09


toute action entraîne réaction


" - Allons voir si Kiki-chan n'est pas blessé ! Oh non ! Elle est tombée du vélo, vite, allons chercher un pansement tout en chantant ensemble ! "

What. the. hell. comme dirait ces américains. Ce dessin animé venait de me faire cesser de chialer d'un coup net. Ça me semble tellement absurde, ridicule et tout les autres mots qui peut le définir, il est tellement stupide que ça en devient presque intéressant. Non Gen, ne te laisse pas hypnotiser. Tu n'es pas encore un cas désespéré pour te laisser envoûter par ces choses là. Alors je zappe de chaîne, tout en me mouchant avec l'autre main. Oh, une pub incompréhensible de Mikado, d'un homme mi-coq en train de sourire et danser. Je ne sais pas sur quel planète on vit, et franchement quand j'entends ce que les pays européens pensent parfois de ce qui se passe sur nos télé, on devrait peut-être arrêter de faire passer des choses - plus précisément des pubs - BIZARRES. Alors je continue d'appuyer sur le bouton précédent, tombant alors sur une image de chien mort, et d'une femme qui le tenait en pleurant.... Oh non je ne sais absolument pas ce qu'il se passe mais c'est cruel. Je me mords la lèvre sentant la sensibilité reprendre le dessus. Oh non le pauvre. Puis le téléphone sonne. Voyant le numéro, je ne décroche pas préférant alors attendre la messagerie. [...]

" -Bonsoir Gen-san, c'est pour vous informer que Mazushi Kisa ne viendra pas demain à la séance photographique, elle est à l'hôpital. Bonne soirée.  "

Ah ces jeunes mannequins droguées, qui conduisent ivre ou qu'est-ce que j'en sais. Ça arrive de temps en temps. J'espère néanmoins qu'elle va vite se rétablir, c'est une jeune femme très sympathique, chose que je pense rarement à mon travail. Bon. Je me lève, récupère mon appareil photo, ma veste, enfile les chaussures et. J'allais oublier mon médoc contre le stress. Je souffle un bon coup. Je ne peux tout simplement pas rester plus d'une heure chez moi et seul. J'entends un bruit venant de la cuisine. Je me retourne immédiatement par réflexe. Mon coeur bat très rapidement. Vous savez c'est exactement la même sensation que vous aviez pendant un film d'horreur, dès que vous entendez un bruit chez vous. Seulement moi, tout ça est réel. Je commence à m'y faire petit à petit. Du moins, les fantômes les moins flippant. Ceux qui ne hurlent pas brusquement et ceux qui n'apparaissent pas à côté de moi avec de gros yeux, ou qui ne reste pas immobile à me fixer l'air d'un poisson mort. Cette fois j'étais tombé sur une très belle femme. Elle marchait, semblait observer la cuisine. Puis se retourne, elle me fixe. Je déglutis. Si seulement c'était elle qui venait me rendre visite le soir en plein sommeil et pas une gamine terrifiante qui hurle pour me réveiller et me crée à chaque fois une panique brutale. Je me demande même comment je ne suis pas encore mort tellement je frôle chaque fois la crise cardiaque. Je finis par quitter calmement mon cocon. J'avais décidé d'aller un peu partout pour prendre des photos. Je prends un peu n'importe quoi, même dans le métro, dans les parcs, les magasins, les jeux d'enfants, la nourriture, les cerisiers, absolument tout pour poster l'ensemble sur mon site. J'eus même l'idée de me rendre en boîte. Ce n'était pas spécialement ma tasse de thé, mais je venais de temps en temps. Quoi après tout je suis encore jeune. Alors j'y accède sans difficulté, déjà parce que JE SUIS MIOSHIN GEN, que je suis à PARIS AVENUE, que si on me cause des problèmes et BIEN IL N'Y A PAS INTÉRÊT, et que je ne suis pas louche. Donc en un claquement de doigt, je rentre tranquillement, le tapis rouge au sol, tout le monde me regarde. Bon d'accord d'accord, ce n'est absolument pas vrai. Ça ne marche pas, mais le videur me laisse passer après lui avoir montrer ma carte. Merde quoi. Tu devrais me reconnaître, saleté.

Je commence à prendre toutes ses personnes qui commençaient à danser avec énergie. Le Dj, etc. Parfois des plus jeunes que moi me tirait, comme pour vouloir m'entraîner dans leur délire. Ils. venaient. de faire. tomber. mon. appareil. je. qu'ais-je fais pour mériter ça dîtes moi. Bon du calme je n'ai pas envie de m'énerver alors je vais tout simplement en racheter un autre et ne pas crée des embrouilles avec des personnes ivres hein. Je me penche pour le ramasser et BOUM. On me pousse, on me relève, une femme - qui semblait avoir la tête d'une étrangère - et un homme se frotte à moi. MAIS QU'EST-CE QU'IL SE PASSE LE MONDE S'ACHARNE EXPRÈS SUR MOI OU QUOI. Pourquoi je dois toujours tomber sur des malades. Je ris un peu. Mais c'était plus nerveux qu'autre chose.

" MAIS ARRÊTEZ CA C'EST DÉGUEULASSE FAITES VOTRE HARLEM SHAKE SUR QUELQU'UN D'AUTRE OK ?!! "

Ouais euh non. Etre près des enceintes c'est la merde, et moi-même je ne m'entends pas. Alors je subis ce genre de chose débile. NON JE NE SUBIS RIEN JE NE SUIS PAS UNE VICTIME. Je les pousse alors brutalement pour leur faire comprendre que je ne rigole pas et que ce n'est pas mon délire. On finit finalement par me lâcher. Faux toujours qu'il y ait ce genre d'imbéciles. Bon et maintenant impossible de retrouver mon appareil. - heureusement que toute les photos dessus étaient sur mon ordinateur portable de travail et personnel - Je souffle un bon coup et m'avance vers le bar, jusqu'à ce qu'une femme me tombe dessus. PUTAIN MAIS C'EST LA SOIREE QUOI.

