AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 7 ans après... ✖ Hide ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 244
JUKEBOX : Dirt Off Your Shoulder - Brillz & Z Trip Remix
FEAT : Someone.
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2013

FICHE PERSO
XP:
32/172  (32/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Mar 1 Avr - 19:13



« And you're gonna hear me roar.  »






 

C'est rassurant de se sentir soutenue.
C'est apaisant d'entendre la voix de sa fiancée.
Surtout quand c'est fait de manière aussi intime.
D'ailleurs, impossible de faire plus intime, puisqu'elle passe directement par le biais de mes pensées pour me parler. C'est efficace, car la pression redescend un peu. A vrai dire, Leiko est bien plus apte à converser que moi. Elle est plus diplomate, plus polie, plus calme. Enfin calme. Dans une certaine mesure quoi. Si on ne la pousse pas trop en dehors de ses gonds. Chose qu'est indéniablement entrain de faire notre chère Madame Kurowaki.

Un simple aperçu du regard de Leiko avait suffit à m'alerter. La limite approchait, et notre interlocutrice ne semblait pas s'en apercevoir. Ne pas énerver Leiko. Ne pas énerver Leiko. Ne pas énerver Leiko. Il faudrait peut-être le lui tatouer sur le front, histoire de prévenir les audacieux qui chercheraient à se mettre en travers de son chemin.
La brune ne devait pas être déçue de son rendez-vous. Et encore, Leiko était restée très soft.
J'attrapais sa main avec douceur, la remerciant silencieusement d'être intervenue. Cependant, ça n'avait pas suffit à la destructrice de projet. Elle revenait à la charge, sans gants et sans pincettes, nous jetant ses mots avec l'impact d'une gifle en plein visage.
Cette fois-ci, c'en était trop.
Je me redressais sur ma chaise, me penchant légèrement en avant, me retenant pour ne pas me lever et taper du point sur son bureau. Un effort quasi-sur-humain de ma part. Je ne pouvais pas retenir la colère qu'elle venait d'attiser en moi, mais au moins essayer de l'adoucir. Adoucir signifiant "ne pas employer la violence", uniquement.

-Et vous alors, n'avez-vous rien à vous reprocher ? Êtes-vous toujours parfaite ? L'avez-vous toujours été ? Chaque personne mène une vie différente, fais des choix différents. Parfois même, c'est inéluctable. Ma mère est alcoolique depuis ma naissance, mon père la frappait régulièrement, que je sois là ou non. Vous vous attendiez à quoi hein ? Que je sois un modèle de bonté et de gentillesse ? Si je ne m'étais pas débrouillée seule, je serais probablement morte dans une ruelle, sous les coups de mon père ou dans l'une des bouteilles de ma mère depuis bien longtemps ! Oui, j'ai fais des conneries, parfois même, des choses impardonnables que je regrette encore, et que je regretterais toute ma vie. Mais c'est le cas de bien des gens dans cette ville ! Des gens qui peuvent avoir un enfant par eux-même, et avoir ensuite le loisir de le détruire un peu plus chaque jour, voir même de le tuer sans passer par vous !
J'ai évolué, j'ai rencontré ma fiancée, et nous avons évolué ensemble. Ça n'a pas été facile tous les jours, mais je pense que nous nous sommes plutôt bien débrouillées. C'est marqué ça, sur vos fiches ?! Au lieu de vous cantonner à notre passé, à mon passé, vous devriez plutôt lire plus attentivement et savoir que rien n'a été inscrit sur mon casier judiciaire depuis un bon moment !  


Parler autant me surprend moi-même. Leiko aussi, apparemment.
Mais il fallait que ça sorte, et il fallait aussi que je montre à ma femme -puisque je n'en ai plus rien à faire de l'autre connasse vicieuse- que je veux vraiment cet enfant avec elle. Et que ceci est bel et bien NOTRE combat, et pas uniquement le sien. Si cette mal-baisée -car être belle ou attirante ne suffit pas à bien l'être- refuse de nous offrir notre chance d'être mères, alors nous trouverons une autre solution. Quitte à ce que je gâche ma forme physique et mon corps de rêve en portant moi-même un enfant. Donneur anonyme ou non, cela resterait NOTRE combat.
Mais la machine était lancée désormais. Et une fois énervée, il ne m'état pas si facile de reprendre le contrôle. Elle voulait que je parle ? Alors j'allais parler. Jusqu'à ce que tout soit sortit. Jusqu'à ce que je lui ai balancé en travers de la tronche tout ce que j'avais à dire sur le moment.

-Je vous le redemande. Êtes-vous si parfaite ? Si oui, alors que dites-vous au SDF qui passe ses journées en bas de votre immeuble ? Lui adressez-vous simplement un regard, un bonjour ?Et les jeunes qui vandalisent tout ce qu'ils trouvent et qui insultent les gens comme vous, les avez-vous déjà écouté, pour comprendre leur colère, leur détresse ? Moi oui, et je les comprends, car j'ai été comme eux. Alors maintenant, allez leur dire qu'ils n'évolueront jamais, que l'on ne leur accordera jamais rien puisqu'ils ont grandit sans rien ! Moi, chaque jour, je leur donne un peu de mon temps, en leur dispensant gratuitement des cours de danse, en essayant de leur faire passer des messages, en leur montrant qu'ils peuvent eux aussi s'en sortir et devenir des "gens bien" ! Pouvez-vous prétendre faire de même, assise derrière votre bureau à rouvrir des plaies vieilles de plusieurs années, tout en fermant les yeux sur le désir de bonheur et d'amour ?

Zen soyons zen. Ou pas du tout en fait.
Je me levais finalement.
Oui oui, j'avais bientôt terminé l’expulsion de ma colère.
Je désignais finalement ma Fiancée.

-Leiko s'est battue corps et âme pour une cause difficile, pour ouvrir les yeux des gens sur la connerie et la méchanceté humaine. Et vous vous questionnez encore sur le fait qu'elle puisse être capable d'élever un enfant et de lui apporter l'amour et l'attention qu'il demandera ? Créer une chose depuis son début, éduquer un enfant, c'est facile à côté du travail et de l'acharnement que demande la correction d'une mentalité défectueuse depuis bien trop longtemps. Des centaines d'homosexuels vont désormais pouvoir vivre leur bonheur au plein jour et se sentir "humains" et non pas "rejetés" grâce à la jeune femme que vous avez devant vous ! Rendre heureux un enfant lui serait impossible ?!
Nous n'avons certes pas un passé "brillant" comme peut l'être le votre, mais nous avons toutes les deux appris de nos erreur, et parfois même de celles des autres, alors pourquoi imaginez vous que nous laisserions notre enfant en subir les conséquences et commettre les mêmes erreurs ?! Hein ?!


Débordement immédiat. Évacuation recommandée.
Je poussais ma chaise et sortais du bureau en claquant la porte.
C'était le mieux à faire, sortir prendre l'air, avant que mon passé ne me rattrape à cause d'une fonctionnaire. J'avais tout lâché, la colère ne tarderait pas à tomber elle aussi.

Je suis désolée Leiko.
Je n'ai pas ton tact.
Mais j'ai les mêmes envies que toi.




_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
MESSAGES : 160
JUKEBOX : https://www.youtube.com/watch?v=VP9I8ZUwKpc
FEAT : OC — Sawasawa.
CRÉDIT : © Moi.
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2013

FICHE PERSO
XP:
32/190  (32/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Mer 2 Avr - 22:37


Leiko & Hide ❧ Bon... désolé quand même !


Hide… calme-toi.
S’il te plait.
Si tu pètes un câble ici et maintenant.
Et… trop tard.
On l’a perdu.
C’était un véritable déferlement.
Une colère pareille, c’était rarissime de sa part.
Mais elle a la mesure de l’ampleur de l’envie que nous ressentons : démesurée.

Madame Kurowaki restait quant à elle véritablement figée. Abasourdie et assommée par les assauts répétés de la demoiselle. Elle était vraiment en colère, je l’avais déjà vu comme ça par moment, mais jamais avec une telle virulence… ou alors c’était il y a bien longtemps. Elle avait raison sur beaucoup de points d’ailleurs, personne n’est parfait. Mais son passé ne joue pas du tout en sa faveur. Elle a fait des actes qu’elle regrette certainement, mais le fait est qu’elle a justement eu ce genre d’actes. Il est donc légitime pour notre interlocutrice d’émettre quelques doutes sur la légitimité de notre demande d’adoption. Mais… maladroitement, Hide effaçait tant bien que mal les doutes que la dame avait à son sujet. Elle balayait tout cela sur son passage, sans pour autant avoir la pensée que sa colère pourrait nous être préjudiciable. Perdre son sang-froid comme ça. Han… ma belle qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi ?! T’épouser bien évidemment ! C’est comme ça que je l’aime cette femme. Prête à tout pour obtenir ce qu’elle veut, prête à tout pour soutenir la personne qu’elle aime. Et c’est d’ailleurs ce qu’elle fit. Dans une dernière longue tirade, qui aurait certainement pu me donner le sourire aux lèvres, sans le coup de théâtre suivant.

Un geste qui allait certainement rester gravé dans la mémoire de Kurowaki.
Une sortie en trombe de la pièce.
Une porte violemment claquée.
C’est à moi de me débrouiller…
Mais dans un sens… ça m’arrange.
Hide ne sera pas témoin de ce que je m’apprête à faire.
Tant mieux.

Je posais alors mes émeraudes sur mon interlocutrice, lui adressant un regard noir. Je ne pouvais pas tolérer qu’elle fasse craquer ma fiancée de cette manière. Mais je devais cependant garder mon calme, à la manière d’un prédateur, prêt à fondre sur sa proie. Et je ne risque pas de lâcher le morceau oh que non ! Je vais obtenir ce que je veux et Hide va m’aider à le faire, d’une façon ou d’une autre. Les cartes sont dans mes mains… reste à savoir si je vais bien jouer le coup. Je soupirais alors longuement, avant d’adresser un sourire mesquin à la dame assise en face de moi. Je prenais alors soudainement la parole, d’un air amusé :

Leiko ●●● Ça manquait vraiment de tact ça, madame Kurowaki. Énerver ma fiancée d’une pareille manière, il faut reconnaitre que vous avez fait fort. D’ailleurs pour en revenir à ce qu’elle disait… nous n’avons rien à nous reprocher. Nous avons commis des erreurs, comme n’importe quel autre humain, mais nous avons avancé et aujourd’hui nous sommes mûres et prêtes à passer par cette étape de notre vie. La vie de parents. Je ne vais pas discutailler avec vous de mon passé et du sien, vous avez votre enquête certainement. Nous ne nierons aucun fait. En revanche, il me semble qu’il n’y a aucune charge d’accusation contre nous et surtout… depuis 7 ans nous avons été irréprochables. D’ailleurs si vous avez encore plus de métier au final… comme elle l’a dit, c’est un petit peu grâce à moi. Mais trêve de bavardage. Je vais voir comment elle va, si jamais elle ne peut pas revenir, nous aurons un entretient tête à tête vous et moi.
Madame Kurowaki ●●● C-Comme vous voulez… je vous laisse quelques minutes.
Leiko ●●● Merci bien.

Je me levais alors tranquillement de ma chaise, ouvrant la porte du bureau pour rejoindre la belle, qui était dans un coin de la salle d’attente, m’attendant certainement avec impatience. Je la prenais alors dans mes bras, avant de tenir ses deux joues à l’aide de mes mains, exerçant une pression sur elles, avant de les tirer en ronchonnant un petit peu. J’eus alors quelques mots pour la belle :

Leiko ●●● C’était beau mon ange. J’en aurais presque eu quelques frissons. Mais… c’était sans doute le coup de trop ce claquage de porte. M’enfin… ce n’est pas grave. Maintenant il nous reste deux options… tu reviens et on essaye de tout faire CALMEMENT cette fois-ci. Ou alors… je m’occupe de tout, d’une façon BEAUCOUP PLUS radicale. Mais tu n’auras pas la possibilité d’être présente dans la pièce. Car un simple instant de déconcentration me sera fatal. Le choix est tien mon amour… si tu te sens encore les épaules d’affronter la méchante, alors on y va à deux. Sinon… on va laisser recours à mon don. À toi de voir.

J’ai conscience que c’est très difficile pour toi mon ange.
Je te propose de te soulager de cette difficulté.
Quoi que tu fasses…
Sache que je ne serais JAMAIS déçue par toi.
Et puis quand bien même.
Je t’aime trop pour te reprocher quoi que ce soit.
Toi la femme de ma vie.

©flawless

_______
- Live a little -
We gotta live a little, be naughty but nice, just to give a little. A freak show show let's live a little. I'm gonna get what I want, so give a little. We're about to break, and I don't know how much more of this you can take. I wanna see the animal in you escape, Oh can you feel the fire burning through your veins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 244
JUKEBOX : Dirt Off Your Shoulder - Brillz & Z Trip Remix
FEAT : Someone.
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2013

FICHE PERSO
XP:
32/172  (32/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 3 Avr - 21:05



« And you're gonna hear me roar.  »






 

Bon, on respire.