Et je tombe.
Je tombe en arrière telle une majestueuse chiffe molle. Voir ça en vidéo au ralenti avec ma réaction aurait certainement été très drôle. Or là, je n'avais qu'une seule envie, hurler au monde entier à quel point j'en ai ras le bol. Bon, je suis tombé sur le coccyx et le dos, enfin je crois, ce qui expliquerait cette DOULEUR INTENSE. Je tire la grimace, me redresse et me frotte le dos. L'auteur de cet accident est une femme. Ah, tu as de la chance. Sinon je t'aurai LGGKRDSMF%FK je fronce les sourcils, et m’assois comme s'il ne s'était rien passé alors que ceux qui avaient pu voir le spectacle se mettait à pouffer, notamment la serveuse. Je lève légèrement le menton.

" - Qu'est-ce qu'il y a de si DRÔLE VOUS LA ? PERSONNE NE M'A FILME HEIN ? Non, non. Ne sait-on jamais. JE N'AI PAS ENVIE QU'ON SE MOQUE DE MOI ATTENTION. OUAIS OUAIS JE ME MÉFIE DE VOUS TOUS LA OUAIS BANDE DE DROGUES. OUI PARFAITEMENT DE DROGUES. JE PARIS QUE VOUS ETES PIRES VOUS SUCEZ VOTRE POUCE OU VOUS PORTEZ UN STRING JAUNE ET BLEU. Couleur qui ne s'accorde pas mesdames. "

Bon. voilà. Bravo. Je me suis énervé, pourtant je me suis juré de ne pas l'être mais comme dans ma tête je suis un peu hystérique alors c'est plutôt difficile de garder son sang froid, certes certes j'ai peut être l'air fou mais non je me lâche. Ça fait du bien. Même si ça n'a aucun sens, ça fait du bien. Je souffle et me racle la gorge.

" - N'importe qui serait tombé à ma place. Vraiment, quelle femme maladroite vous faîtes. Mais je vous pardonne, je n'ai absolument pas eu........ mal. Je souffre le martyr oui. Enfin, voyant la jeune dame un peu gênée, j'ajoute sans pourtant la regarder. Ne culpabilisez pas, ce n'est pas pire que ce j'ai dû subir il y a quelques minutes. "

Je croise les jambe et finis par commander un simple café. Oui contrairement aux autres je ne suis pas du TOUT alcool et compagnie. Même si j'avoue avoir un peu honte de ne pas y toucher. C'est vrai quand vous vous faîtes traitez de poules mouillés par vos amis rien que pour ça. VOUS FINISSEZ PAR Y CROIRE.

Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Sam 19 Avr - 0:41


Dieu est un gamin égoïste qui joue et s'amuse avec une fourmilière, il n'a aucun plan. CONSTANTINE
CURIOUS


On recherche tous l'instant suprême, l'orgasme garantis, la meilleur défonce possible, l'instant de plane qui restera à jamais gravé dans la mémoire. Ce qu'on oublie en revanche, c'est la descente... Et dans ce genre d'événement, elle est toujours fatale.


La maladresse de Setsuna était légendaire, ce n'était pas quelque chose dont elle était fière, loin de là. Les situations étranges dans lesquelles elle se fourrait à chaque fois ne lui déplaisait pas forcément, mais vu son état mental de l'instant, elle aurait préféré évité ce genre de désagrément. Son coeur s'accélère alors qu'elle se rend compte que son masque se brise petit à petit, depuis que Cassandra était entré dans sa vie, tout comme Mei, la jeune femme avait fait un nouveau pas dans les relations humaines... Dire qu'elle désirait rompre tout contact avec les gens, ce n'était apparemment pas possible. Cette contradiction qui la hante, qui la possède de jours en jours... Il fallait y remédier, y mettre un terme et quoi de mieux comme remède ? Faire la fête et de s'exploser les neurones bien sûr. Son coeur rate un battement alors qu'elle entend son ancienne collègue se mettre à rire de la situation, il n'y avait pas de quoi s'esclaffer pourtant. Arquant un sourcil, Setsuna la fusilla du regard une fraction de secondes pour la faire comprendre ; mais trop tard, quelqu'un explosa de... Colère.

Qu'est-ce qu'il y a de si DRÔLE VOUS LA ? PERSONNE NE M'A FILME HEIN ? Non, non. Ne sait-on jamais. JE N'AI PAS ENVIE QU'ON SE MOQUE DE MOI ATTENTION. OUAIS OUAIS JE ME MÉFIE DE VOUS TOUS LA OUAIS BANDE DE DROGUES. OUI PARFAITEMENT DE DROGUES. JE PARIS QUE VOUS ETES PIRES VOUS SUCEZ VOTRE POUCE OU VOUS PORTEZ UN STRING JAUNE ET BLEU. Couleur qui ne s'accorde pas mesdames.

La stupeur pouvait se lire sur le visage de Setsuna, c'était forcé. Elle était du genre à tout prévoir, mais ce mec venait de surpassé ces calcules... Elle n'avait pas prédit cette réaction, loin de là. Lui qui paraissait si calme et si posé aux premiers abords... Au fur et à mesure ou les paroles du jeune homme sorte, Setsuna percute. Il était assez drôle, pas ridicule, loin de là, juste drôle. Ce n'était pas dans le genre de la déviante de rigoler, loin de là, mais pour le coup, elle ne put s'en empêcher. Son coeur lui dictait de lui tendre la main pour l'aider, en espérant bien évidemment qu'il ne se soit pas fait mal, mais sa tête lui disait de ne surtout pas l'approcher. Un sentiment étrange, une total incompréhension qui venait de piquer au vif sa curiosité... Non, surtout pas Setsuna, pas ce soir, pas aujourd'hui, pas vu ton état. Bien sûr, elle n'écouterait pas, elle ferait ce qui lui plaît, comme à son habitude. Elle se lève sur son tabouret alors que le jeune homme se relève et s'assoit à ses côtés.