Je ne savais pas quelles avaient été les réactions à l'intérieur du bureau. Je ne savais pas non plus comment Leiko réagirait à ma propre réaction. Ca avait été soudain et incontrôlable. Cette femme avait dépassé les bornes en ressortant aussi brutalement une allusion à notre passé. Elle avait semblé vouloir nous attaquer directement, simplement pour faire taire Leiko, et c'était ce procédé qui m'avait en premier lieu mise hors de moi.

Une fois sortie du bureau, j'avais tourné en rond quelques secondes dans la salle d'attente, histoire de calmer un peu mes nerfs. Il ne fallait ni frapper le mur, ni casser quoi que ce soit. Tourner en rond restait donc la meilleure option.
Quand finalement mes nerfs se relâchèrent un tant soit peu, je parvenais à avoir assez de contrôle pour m'asseoir, là où Leiko et moi étions assises quelques minutes auparavant. J'appuyait mes coudes sur mes genoux, enfouissant mon visage dans mes mains. Bien que déverser tout ce que j'avais à dire avait été quelque chose de très libérateur, ça n'avait pas été pour nous avantager.
Je me posais beaucoup trop de questions, APRES avoir agit. Pourtant, j'avais médité quelques instants sur ce que je pouvais répondre. Non, je ne regrettais pas ce que j'avais dit à notre interlocutrice, mais peut-être la façon dont je le lui avait dit.

Même pas cinq minutes après ma sortie théâtrale, Leiko passa à son tour la porte, venant directement à moi. Je me levais pour accueillir avec plaisir l'étreinte qu'elle m'offrit. Sur le coup, je n'aurais pas pu prédire si elle comptait me rejoindre dehors, ou tenter de sauver les meubles. Voir qu'elle avait prit cette décision et non l'autre avait quelque chose de rassurant, car si elle avait décidé de m'en vouloir, elle se serait d'abord battue pour notre objectif et se serait réservée une bonne colère contre moi une fois le rendez-vous terminé. Hors là, elle était simplement sortie pour me serrer dans ses bras et m'adresser quelques mots.
Quand elle m'exposa les deux options qui, selon elle, s'offraient à nous, je levais les yeux vers elle, haussant légèrement un sourcils. Hors de question qu'elle entre dans cette pièce seule pour faire appel à son don. Elle avait prononcé quelques mots en trop, notamment : Fatal.

-Non, tu ne retourneras pas dans ce bureau seule. Il est hors de question que tu prennes le moindre risque de ce genre. Je viens avec toi, et on va essayer de reprendre les choses... calmement. 

Je posais mes mains sur celles de ma fiancée, fermant un instant les yeux pour chasser au maximum la colère qu'il restait en moi. Elle ne disparaîtrait pas aussi facilement, mais disons que je devais être capable d'entrer à nouveau dans le bureau en étant plus sereine.
Après quelques secondes de calme, j'ouvrais à nouveau les yeux et plantait mon regard bleuté dans les émeraudes de la belle blonde qui me faisait face, lui adressant un demi sourire.

-Mais si cette mal baisée nous attaque encore une fois avec aussi peu de tact, je ne me contenterais pas de claquer la porte.

Mais elle, bien évidement. Si elle s'obstinais vraiment à nous refuser ce que nous attendions toutes les deux avec impatience, je trouverais à coup sûr quelque chose à faire qu'elle puisse me reprocher allègrement sans avoir tord.
Je me penchais légèrement en avant et effleurais les lèvres de ma fiancée avant de lâcher sur le ton de la plaisanterie :

-Si ça se trouve, tout ça n'est que du cinéma, et elle cherche seulement quelqu'un pour l'aider à régler son problème de libido.. Donc en voyant deux bombes comme nous débarquer, elle a perdu tout son tact...

Je ricanais légèrement et embrassais cette fois-ci le front de ma partenaire en lui passant délicatement une main dans les cheveux.

-Penser ça m'aidera probablement à rester zen plus facilement...

Je prenais cette fois-ci l'une des mains de ma belle et me dirigeais vers la porte du bureau, l'ouvrant avant d'entrer en silence pour me rasseoir. Je croisais les jambes et les bras, avant de lâcher, le plus poliment possible :

-Je vous prie de m'excuser.

Et c'est tout.
Je n'en dirais pas plus, car je n'en pense pas plus.
M'excuser était déjà un grand pas. Alors reconnaître mes tords -que je ne qualifiais pas ainsi car je n'en pensais pas tant- était tout bonnement impossible.
Je n'avais pas tord.
J'ai peut-être simplement été un peu brusque.
A prendre ou à laisser.



_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
MESSAGES : 160
JUKEBOX : https://www.youtube.com/watch?v=VP9I8ZUwKpc
FEAT : OC — Sawasawa.
CRÉDIT : © Moi.
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2013

FICHE PERSO
XP:
32/190  (32/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Mar 8 Avr - 22:18


Leiko & Hide ❧ Je commence à m'échauffer !


Je vais être honnête avec vous.
C’est très mal embarqué.
Hide avait perdu son sang froid.
Un argument en plus en notre défaveur.
Mais bon, je ne dis pas qu’elle est la plus fautive.
Mais sur le coup j’aurais quand même dû m’énerver.
Surtout qu’elle continuait, allant jusqu’aux menaces.

Je suis de son côté cela dit. Je ne laisserais pas cette « mal baisée » m’écarter de ce que nous voulons, ma fiancée et moi. Mais la partie s’annonce rude et compliquée. Une espèce de lutte venait de s’engager entre elle et nous. Madame Kurowaki avait un ascendant sur nous, elle avait nos actes peu glorieux entre ses mains, elle a choisi la carte de l’agressivité. Hide est tombée dans le panneau, le stress sans doute. Je pense que je n’aurais pas été mieux qu’elle dans cette situation… quoi que. Non mon aisance dans la discussion et la négociation m’aurait certainement aidée à réussir à renverser la vapeur, sans me vanter. Enfin voilà que la demoiselle se calmait peut à peu, profitant de ma présence et de l’absence de notre interlocutrice pour un petit moment de tendresse que j’appréciais tout particulièrement, avant de revenir dans l’arène si je puis dire. Elle m’entraina alors avec elle dans le bureau. Mais avant d’ouvrir la porte, et la franchir, je prévenais Hide par la pensée, elle ne devait en AUCUN cas céder à la colère une nouvelle fois. Je lui signifiais aussi qu’elle pouvait essayer de s’imprégner de mon calme si ça pouvait l’aider.

Elle présente finalement ses excuses à la dame.
Sa réponse ? Elle reste stoïque et nous demande de nous assoir pour reprendre l’entretien.
Quant à moi bah… je me prépare à faire quelque chose.
Madame Kurowaki a eu sa carte à jouer.
Elle a dévoilé son jeu.
Le mien reste encore caché.
Et je vais utiliser les cartes dont je dispose.
Pour la faire plier définitivement.

Je ne vais pas la laisser malmener ma chérie plus longtemps. Elle a traité Hide comme une moins que rien incapable d’élever un enfant, ça, je ne peux pas le tolérer. Finalement, je crois qu’elle a eu raison de s’énerver, ce petit laps de temps m’a laissé tout le loisir de préparer MON discours. Et je vais lui assener tellement de coups sur la tête, que le coup de grâce sera limite un soulagement pour elle. Pas question d’utiliser mon don, non. Ma fiancée a été très claire à ce sujet. En revanche, que j’utilise mes AUTRES aptitudes, ça je peux toujours. Les négociations, ça me connait. Dans le métier on sait que je suis redoutable, Madame Kurowaki pense tenir la distance, c’est ce qu’on va voir. Quand j’y pense, c’est bien la première fois que ma future femme va me voir à l’œuvre… de cette façon-là si je puis dire. Tâchons de ne pas la décevoir. Je prenais alors place sur mon siège et j’attendais. Je vais laisser mon interlocutrice prendre la parole, ensuite… cet enfant est à nous, j’en fais la promesse. Je te le promets Hide… on sera mères, coûte que coûte. Soudain, la dame reprend la parole :

Madame Kurowaki ●●● Bien… je pense que je vous ai assez entendu, mademoiselle Hide. Visiblement je ne tirerais plus rien de vous. Je ne vous le cache pas, cette procédure est TRÈS mal engagée. Si vous n’êtes pas capable de garder votre calme dans une situation pareille, je demande ce que ça va donner avec un enfant. Qui a besoin de stabilité, d’amour, de personnes capables de l’éduquer. Je ne vois rien de tout cela en vous… Hide.

Trop c’est trop. Là par contre ma chère, on ne va pas être copines. Mettre à mal ma fiancée déjà c’est quelque chose que je ne tolère pas. Mais des paroles d’une telle virulence… c’est plus que je ne peux supporter. J’avais été gentille jusqu’à présent…  maintenant je vais monter d’un cran. Je m’éclaircissais alors la gorge, et je m’exprimais d’un air calme, stoïque, mais redoutablement oppressant :

Leiko ●●● Considérons la chose sous un autre angle si vous le voulez bien. Notre dossier est irréprochable, nos antécédents depuis 7 ans ? Rien. Nada. Pas UN SEUL argument en la défaveur de ma fiancée. Étrangement… depuis que je suis entrée dans sa vie. Cette demoiselle ici présente va ouvrir une école de danse, que je vais évidemment aider à financer. Cette demoiselle, n’est certes pas irréprochable, elle s’énerve de temps en temps, elle n’est pas très bavarde toussa, je vous l’accorde. EN REVANCHE, ne serait-ce qu’oser dire qu’elle n’est pas capable d’aimer un enfant de tout son cœur, pour lui offrir ce qu’il a besoin… c’est diffamatoire. La diffamation est punie par la loi madame Kurowaki. Tout comme refuser une procédure injustement, sans arguments valables  autres que ceux présentés par l’entretien que nous avons en ce moment. Vous êtes à la limite de la légalité en tentant de déstabiliser ma fiancée Madame, le harcèlement moral est puni par la loi. Notre dossier est IRRÉ-PRO-CHA-BLE. Notre stabilité financière : l’enfant ne manquera jamais de rien. Stabilité émotionnelle ? Nous sommes sur le point de nous marier, nous n’avons jamais été aussi amoureuses l’une envers l’autre qu’en cet instant PRÉCIS. De l’amour nous en avons INCOMMENSURABLEMENT à revendre. Vous vous basez sur des actes où il y a prescription. Vous vous basez sur un argumentaire extrêmement fragile. En d’autres termes : vous êtes de mauvaise foi. Alors, laissez-moi être claire : si cet entretien échoue avec vous, alors il y en aura un autre, car la procédure ne s’arrêtera pas là, elle sera longue et nous nous battrons jusqu’au bout pour cet enfant. Vous êtes en train de parler à celle qui a fait naître la possibilité d’une adoption d’un couple homosexuel. Je connais cette procédure sur le bout des doigts, car elle n’aurait jamais existé sans moi !
Madame Kurowaki ●●● Mademoiselle Özilis enfin !
Leiko ●●● Enfin quoi ? Vous me trouvez arrogante ? Imbue de ma personne ? Je le suis. Je suis confiante désormais. Vous essayez de retarder l’inéluctable en déstabilisant ma fiancée… ni plus ni moins. Madame Kurowaki… certains couples hétérosexuels ne désirent pas d’enfants et s’en débarrassent comme-ci de rien n’était, et là, vous avez en face de vous, deux jeunes femmes qui tueraient père et mère pour avoir cette chance immense de tenir un enfant entre leurs bras… vous avez la preuve de notre dévotion, car nous sommes là en face de vous. Contre vents et marées… vous n’avez rien besoin de plus non ?
Madame Kurowaki ●●● Je vous fais confiance, mademoiselle Özilis. Votre fiancée en revanche, non.
Leiko ●●● Me faire confiance, c’est croire en elle, car j’ai fait le choix de l’épouser. Vous voulez me dire que j’ai fait une erreur ?

Ça y est.
On y est.
Elle commence à craquer.
Elle est prise au piège.
Elle se contredit.
Allez, madame Kurowaki.
Qu’on en finisse !

©flawless

_______
- Live a little -
We gotta live a little, be naughty but nice, just to give a little. A freak show show let's live a little. I'm gonna get what I want, so give a little. We're about to break, and I don't know how much more of this you can take. I wanna see the animal in you escape, Oh can you feel the fire burning through your veins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 244
JUKEBOX : Dirt Off Your Shoulder - Brillz & Z Trip Remix
FEAT : Someone.
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2013

FICHE PERSO
XP:
32/172  (32/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 17 Avr - 19:39



« And you're gonna hear me roar.  »






 

J'ai fait un effort énorme.
Je suis rentrée à nouveau dans ce bureau que j'avais quitté sous le coup de la colère.
Sans briser le nez de notre interlocutrice.
Ça méritait des applaudissements, franchement.