N'importe qui serait tombé à ma place. Vraiment, quelle femme maladroite vous faîtes. Mais je vous pardonne, je n'ai absolument pas eu........ mal.

Menteur, qu'elle pensa furtivement. Oh que oui Setsuna était maladroite et elle le regrettait de moins en moins. Pourquoi ? Parce que quand on pique au vif de sa curiosité, plus rien n'a d'importance. Cette meuf est imbuvable, une vraie diablesse, le mal, l'impure, l'avarice et le sexe sont les piliers de sa culture. Cet homme était quelqu'un de surprenant, vraiment et cela en coûtait à Setsuna de se l'avouer. Elle était sorti avec la conviction qu'aujourd'hui, tout se passerait bien, pas d’événements étranges... Malheureusement pour elle, il était le bouleversement de l'équation. Il enchaîne très vite, ne lui laissant pas le temps d'en placer une.

Ne culpabilisez pas, ce n'est pas pire que ce j'ai dû subir il y a quelques minutes.

Rire ? Oui. Setsuna ne put s'en empêcher et ce fut quelque chose à laquelle elle n'était pas habituée. Se payer une bonne tranche de rigolade.. C'était étrange. Son rire, elle détestait son rire et son visage souriant, cela la dégoûtait... Oublie Setsuna, reporte ton attention sur lui. Le monde de la nuit était ainsi. On rencontre des gens étranges, des gens qui vous bouscule, qui vous accoste alors que vous voulez simplement rester seule dans votre coin. Un profond soupir alors qu'elle boit de nouveau son verre d'une traite... Être alcoolique n'était pas quelque chose qu'elle arrivait à assumer, surtout pas en ce moment. Une baisse de régime, cela arrive à tout le monde, mais pas à Setsuna, sa fierté lui interdisait de flancher, jamais. Il commande un simple café, ce qui lui parut étrange, pourquoi commander un café dans une boîte de nuit ? Encore un point qui pique au vif, c'était trop tard pour lui, il allait finir dévorer, ensevelit dans un monde qu'il aurait sans doute préféré ne jamais côtoyé. La demoiselle s'étire un peu plus, engourdit, l'alcool commençait à agir, elle le sentait dans son crâne, la chaleur de son corps augmentait tout comme son rythme cardiaque qui s'accélérait. Se sentait-elle mal ? Un peu, c'était une sensation qu'elle n'appréciait guère, mais c'était son quotidien, elle devait faire avec. Elle s'accouda sur le bar, tourna son regard vers son acolyte bien étrange, le fixant sans aucune gêne. Elle lâcha avec nonchalance, ne le quittant pas des yeux.

Excusez-moi, mais j'ai une question. Vous avez quelque chose contre les drogués ? Non pas que la réponse en soit m'intéresse vraiment, mais vous ne devriez pas juger les actions d'autrui, à mon sens.

Se tournant de nouveau vers le bar, elle commanda de nouveau un verre. Qu'est-ce qui lui avait prit de dire ça ? Et pourquoi lui parlait-elle bordel ? Oublie le Setsuna, oublie son existence... Sans aucune gêne, elle monta sur son tabouret, regarda autour d'elle, constatant la déchéance qui prenait place dans la boîte. Elle posa ses fesses sur le bar, comme à son habitude, le fixant de nouveau.

Ah, et Yoshida-san est loin d'être une droguée. Et pour tout vous dire, elle ne porte pas de string non plus. En fait, elle porte rien du tout.

Une serviette lui fouetta le dos ce qui la fit sursautée et gémir. Un rire se fit entendre et se fraya un chemin à ses oreilles tout comme une voix. "Ne parle pas de mes sous-vêtements "inexistant" Ishikawa-san.". Ainsi, son ancienne collègue l'avait entendu ? Ce n'était pas plus mal. Setsuna ne put s'empêcher de rire en symbiose avec celle-ci, un rire franc, mais qui lui sembla terne. Sa consommation arriva à côté d'elle, les gens se bousculant un peu pour atteindre le bar que la jeune femme monopolisait de sa taille. Elle boit son verre d'une traite encore une fois, c'était fou ce que sa descente lui paraissait lente... Elle s'épongea la figure avec la serviette que son amie lui tendit avant de faire un signe de salutation au patron qui venait d'arriver, mais qui ne reste pas longtemps. La demoiselle resta perchée, contemplant la boîte de nuit, le stroboscope qui rendrait épileptique n'importe qui. Puis son attention se reporta de nouveau sur le jeune homme à ses côtés. Elle s'approcha un peu de lui, histoire qu'il puisse bien l'entendre, la musique étant particulièrement forte.

Sachez en tout cas que je suis vraiment désolée de vous avoir fait tomber, ce n'était vraiment pas voulu. J'espère aussi que vous ne vous êtes pas fait mal, ça m'embêterait.

Mentait-elle ? Oui et non. C'était la le mystère "Setsuna". Oui, cela l'embêterait, elle n'appréciait pas particulièrement blesser les autres, même si dans certains cas, cela lui procurait un bien fou, mais pour l'heure, cela n'avait pas été son but pour ce jeune homme. Setsuna resta longtemps perché sur le comptoir, pivotant en avant et en arrière, hypnotisé par ce mouvement, un peu à côté de ses pompes. Elle lâcha encore avec nonchalance.