Et malgré mon gros effort pour garder mon calme et ma courtoisie après ce léger dérapage, la tension montait en moi. Les attaques répétées de la brune commençaient à me taper sérieusement sur le système, et malgré tous mes efforts, les choses risquaient d'exploser à tout moment.
Le fait que je me sente incroyablement mal à l'aise à écouter cette conversation qui tournait beaucoup autour de moi n'y était en rien pour arranger les choses. Cette femme m'attaquait encore, malgré que ma fiancé soit un avocat d'un certain niveau.
Je m'évertuais donc à regarder un peu autour de moi pour me couper un tant soit peu de la conversation. Seulement, il n'y avait pas grand chose à regarder. Je finissais donc par regarder Leiko. Elle était sublime, même lorsqu'elle s'énervait. Ses sourcils légèrement froncés, son air un peu crispée et sévère, tout un ensemble qui lui donnait un certain charme.
Contempler la confiance que Leiko inspirait avait quelque chose de rassurant. Mais quand son ton changea pour être un peu plus oppressant, je posais une main sur la sienne, sous le bureau.
Elle ne s'adressait pas à moi, mais son discourt avait tout d'une déclaration. C'était touchant de l'entendre parler de la confiance qu'elle m'accordait, de l'estime qu'elle avait pour moi, et du soutient qu'elle m'apporterait toujours.

C'était bien cette femme que j'avais choisis d'épouser.
Cette femme déterminée.
Parfois un peu têtue.
Bornée.
Une véritable guerrière lorsqu'elle avait un idéal en tête.

Mais l'adversaire maintenait sa position. Et elle doutait toujours de moi, ne m'accordait aucune confiance. Je ne pouvais pas dire grand chose. En fait, j'évitais au maximum de parler désormais, histoire d'éviter un autre débordement qui pourrait compliquer la suite de notre aventure.

-L'école n'est pas encore vraiment lancée, mais vous pouvez toujours passer à l'un de mes cours. Ça vous permettrait peut-être d'en apprendre plus sur moi. Ne prévenez pas et passez à l'improviste, comme ça, aucun risque que je prépare quoi que ce soit.

Une petite intervention au ton incroyablement contrôle.
Après tout, elle ne me faisait pas confiance, car elle n'avait aucun fait récent me concernant. Elle ne savait rien de ma vie actuelle. Alors le meilleur moyen de se forger un avis un peu plus recevable était de venir, de m'observer -même si cela ne m'enchantait pas vraiment- dans ma vie quotidienne. C'était une idée incroyablement chiante, mais si c'était le seul moyen d'obtenir son approbation pour l'adoption, j'étais prête à le faire.

-Enfin ce n'est qu'une vague proposition que vous n'êtes absolument pas obligée d'accepter. 

Mais fais un effort, connasse.



_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
MESSAGES : 160
JUKEBOX : https://www.youtube.com/watch?v=VP9I8ZUwKpc
FEAT : OC — Sawasawa.
CRÉDIT : © Moi.
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2013

FICHE PERSO
XP:
32/190  (32/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Mar 22 Avr - 0:43


Leiko & Hide ❧ Je commence à m'échauffer !


Ça commence à devenir pénible.
Je n’aime pas les dialogues de sourds.
Et ça commence à en devenir un.
Même Hide semblait s’impatienter.
Cela dit… aucune de nous deux n’est patiente.
Et Hide formula alors une proposition.

C’est vrai qu’il s’agit d’une belle preuve qu’elle est prête à prendre des responsabilités. Je suis vraiment idiote. Hide. Tu es géniale. Tu viens de me donner l’idée parfaite. L’idée imparable. L’argumentaire de Kurowaki n’est basé que sur une chose, elle manque terriblement de confiance en cette demoiselle, qui va sous peu devenir ma femme. Elle ne la pense pas capable d’avoir des responsabilités. Or, cette école sera un argument de poids en sa faveur. Quelque chose qui va prouver à cette mal-baisée que ma future femme est capable d’assumer ses responsabilités. Je pense que je peux jouer là-dessus et la mettre au tapis une bonne fois pour toutes. Oui je sais bien que nous ne sommes pas dans un combat de boxe, mais en même temps ça y ressemble un peu. Elle essaye de nous mettre K.O avec ces espèces de gifles sous forme d’argument, mais nous ne sommes pas près de renoncer à cet enfant que nous désirons. C’est nous qui allons remporter ce combat ma chère dame. Vous n’avez pas l’avantage. Vous ne l’aurez jamais. Et certainement pas face à moi. Car si tout capote… mon don va vous réduire en pièces. Mais je ne veux pas en arriver là.

Non, on va combattre à la loyale.
On va obtenir ce « Oui » que nous désirons tant.
Et ce n’est plus qu’une question de minutes maintenant.
On peut la faire craquer.
Lui prouver qu’on en vaut la peine.
Et Hide vient de me donner l’idée adéquate.
Merci, mon amour, t’es vraiment la meilleure.
Sans aucun doute possible.

Leiko ●●● D’ailleurs, comme nous sommes dans le temps des propositions. Vous n’allez certainement pas me contredire madame Kurowaki, mais la procédure que nous faisons a une suite. Si l’adoption est accordée, il y a également une certaine période de… test si l’on peut dire. Période durant laquelle, le service que vous représenté va juger une bonne fois pour toutes si l’enfant peut être placé de manière définitive dans notre foyer. Cet entretien dure depuis bien trop longtemps. Si vous voulez nous mettre à l’épreuve… faites-le donc sur du concret. Je serais même prête à signer un papier qui vous autorise à nous poursuivre si jamais vous n’êtes pas satisfaite de notre travail en tant que mère.
Madame Kurowaki ●●● Vous avez une confiance incroyable en vous-même, Mademoiselle Özilis, d’autres appelleraient certainement cela de l’arrogance.
Leiko ●●● Je suis arrogante. Maniaque. Perfectionniste. Mais… ça ne veut pas dire que je suis incapable d’élever un enfant et le faire passer avant moi. Pourtant… être parent, ça signifie surtout cela.
Madame Kurowaki ●●● En effet. Et vous avez une confiance aveugle envers votre fiancée. Qu’est-ce qui justifie ce dévouement ? Pour tout dire… je serais presque convaincue de vous… mais je veux savoir, mademoiselle Özilis, pourquoi ?
Leiko ●●● On commet tous des erreurs qu’on regrette, Madame. Hide en a commis plus que le commun des mortels. Un peu comme moi. En revanche… elle a eu cette volonté de ne pas lâcher prise. Même quand la situation devenait désespérée. Elle m’a également fait confiance dans des moments cruciaux de notre vie de couple, je lui ai rendu cette confiance, je n’ai jamais été déçue d’elle. Vous ne le serez pas non plus. J’en mets ma main au feu. C’est un test de confiance. Nous faisons un pas vers vous, faites un pas vers nous. Vous verrez que nous en valons la peine.