Et au fait, vous venez dans une boîte de nuit en vous plaignant d'être un peu bousculé et vous buvez un café... Ce n'est pas banal jeune homme.

En même temps Setsuna, tu n'aimes pas la banalité, ce n'est pas plus mal n'est-ce pas ? Peut-être comblera t-il tes attentes, ou peut-être pas. Pour l'instant, l'heure, il avait battu des records. Il avait réussi à te surprendre, ce qui était déjà quelque chose d'exceptionnel en soit.


Codage by pandora. Image de base Tumblr. Correction à faire.
Hrp > Désolé pour l'attente T.T (bientôt un mois, c'pas cool.) Je ferais attention.

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
Invité
Invité

Dim 4 Mai - 20:45


toute action entraîne réaction


La jeune femme se mit à rire. J'hausse un sourcil tout en la dévisageant. Elle se moquait de moi, encore ? J'sais pas, je n'ai rien dit de comique jusque là il me semble à part m'énerver, peut-être avait-elle juste un peu trop bu et qu'elle perdait la raison ? Non non je suis sûr qu'elle se moque de moi je n'aime pas ça, CA NE VA PAS LE FAIRE. Tandis que la miss continuait à se bourrer la face, moi je termine mon petit café. Avouons que ça peut paraître un peu ridicule pour le coup, mais bon je n'allais pas me forcer à prendre quelque chose dont je n'appréciais et ne tenais pas. Puis je ne sais pas vous, mais j'ai l'impression que l'on m'observe, hahah. C'est flippant. Je la regarde rapidement du coin de l'oeil pour voir s'il s'agissait bien de moi qu'elle fixait comme ça et. Oui. Ok ok ok, euh ouais regarde droit devant toi ignore là, les personnes ivres sont bizarres (sans blague) et j'en ai déjà fait les frais. Seulement, je savais qu'elle allait me parler hein. A moins que ce soit pour me regarder comme un tableau dans un musée - cette comparaison est l'une des plus nulles que j'ai pu sortir jusqu'à présent - La jeune brune semblait avoir mal prise mes paroles. Je me tourne alors lentement vers elle. Si j'ai quelque chose contre les drogués ? Ça dépend. Parfois quand je m'énerve je sors des choses stupides qui n'ont ni queue ni tête ou pour en viser certains, mais après, si j'ai réellement quelque chose contre eux. Euh. Non. Pourquoi, c'est une droguée ? Ce n'est pas comme si j'avais dit " je hais les femmes, je hais les animaux, je hais les bi " encore, là J'AURAI COMPRIS LA RÉACTION VOUS VOYEZ. Juger les actions d'autrui ? Ahh, moi si on me fait de sale coup, ou même par accident. Je. me. fiche. de. tout. Je roule donc des yeux, montrant bien mon désinsterré.

- Euh. Non ? Booh écoutez, je pose mon coude sur le comptoir et balance mon autre main. Ça m'est complètement égal vous savez, c'est leur choix s'ils veulent avoir des sensations qui en échange détruisent juste leur corps. Ça ne m'empêchera pas de dormir. A moins que ce soit ma mère, dans ce cas là hahahaha... ha.

Ouais non je venais d'avoir l'image de ma mère sous les effets de drogues, c'est. Pourquoi je m'imagine ça, en fait ? J'eus un léger mouvement de recul lorsque ma camarade se mit à s'asseoir tranquillement sur le bar. Et visiblement elle semblait connaître la serveuse. Quoi. Quoi attends, pourquoi tu me dis ce genre de choses ? Je n'ai PAS A SAVOIR SI ELLE PORTE QUELQUE CHOSE OU NON. La pauvre, elle devait être gêné. Bien que ça n'a pas très l'air, elles rient ensemble. Ça semble être plus de la taquinerie. Je fixe alors la serveuse, puis les deux jeunes femmes. Eh bah, elle devait révéler pas mal de chose en étant dans cet état celle-là. J'sais pas pourquoi, je souris. Vous savez c'est comme quand on regarde un film comique seul, c'est pas spécialement drôle. Mais avec plusieurs personne, ça vous pousse naturellement à rire. Bon, j'ai des images vraiment étrange mais dîtes moi que vous voyez le rapport. D'ailleurs, celle assise sur le bar ne semblait pas déranger grand monde, en revanche elle semblait en connaître. Et voilà qu'elle continuait de boire, ma parole. Encore un peu et je suis certain qu'elle vomirait presque, ELLE DEVRAIT VRAIMENT ARRÊTER. Pitié faîtes qu'elle tienne l'alcool hein, je ne voudrais pas rentrer chez moi avec du vomi dessus. Je pense que je m'en passerai haha fkmfldhj;mly. Ouais, je pense qu'elle est vraiment mal la pauvre, à tel point qu'elle se mettait à s'excuser dix ans plus tard, mais ça va, tranquille. Et puis, regardez la, comment elle se balance. Elle va réellement se manger le sol, moi je vous le dis.

▬ Et au fait, vous venez dans une boîte de nuit en vous plaignant d'être un peu bousculé et vous buvez un café... Ce n'est pas banal jeune homme.

Je me plains, haha normal. C'est dans ma NATURE DE ME PLAINDRE MEME POUR UN RIEN JE SUIS DÉSOLE. Non puis, les fois où je suis allé en boîte les personnes n'étaient pas aussi... tarées. Puis me faire tomber n'est PAS QUELQUE CHOSE DE NORMAL. Oh. Voilà, je me disais bien qu'elle allait me faire une remarque sur le café. Je. bois. du. café. et. J'aime ça. Certes il est vrai que généralement, on ne va pas en boîte pour ça mais. Voilà. C'est café, pourquoi on aurait pas le droit S'IL Y A DU CAFÉ. Je n'ai pas très envie de me retrouver en train de parler au sol, ou me voir en train d'embrasser deux drag queen. (ça n'est jamais arrivé ok, du moins j'espère) puis en plus je vomirai facilement donc sans façon. Je pouffe légèrement avant de prendre la parole.

- Ah ça. Non mais quand vous vous faîtes entraîner par deux malades qui se frottent sur vous, je suis désolé mais. non. quoi. En plus ils puaient la transpiration j'ai cru mourir intoxiqué. Limite, on me propose, ok, mais ouais non je venais d'arriver c'est quoi ça. En plus je suis venu ici de base pour prendre des photos. J'ai perdu mon appareil à cause de ce monde, mais je le vis bien. D'ailleurs, je devrais dire au mec à l'entrée que je bois pas d'alcool histoire qu'il me laisse entrée tranquillement. Bah ouais, j'ai la tête d'un mec à problème moi ? NON, NON JE SUIS DÉSOLÉ MAIS NON. je marque une pause. Ahah, si je prends un café, c'est parce que l'alcool je ne tiens pas. Et je trouve le goût immonde. J'en bois seulement pour faire genre devant mes amis mais, je m'en passerai franchement.

Comme à mon habitude, quand j'avais des choses à dire - quitte à trop parler et raconter ce qu'il m'arrive - je le dis. Ça m'évite de passer pour un râleur - chose que je suis pourtant - non parce que si en plus je donne l'image d'un type super pessimiste. De toute façon JE NE SUIS PAS VENU ICI POUR BOUGER MON BOULE DE BASE. Mais bon comme c'est dommage de m'être déplacé pour rien, je pouvais me payer un truc quoi et peut-être parler avec certaines personnes que je connaissais peut-être, mais ce soir il semblerait qu'il n'y ait que des inconnus à mes yeux. Je pose de nouveau mon regard sur la jeune femme, puis saisit sa cheville comme pour insister - sans geste brusque je ne suis pas malade jusqu'à ce point merci - à ce qu'elle descende.

- Moi je dis, vous devriez vraiment arrêter de boire et descendre vous rasseoir à côté de moi au risque de vous cassez la nuque. Ce serait bête de mourir de cette manière, vous êtes quand même jeune. On peut se détendre en y faisant quand même attention. VOUS LA SERVEUSE C'EST VOTRE AMIE ET MÊME PAS VOUS LUI DITES CA QUOI.

Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Sam 10 Mai - 23:37


Vous n’êtes pas votre travail, vous n’êtes pas votre compte en banque, vous n’êtes pas votre voiture, vous n’êtes pas votre portefeuille, ni votre putain de treillis, vous êtes la merde de ce monde prête à servir à tout. FIGHT CLUB
HOLY CRAP


Tu prends la pilule bleue, l’histoire s’arrête là, tu te réveilles dans ton lit, et tu crois ce que tu veux. Tu prends la pilule rouge, tu restes au Pays des Merveilles et je te montre jusqu’où va le terrier. ~ MATRIX


Ce qu'elle faisait ici ? Elle se le demandait bien. Setsuna avait peut-être fait le mauvais choix en sortant aujourd'hui. Peut-être aurait elle du rester enfermer dans sa chambre, à double tour. Cela n'aurait pas été une très mauvaise idée, elle aurait très bien pu se bourrer la gueule dans son appartement, alors pourquoi était elle sortit ? Que cherchait elle ? Non, Setsuna n'était pas le genre de personne à sortir sans but, après tout, la ville avait le don de l'agacer tout comme les gens qui marchaient à deux à l'heure. Setsuna est quelqu'un de flemmard sans l'être, quelqu'un qui n'a pas de temps à perdre. Elle déteste que rien ne change, rien ne bouge, mais en soit, ce n'était pas forcément mal, le changement. La voilà perdue dans le méandre de ses songes et à la fois de ses souvenirs. Elle était tellement loin qu'elle n'avait pas fait attention à ce que le jeune homme avait répondu sur les drogués... Oui, forcément qu'elle se sentait concerné, après tout, elle avait besoin de se shooter pour se sentir en vie, oui, c'est pathétique et elle le sait. Sa tête commence à peser lourd, tout comme le reste de ses membres, mais ce qui lui pèse le plus est sans doute cet organe de merde logée dans sa poitrine.

Non elle ne vomirait pas, elle n'était pas du genre à gâcher de l'alcool, quitte à se sentir mal et à se taper une barre dans le crâne pendant plus de quarante-huit heures, elle conserverait ce liquide en elle. De toute façon, Setsuna était loin d'être bourré, elle était juste un peu perchée, tout simplement. C'était son quotidien, rien d'inquiétant. Un verre atterrit de nouveau à côté d'elle, levé de rideau, elle l'attrape de façon magistrale avant de porter le bord du verre à ses lèvres, de boire ce dernier d'un coup avant de le reposer avec délicatesse sur le comptoir, baisser du rideau, extinction des neurones. Elle ne devait plus penser, plus se prendre la tête. Elle était sorti pour éviter de congeler tout l'appartement, pour éviter d'encore blesser quelqu'un... D'ailleurs, est-ce que Mei s'était rendu compte de quelque chose ? Setsuna espérait bien que non. La musique fait vibrer ses entrailles, elle ne peut s'empêcher de cogner tapoter le comptoir de ses doigts en rythme. C'était quelque chose qu'elle appréciait, les basses, la musique, le fait de pouvoir décortiquer chaque rythme en étant complètement torchée. La voix de l'homme la sort de ses songes une nouvelle fois.