Et alors elle se tut. Plus un mot ne sortait de sa bouche. Elle semblait entrer dans une grande réflexion. J’ai sans doute frappé fort à mon sens en tout cas. Je pense qu’elle est sans doute curieuse de cette incroyable confiance que nous entretenons entre moi et ma fiancée. Nous sommes prêtes à tout et nous n’avons peur de rien. Nous avons affronté le pire et nous sommes prêtes à affronter bien des choses encore. On ne va pas lâcher prise. Jamais. C’est notre choix. Finalement, la dame nous demanda de quitter son bureau, elle ajouta qu’elle allait avoir une grande réflexion, qu’elle pèsera le pour et le contre. Et enfin… elle rendra son verdict. Je me contentais de la remercier avant de lui dire de prendre la bonne décision. Elle nous demanda de revenir dans quelques heures. Je prenais alors ma chère et tendre par la main avant de sortir de la pièce avec elle. Une fois la porte refermée, je jetais un bref coup d’œil dans la salle d’attente. Personne. Je soupirais longuement avant de soudainement attraper ma fiancée par la taille, avant de la plaquer délicatement contre le premier mur qui croisa notre chemin. Je l’embrassais alors fougueusement, laissant toute ma frustration s’en aller avec ce baiser sulfureux, durant lequel, les caresses de mes lèvres se mêlèrent à celles de mes mains qui se logèrent dans la chevelure blonde de ma fiancée.

Une fois ce moment achevé, je posais mon front contre celui de la belle.
Je plongeais alors mes émeraudes dans le regard d’Hide.
Juste avant de caresser sa joue à l’aide de mon pouce.
Pour finalement ouvrir le bal des paroles :

Leiko ●●● Désolé mon amour… fallait que je me défoule un bon coup. On a donc quelques heures devant nous… je me demande bien ce que peuvent faire deux femmes pendant plusieurs heures… Je meurs de faim personnellement !

Haha ! Elle y a cru, j’en suis, certaine.
Nan désolé ma belle.
Mais les réjouissances viendront un peu plus tard.
Et je te promets un spectacle que tu n’es pas près d’oublier.
Mais pour l’heure… MANGER !
Je te dévorerais plus tard…

©flawless

_______
- Live a little -
We gotta live a little, be naughty but nice, just to give a little. A freak show show let's live a little. I'm gonna get what I want, so give a little. We're about to break, and I don't know how much more of this you can take. I wanna see the animal in you escape, Oh can you feel the fire burning through your veins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 244
JUKEBOX : Dirt Off Your Shoulder - Brillz & Z Trip Remix
FEAT : Someone.
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2013

FICHE PERSO
XP:
32/172  (32/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Dim 27 Avr - 17:28



« Great escape. »






 

Arrogante. Maniaque. Perfectionniste.
Je ne vais certainement pas dire le contraire, pour le coup.

Que personne ne monte sur ses grands chevaux, et que personne ne me dise que je suis méchante de dire de telles choses de ma propre fiancée. Je ne peux pas nier tout cela. Elle l'est. Elle le sait très bien et ne le vit pas mal du tout. Moi non plus d'ailleurs. Leiko est faite comme ça. Sans son arrogance, son perfectionnisme, elle ne serait pas celle qu'elle est aujourd'hui, et ne serait peut-être même pas la femme que je m'apprête à épouser. Si j'aime cette blonde autoritaire et fière, c'est pour tout ce qu'elle est. Les moindre détails de son caractère font partie du tout qu'elle est.
Et puis, je dois avouer que sans un caractère aussi trempé que le sien, notre vie serait bien monotone...

Je n'avais aucune appréhension de savoir que Leiko allait parler de moi. Elle faisait un avocat parfait. Je n'avais aucune honte, ni face à elle, ni face à notre tortionnaire morale. Même lorsque ma femme -je sais bien qu'elle ne l'est pas encore mais je vous emmerde elle l'est quand même dans ma tête- précisa que j'avais fait plus d'erreurs que le commun des mortels. Oui, c'était peut-être un peu exagéré, mais pas totalement faux, et je ne m'en cacherait pas. Sans ces-dites erreurs, je ne serais pas non plus ce que je suis aujourd'hui, et je n'aurais même probablement jamais rencontré Leiko -que soit dit en passant j'ai faillit frapper lors de notre première rencontre-.
Quand Madame Kurowaki nous demanda finalement de lui laisser quelques heures pour réfléchir, ma mâchoire manqua de se décrocher pour aller toucher le sol. Cependant, je ne traînais pas et me levais rapidement, serrant doucement la main de Leiko pour quitter la pièce. Et à peine la porte refermée derrière nous que je me retrouvais le dos appuyé contre un mur, ma charmante compagne dans les bras pour une étreinte passionnée.
La récompense. Le réconfort, après l'effort. Je répondais donc à ce baiser avec douceur, m'amusant légèrement à lui mordiller la lèvre inférieure.
Quand nos lippes s'éloignèrent, je prenais la main de ma fiancée et la tirait doucement vers la porte de sortie.

-Ce que l'on peut faire pendant quelques heures... 

Je n'en dirais pas plus, car j'ai une petite idée de ce qu'elle peut chercher à faire. Me faire marcher, car quand ça marche, elle en est plus que fière.
J'haussais donc les épaules en attendant qu'elle poursuive. Car Leiko a toujours une idée. Et une bonne, la plupart du temps.
Manger ? Oui pourquoi pas, c'est une bonne idée ! Je meurs de faim. Et je me trouve dans l'impossibilité de la dévorer elle. Donc aller se trouver un bon repas semble être un bon plan.

-Allons donc nous trouver un petit coin sympa pour manger alors.  

Je poussais la porte pour me diriger vers la sortie du bâtiment. Un peu d'air frais nous ferait le plus grand bien à toutes les deux. Pas vrai mon amour ?
Une fois à l'extérieur, j'emmenais ma fiancée dans la rue, à la rechercher d'un endroit correct pour se restaurer. Rien de bien difficile en soit.
Je lui désignais un petit restaurant au bout de la rue. Rien de bien extraordinaire, mais pas trop miteux non plus. Je n'avais pas spécialement envie d'aller dans un restaurant chic et cher. De petits restaurants pouvaient largement valoir les plus grandes enseignes de la restauration.

-Que penses-tu de celui-là ?  



_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
MESSAGES : 160
JUKEBOX : https://www.youtube.com/watch?v=VP9I8ZUwKpc
FEAT : OC — Sawasawa.
CRÉDIT : © Moi.
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2013

FICHE PERSO
XP:
32/190  (32/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Lun 5 Mai - 18:58


Leiko & Hide ❧ J'ai oubliée un truc...