Ah ça. Non mais quand vous vous faîtes entraîner par deux malades qui se frottent sur vous, je suis désolé mais. non. quoi. En plus ils puaient la transpiration j'ai cru mourir intoxiqué. Limite, on me propose, ok, mais ouais non je venais d'arriver c'est quoi ça. En plus je suis venu ici de base pour prendre des photos. J'ai perdu mon appareil à cause de ce monde, mais je le vis bien. D'ailleurs, je devrais dire au mec à l'entrée que je bois pas d'alcool histoire qu'il me laisse entrée tranquillement. Bah ouais, j'ai la tête d'un mec à problème moi ? NON, NON JE SUIS DÉSOLÉ MAIS NON. Il marqua une pause. Ahah, si je prends un café, c'est parce que l'alcool je ne tiens pas. Et je trouve le goût immonde. J'en bois seulement pour faire genre devant mes amis mais, je m'en passerai franchement.

Waouh. Non pas qu'il avait réussi à la perdre, mais un peu quand même. Setsuna n'avait pas réussi à tout imprimer, juste les bases, enfin, ce qui semblait important, ou peut-être pas. Elle commençait à reconnaître qu'elle avait peut-être un peu abusé sur le nombre de verres enchaîner en même pas une heure... Son coeur rate plusieurs battements alors qu'elle se sent un peu angoissé... Elle n'aimait pas les endroits clos avec trop de monde, en tout cas, pas quand elle était dans cet état. Ne pas faire de crise Setsuna, surtout pas, pas maintenant. Respire, expire, en rythme, ne pas se laisser dépasser, toujours garder le contrôle de la situation. Elle attrape de nouveau la serviette posée pas loin et s'éponge le front avant de sentir quelque chose lui agripper la cheville. Dans la logique, elle aurait shooté dedans, après tout, elle ne voulait pas que quelqu'un finisse congeler en la touchant, enfin, pour l'heure, elle ne sentait pas qu'elle perdait contrôle... Entre autre. Ses yeux viennent alors se poser sur le jeune homme.

Moi je dis, vous devriez vraiment arrêter de boire et descendre vous rasseoir à côté de moi au risque de vous cassez la nuque. Ce serait bête de mourir de cette manière, vous êtes quand même jeune. On peut se détendre en y faisant quand même attention. VOUS LA SERVEUSE C'EST VOTRE AMIE ET MÊME PAS VOUS LUI DITES CA QUOI.

Setsuna fut surprise, vraiment et un peu touchée aussi. Après tout, il n'y avait pas de quoi s'en faire, surtout pas pour elle quand on la connaissait. Depuis quand des inconnus s'inquiétait pour d'autres inconnus ? C'était quelque chose que certains pouvaient comprendre et d'autre non. Vous savez ? Des gens qui se font tabasser dans la rue et des gens qui passent en faisant semblant de ne rien voir... C'était quelque chose que Setsuna pouvait pas cautionner, mais que d'autre arrivait à accepter. Les yeux écarquillés, elle ne sait pas si elle doit rire ou non et ce n'est pas comme si elle avait pu s'en empêcher. Ses lèvres s'élargissent alors qu'elle rit doucement, ses épaules montent et descendent en rythme, c'était dur de se retenir. Que pouvait elle répondre à cela ? D'ailleurs, son ancienne collègue ne trouva pas quoi répondre non plus, elle aussi semblait être sur le cul. Setsuna attrapa la main qui enserra sa cheville et s'agrippa à cette dernière.

Ne vous en faites pas pour moi, je suis une grande fille. Et puis je risque pas de me casser quoi que ce soit...

Avait elle dit tout en descendant... Pourtant, ce n'est pas ce qui se passa malheureusement. La maladresse de Setsuna n'était plus à prouver, c'était presque devenue une légende urbaine. En relâchant la main du jeune homme, elle était descendue du comptoir, mais quelqu'un qui s'approcha au même moment l'a surpris et elle perdit donc pied, littéralement. Elle se rattrapa au tabouret à côté du jeune homme pour éviter de vraiment se casser la gueule. Effectivement, elle devait peut-être arrêter de boire, en tout cas pour quelques instants. Sa vision ne suivait plus vraiment les événements, avait elle bouger trop vite ? Avait elle manger d'ailleurs ? C'était impossible pour elle de s'en rappeler. La jeune femme tangua un peu sur le côté, posa sa main sur l'épaule de son compagnon du soir afin de ne pas tomber.

Désolé, vous aviez raison, j'ai peut-être abusé. Elle s'adressa ensuite à son ancienne collègue. Yoshida-san, tu peux me servir un verre d'eau s'il te plait ?

Setsuna qui commandait un verre d'eau en BOITE ?! Oui, on aura tout vu. Mais aussi alcoolique qu'elle pouvait être, elle ne voulait pas créer de débandade et encore moins foutre la merde si elle perdait contrôle de ses émotions. Sa tête continue de tanguer un peu de droite à gauche alors qu'elle se hisse sur le tabouret. Comment avait elle réussi cet exploit ? Elle n'en savait rien, mais en tout cas, elle l'avait fait et on ne pouvait que la félicité, vu son état, pour avoir réussi. La jeune femme se courbe afin de pouvoir allonger un de ses bras sur le comptoir et de poser sa tête dessus tout en attendant son verre d'eau. Elle serait bien allée aux toilettes pour se rincer le visage, mais arriver jusque là-bas vivante, dans son état, relèverait du miracle. Elle attend, patiemment. Son verre d'eau arrive, elle le voit.

Donne-moi de quoi nettoyer d'avance aussi...

Yoshida arqua un sourcil, avant de comprendre. Elle explosa d'ailleurs de rire, ce qui eu le don de faire apparaître sur le visage de Setsuna, une moue boudeuse bien rare à voir. Une éponge arriva alors ainsi que des torchons. Elle pouvait donc y aller sans retenue. La jeune mannequin se vida le contenue du verre sur le crâne. Cela ne dura que quelques secondes avant qu'elle ne se précipite pour nettoyer, elle souleva la tasse de café du jeune homme tout en répétant deux trois fois « pardon » et essuya avec le torchon afin qu'il n'y est plus d'eau du tout. En fait, Setsuna n'en avait pas mis partout, mais elle avait du respect pour ce genre de choses, elle devait faire attention. Elle se penche en arrière, s'ébouriffant un peu les cheveux au passage, c'était agréable. Elle lâche un profond soupir alors qu'elle pose de nouveau son front sur le bar. La voix de Yoshida la sortant de ses songes. « Il s'est passé un truc au travail pour que tu sois aussi éclaté ? » Le travail ? Elle n'y était pas allée aujourd'hui. Setsuna releva juste la tête, hocha négativement cette dernière avant de la reposer avec violence, quitte à s'assommer, sur le comptoir.

J'aurais peut-être pas du sortir aujourd'hui. Elle se tourna alors vers le jeune homme. Désolé, j'espère que je ne vous ai pas mouillé ?

En soit, elle n'avait pas vraiment fait attention. Avait-elle mouillé quelqu'un d'autre ?


Codage by pandora. Image de base Tumblr. Correction à faire.

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
Invité
Invité

Sam 12 Juil - 17:14


toute action entraîne réaction


Elle rit tout simplement. Sur le coup je ne vois pas ce que j'ai pu dire de drôle, mais ça devait être la tête qui tournait ou... elle se foutait de ma poire, ouais, sans doute. Elle m'assure alors qu'elle ne risquait pas de se blesser. J'hausse les épaules et soupire : ah, l'alcool et l'inconscience. Et j'avais raison, elle a vraiment failli se manger le sol en toute beauté, tout s'est passé en même pas une seconde. Faut croire que je suis voyant ou une connerie du genre ? Je t'avais prévenu banane. Elle se pose alors sur mon épaule pour éviter de tomber, j'essaie de la tenir mais ce n'est pas tâche facile wow. Elle semble visiblement être venu seule, alors comment est-ce qu'elle comptait retourner chez elle dans cet état ? Du moins, j'espère vraiment pour elle qu'elle ne conduit pas. Les accidents arrivent vite et la mort ne concerne pas que les autres. Bref, la jeune femme commande alors un verre d'eau, et vu son état actuel je ne pouvais pas faire grand chose à part compatir. Je balance légèrement la tête d'un air négatif, désespéré.

Et... surprise. Elle se lance carrément le verre d'eau sur la figure. Je la regarde avec de gros yeux, complètement surpris. L'eau dans un verre se boit, on ne se lave pas avec sinon il y a les TOILETTES JE NE SAIS PAS ? Bon ça va encore c'est mon café qu'en a pris un coup, et un peu mon bas. Elle finit par nettoyer les dégâts tout en s'excusant. M'enfin ça se pardonne je suppose, je ne vais pas péter un câble, pas maintenant, pas pour rien : moi aussi je suis épuisé et mon moral n'est pas très haut. D'ailleurs, je ne sais pas si c'est une impression, ou un truc du genre mais son visage me disait vachement quelque chose. Alors je la fixe, essaie de la détailler tout en étant discret. Je sens que ça va me perturber pendant toute la soirée.

- Non ça va, pas tellement. Je vous avais prévenu. Un petit sourire fier se dessine sur le coin de mes lèvres. Aller, ce n'est pas de votre faute, mais celle de votre consommation on va dire. Puis comparé à votre tête maintenant... ce n'est pas grand chose. Je la titille un peu avec ce qu'elle venait de faire avec l'eau, mais rien de méchant. Alors apparemment le travail ça ne va pas, alors on vient se relâcher ici ? Alala, je sais ce que c'est. Je lui donne une tape sur l'épaule. Moi plus rien ne va dans ma vie EN CE MOMENT, mon entourage, mon travail, la santé, etc etc. A croire que je suis maudis. D'ailleurs rassurez moi, vous n'êtes pas venu ici en voiture ou seule hein ?

Je lance un regard complice à la serveuse. Elle semblait y être habituée.
Revenir en haut Aller en bas
informations
POINTS : 115
CITATION : Il ne faut jamais sous estimer le caractère prévisible de la bêtise humaine. ~ Snatch
MESSAGES : 579
JUKEBOX : Stupéflip Vite : Stupéflip/One for the money : Escape the Fate/Money : Mystery Skulls/Suicide Social : Orelsan/Breaking the Habit : Linkin Park/ Best of you : Foo Fighters/
FEAT : Artiste - Yuki Hayabusa(White Rabbit)
CRÉDIT : Leyna (moi)
DATE D'INSCRIPTION : 17/02/2014
LOCALISATION : En train de se bourrer la gueule dans Ikebukuro

FICHE PERSO
XP:
24/174  (24/174)
PV:
18/18  (18/18)
avatar


Ven 15 Aoû - 1:39


La fin est proche. On se croyait éternels. Mais c’est la vie. On vous dit adieu, avec dignité et fierté. C’est le dernier compte à rebours pour le Comte. Trois, deux, un ... Le reste est silence... Je déconnais, les gars, ça repart !!  GOOD MORNING ENGLAND
Again & Again


Peu importe combien tu amasses, combien tu voles, de toute façon il t’en faut toujours plus. Peu importe combien de fois tu sors pour faire chier tout le monde, il faut toujours ressortir et remettre ça tôt ou tard, ça devait arriver ! ~ TRAINSPOTTING