Je meurs littéralement faim en vrai.
Là, le restaurant c’est limite vital pour moi.
Limite plus qu’une petite partie de jambes en l’air avec ma future femme.
Faut dire… parler autant ça donne faim.
C’était une sorte de lutte psychologique au final.
L’ennui c’est que je ne sais pas qui a pris l’avantage.


Mais de toute façon, s’il s’avère que Madame Kurowaki n’ai pas entendu raison, c’est triste, mais Hide ne risque pas d’être capable de m’empêcher d’utiliser mon don pour obtenir cette adoption que nous désirons tant. Je sais que ça serait dommage et dangereux d’en arriver là, mais bon. Surtout que l’esprit de la dame doit certainement être infiniment compliqué à manipuler et à mettre sens dessus dessous. Ça ne sera pas une partie de plaisir et je risque de me casser les dents sur cette épreuve, mais bon… faut bien ça. Mais en tout cas, pas question de faire une manipulation pareille le ventre vide. Faut que je dévore quelque chose. Régime ? OSEF. Pas besoin de régime je suis parfaite. Ça va, je plaisante. Quoique… BREF. Nous avions maintenant quitté les lieux, ma fiancée et moi. Enfin à l’air libre, loin de cette pesante atmosphère que nous offre ce bureau. Je prenais un bon bol d’air frais et cela ne pouvait me faire que du bien, tout comme Hide d’ailleurs, elle semblait elle aussi ravie de pouvoir se dégourdir un peu les jambes. Pour ce qui est du reste, choix du restaurant par exemple, c’était à sa discrétion. Je n’allais certainement pas râler. D’autant plus que l’endroit me paraissait pas mal. Nah, promis je ne fais pas la fine bouche.

Je posais alors mes émeraudes sur la demoiselle, acquiesçant rapidement de la tête avant de la laisser m’entrainer à l’intérieur. Un petit endroit bien sympathique. Le genre de restau qui ne paye pas de mine, mais qui offre toujours satisfaction. De toute façon, je ne désirais pas plus. Un petit truc au calme avec elle en tête à tête, c’est ce qu’il y a de mieux. Maintenant pendant le repas, faudra se préparer psychologiquement à ce que va dire la « mal baisé ». Si jamais la réponse qu’elle nous donne, ne me satisfait pas et bien… vous connaissez la suite, pas la peine de vous faire un dessin. Je sais que ce n’est pas une chose, ce que je m’apprête à éventuellement faire, mais quand il faut, il faut. Je pense cependant qu’Hide ne sera pas vraiment d’accord avec moi et il risque d’y avoir une petite dispute. Mais comme elle désire cet enfant au moins autant que moi, peut-être qu’elle me pardonnera si je fais ça. D’autant plus qu’elle sait à quel point je suis redoutable quand je suis en colère… elle ne veut plus s’attirer mes foudres, elle sait que ça peut faire très mal. Cela dit… avec elle c’est la même chose au final, on va dire qu’on s’est bien trouvée. Je prenais alors place en face de la belle, tandis qu’un serveur nous apportait les menus. Je posais un regard amusé sur ma fiancée… ahala… qu’est-ce qu’elle est belle cette femme. J’en connais qui doivent être jaloux de notre relation, mais bon… je m’en fiche totalement. C’est alors que je prenais une légère inspiration avant d’adresser la parole à la belle :

Leiko ●●● C’est dingue… comment t’expliques qu’à chaque fois que je te regarde… j’ai cette impression d’avoir un coup de foudre pour toi alors que cela fait des années que nous sommes ensemble ?

Oui je continue mon jeu de séduction avec elle et alors ? J’ai le droit vu que je suis toujours autant amoureuse d’elle. Je lui adressais alors un large sourire avant de lui reposer une petite question, cette fois un peu plus sérieuse :

Leiko ●●● Alors à ton avis… la mal-baisée va nous dire que c’est ok ? Eh au fait… j’ai… j’ai oublier de te prévenir, mais… j’ai… des photos de la petite pour laquelle nous avons constituer le dossier. Tu verrais comme elle est adorable ! Euh bah je devrais peut-être te les montrer plutôt que de parler en fait.

Mais. Mais.
MAIS COMMENT J’AI FAIT POUR OUBLIER ÇA ?
Et oui pourtant ça fait partie de la procédure.
Les photos sont là pour le premier « contact »
Et si tout se passe bien… on la rencontrera.
Et puis après… oh j’ai tellement hâte.
Tellement hâte d’avoir ce petit bout de chou dans mes bras !  

©flawless

_______
- Live a little -
We gotta live a little, be naughty but nice, just to give a little. A freak show show let's live a little. I'm gonna get what I want, so give a little. We're about to break, and I don't know how much more of this you can take. I wanna see the animal in you escape, Oh can you feel the fire burning through your veins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 21
MESSAGES : 244
JUKEBOX : Dirt Off Your Shoulder - Brillz & Z Trip Remix
FEAT : Someone.
DATE D'INSCRIPTION : 10/09/2013

FICHE PERSO
XP:
32/172  (32/172)
PV:
17/17  (17/17)
avatar


Jeu 14 Aoû - 15:56



« Great escape. »






 

Tu t'installe en face de ta future femme, tout sourire. Elle n'a pas fait la difficile concernant le choix du restaurant, et c'est tant mieux. D'un autre côté, depuis le temps, Leiko te fais assez confiance pour à peu près tout. Voilà peut-être d'où vient le pourquoi du comment elle n'a rien dit.
Ce qu'il y a aussi, c'est que Leiko, derrière son image de femme relativement exigeante aux allures de riche qu'elle entretient pour son boulot, sait tout aussi bien vivre simplement, sans se prendre la tête. Dans tous les cas, elle est parfaite, non ? C'est ce que tu penses en tout cas. Parfaite, même dans le port de tous ses défauts.

Quand le serveur vous apporte les cartes, tu y jettes rapidement un coup d’œil, avant d'être interrompue par la voix de ta fiancée. Charmeuse, comme toujours. Voilà plus de 7 ans que votre petit jeux de séduction bat son plein. Peut-être est-ce même ce qui vous maintient toujours aussi amoureuses. Ça, et bien d'autres choses encore. Le sexe par exemple. Hum.
Quoi qu'il en soit, tu lui adresses ton plus beau sourire, avant de lui répondre, le plus naturellement du monde :

-Peut-être parce que je suis vraiment parfaite ?

Un petit clin d'oeil complice plus tard, tu croises les jambes sous la table, avant de reprendre ton sérieux. Le surnom de Mme Kurowaki a flotté dans l'air, ce qui impose le calme. Même si l'emploi du terme "mal baisée" t'amuse fortement. Après tout, toi tu ne sais pas ce que c'est hein.. /PAN.

-Je n'en sais rien, mais avec toi comme adversaire, je pense qu'elle va fortement y réflé-quoi ?!  

Ton sourcil droit se hausse. Leiko a obtenu des photos de notre très probable future enfant, et elle a "oublié" de t'en parler ? Ca ne lui ressemble pas. Mais c'est peut-être le signe qu'elle a vraiment été à fond dernièrement, aussi bien dans son boulot que dans la paperasse concernant l'adoption. Et puis, tu ne peux pas lui en vouloir d'être parfois tête en l'air.. car tu es bien pire.
Cependant, tu te lèves brusquement et contourne la petite table pour venir te poster derrière elle, te penchant pour poser ton menton sur son épaule, bien plus que curieuse.

La position est peut-être un peu étrange, mais que les autres clients matent ton cul, t'en as rien à faire. C'est pas comme si tu n'en avais jamais eu l'habitude. Et puis, tu es habillée convenablement, alors tu ne peux rien faire contre les esprits un peu déplacés.

-Aller montre, idiote de femelle !

Bien évidement que tu plaisantes. Leiko le sait parfaitement. Tu n'es absolument pas du genre à l'insulter ou a vouloir te sentir supérieure à elle. C'est ta femme, future, et vous vous permettez depuis bien longtemps quelques plaisanteries de gamines.

Gamines oui.



_______
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
POINTS : 12
MESSAGES : 160
JUKEBOX : https://www.youtube.com/watch?v=VP9I8ZUwKpc
FEAT : OC — Sawasawa.
CRÉDIT : © Moi.
DATE D'INSCRIPTION : 22/10/2013

FICHE PERSO
XP:
32/190  (32/190)
PV:
26/26  (26/26)
avatar


Mar 19 Aoû - 23:41


Leiko & Hide ❧ Parfaite... c'est le mot !


Je suis tellement à fond dans le dossier que j’en ai oublié l’essentiel.
Informer Hide sur le prénom de la petite par exemple.
Sans oublier les photos que j’ai également omis de lui montrer.
Mais l’avantage est que je peux réparer ces deux erreurs d’une traite.
Je fais d’une pierre deux coups comme on dit.

En tout cas, la nouvelle n’avait pas seulement surpris ma fiancée, elle semblait également emballée à l’idée de découvrir le visage de ce petit bout de chou. Mais tout de même… je me pose une petite question, quel genre de personne est capable d’abandonner un enfant d’à peine un an ? Il faut vraiment être un monstre ou alors être dans une situation véritablement désespérée pour en arriver là. Oui, cette gamine n’a qu’un an vous imaginez ? Elle est actuellement prise en charge par des professionnels en attendant de lui trouver un foyer. Et dans un sens, je peux comprendre l’exigence de madame Kurowaki, cette petite fille a été abandonnée, elle doit avoir une famille très stable pour pouvoir s’épanouir correctement. Mais ça n’excuse pas son comportement à notre égard cependant. Cela dit, je suppose que c’était une sorte de test également. Dans tous les cas, si je n’étais pas aussi confiante, je dirais que l’entretien a frôlé la catastrophe. Mais c’est la faute de personne au final… chacun veut ce qu’il y a de mieux pour la petite que je montre désormais à ma fiancée. Qui avait par ailleurs l’occasion de remarquer que ce n’était encore qu’un bébé au final. J’en profitais d’ailleurs pour glisser quelques mots à ma fiancée :

Leiko ●●● Elle est magnifique hein ? Un beau petit bébé pas vrai ? J’ai complètement craqué sur elle en voyant les photos pour la première fois. C’est assez déroutant d’ailleurs… j’avais cette impression désagréable qu’on me montrait ces photos comme on pourrait me montrer un animal dans un enclos. Mais bon… étant donné qu’elle a besoin d’une présence non-stop et de stabilité, je ne pouvais pas la rencontrer en vrai. Mais si jamais madame Kurowaki juge que nous sommes capables de devenir mères… la première rencontre avec elle pourrait se passer dans les jours qui viennent. Ah oui j’oubliais ! Bien que ses parents ne lui ont pas laissé grand-chose, elle a tout de même un prénom cette bouille d’ange. Mais… je ne sais pas si je devrais te le dire maintenant, peut-être que j’attendrais le dessert !

J’accompagnais cette déclaration mesquine d’un éclat de rire tout aussi mesquin. Je laissais ensuite les photos à la disposition d’Hide, si elle voulait regarder d’un peu plus près, tout en restant à sa place. Car il faut bien qu’on prenne commande un jour, si toutefois le serveur se décide à nous apporter un quelconque menu. Chose qui se fait de plus en plus fréquemment au Japon, le modèle asiatique s’occidentalise de plus en plus. Mais bon… l’avantage est que l’influence vient de France, un pays que j’apprécie tout particulièrement. Notre premier voyage en famille sera d’ailleurs à Paris. Oui je prends mes décisions toute seule et alors ? Non je plaisante ; bien évidemment j’en parlerais à Hide avant toute chose. Il faut bien son accord avant de prendre les billets d’avion. Cela dit je peux en faire une belle surprise pour nos 8 ans aussi ? Oh mais voilà une excellente idée tiens ! Ah je me surprendrais toujours. Ça va je plaisante. Alors que le serveur nous avait laissé les menus pour faire notre choix, je glissais une nouvelle fois quelques mots à la belle :

Leiko ●●● Sauf si tu insistes bien entendu… et encore, ce n’est pas sûr que je te le dise. Mais en tout cas, ils avaient de bons goûts ses parents, je me demande bien comment on peut abandonner une gamine de quelques mois… comme ça. M’enfin je me doute qu’ils n’ont pas eu le choix pas vrai ?

Cette question me taraude depuis peu tout de même.
Comment on peut faire ça ?
Je comprends qu’on puisse ne pas avoir le choix.
Mais même en prenant cela en compte…
Ah non définitivement… ça me dépasse.  

©flawless

_______
- Live a little -
We gotta live a little, be naughty but nice, just to give a little. A freak show show let's live a little. I'm gonna get what I want, so give a little. We're about to break, and I don't know how much more of this you can take. I wanna see the animal in you escape, Oh can you feel the fire burning through your veins ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
informations
Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas
 

7 ans après... ✖ Hide ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

 Sujets similaires

-
» Les Américains ne pourront pas changer la donne à Cuba après Castro.
» Perte des points en dextérité après Up
» Le rôle du Canada dans l’Haïti de l’après-Aristide :
» Deux semaines après le séisme, elle est retrouvé vivante sous les décombres
» Après le feu et le sang......la reconstruction.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Gamble&Decadence :: DOUBLE DIMENSION :: G&D BEFORE-