Elle culpabilise, elle se sent comme une merde. C'était peut-être le cas, depuis le début, Setsuna ne gérait pas. Quand est-ce que sa vie était devenu aussi pourrit ? Aussi vide ? Que son quotidien c'était retrouvé morne, terne et surtout... Depuis quand les jours semblaient-ils tous se ressembler ? Un profond soupir alors que sa tête se pose une nouvelle fois avec force sur le comptoir. Pathétique, c'était risible. Elle serre les dents, cherchant à faire taire de cette façon les pensées futiles et déprimantes qui viennent lui fusiller le crâne. Cette nouvelle envie de gerber, putain, l'alcool c'est le mal. La jeune femme se redresse peu à peu alors que son regard se pose une nouvelle fois sur son ancienne collègue qui sembla comprendre sa détresse, lui ramenant ainsi un nouveau verre d'eau. Cette fois-ci, Setsuna se contentera de le boire et de ne pas se le vider sur la tronche, même si, il fallait l'admettre, cela lui avait carrément fait un bien fou sur le coup. Les battements de son coeur s'accélère, la musique lui déchirait désormais les entrailles, les basses étaient bien trop puissantes. Elle avait l'impression que quelque chose allait exploser. Ne pas éclater, ne pas péter une durite, rester zen, respirer. Cherchant à reprendre le contrôle sur sa respiration, la jeune femme se tourna alors vers le jeune homme qui venait de prendre la parole.

Non ça va, pas tellement. Je vous avais prévenu. Un sourire venait de se poser sur le coin de ses lèvres, de quoi l'agacer un peu... Ou pas. Aller, ce n'est pas de votre faute, mais celle de votre consommation on va dire. Puis comparé à votre tête maintenant... ce n'est pas grand chose. Il était en train de se foutre de sa tronche ? Alors dans ce cas, ils étaient quittes. Alors apparemment le travail ça ne va pas, alors on vient se relâcher ici ? Alala, je sais ce que c'est. Le voilà qui lui donne une tape sur l'épaule et pas des moindres. Elle bascula un peu en avant, les yeux grands ouverts. Moi plus rien ne va dans ma vie EN CE MOMENT, mon entourage, mon travail, la santé, etc etc. A croire que je suis maudis. D'ailleurs rassurez moi, vous n'êtes pas venu ici en voiture ou seule hein ?

Le travail, relâcher la pression. La santé, l'entourage... Rien ne va dans la vie de ce mec et Setsuna ne peut que le comprendre. Techniquement, elle n'a pas d'entourage, donc sur le coup, elle ne peut que l'envier. Niveau santé, si elle continuait de faire autant de la merde avec l'alcool et les substances illégales, elle finirait elle aussi par dire un jour que sa santé n'est pas au beau fix. Le travail lui donne envie de crever, parfois, souvent. Elle ne sait pas comment elle en est venue à vendre son image. Ce n'était pas du tout dans sa nature, pas son style. Certes, cela rapportait gros, mais ce n'était pas une raison suffisante, surtout que malgré le prix, elle se retrouvait souvent dans la merde financièrement. Un nouveau soupir alors que le cerveau de Setsuna réalisa la dernière question qu'il venait de lui poser. Elle n'était pas venue à moto non, mais en transport en commun... Elle n'aurait pas été si idiote, quoi que si son idée avait été de se foutre en l'air ce soir, oui, alors sans hésiter elle aurait prit sa bécane. Mais ce n'était pas le cas. La jeune femme boit son verre d'eau d'une traite avant de diriger son regard vers celui de son interlocuteur.

Je devrais éviter de relâcher autant la pression, surtout vu l'état dans lequel je me retrouve. Je suis désolée d'ailleurs de ce spectacle.

Elle s'arrêta alors, se massant la nuque, un fin sourire sur le coin des lèvres. Fatiguée ? Oui, elle l'était. Fatiguée de se comporter ainsi. Depuis quand était elle comme ça ? La jeune femme n'en savait rien... Mais cette attitude commençait à sérieusement l'agacer.

En tout cas, je peux comprendre ce que vous ressentez, j'espère que votre santé et tout le reste finiront par bien se porter.

Qu'elle venait de dire avec un sourire un peu plus large sur les lèvres. La voilà qui se masse un peu le crâne avant de reprendre une nouvelle fois.

Et pour vous rassurez, je ne suis pas venue en voiture ni en moto. Par contre, je suis venue seule, mais ce n'est pas un problème.

Mensonge. Dans son état, c'était un gros problème, mais ce n'était pas son genre de demander de l'aide ou quoi que ce soit d'autre. Surtout à un étranger. Ou peut-être que si ? Son esprit s'embrouille, ne pas s'en faire, cela passerait tout seul. La jeune femme se gratte la tête, s'ébouriffant la tignasse au passage... C'était vraiment étrange comme situation...

Pardonnez moi la question indiscrète, mais... Vous êtes photographe, c'est ça ?

Bel esprit de déduction Setsuna. Dix sur Dix... Pourquoi lui poser cette question ? Pour tenter de décuver ? Parler n'arrangerait sans aucun doute pas le problème. Cela l'intriguait ? Encore sa foutus curiosité qui faisait des siennes ? Ouais, Setsuna était comme ça. La photographie était pour lui une passion ou juste un métier ? C'était sans doute ça la véritable question qu'elle se posait... Ou peut-être pas. L'alcool lui faisait peut-être juste pensé et dire de la merde, c'était d'ailleurs fort probable.


Codage by pandora. Image de base Tumblr. Correction à faire.

_______
shut the fuck up
Une fille à genoux qui mord sa main ensanglantée. Et qui hurle. Qui hurle une plainte incohérente. Comme si le désespoir avait pris forme. La forme d’un cri. Elle crie la fin d’un rêve, elle crie la fin du monde. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cheshire-cat-is-dead.tumblr.com
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

Toute action entraîne une Réaction | GEN | [No PNJ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Chaque action entraîne une réaction. [Pv with Althus] [Terminé]
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Contre la vie chère, Marc Bazin a un plan pour l'action!
» Un RP où y'a de l'action! >
» [UPTOBOX] Une journee en enfer [DVDRiP]Action

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-